COUP DE CRAYON – Dessine-moi les choses en grand…

Les toiles illustrent un cirque enchanté / Photo Sylvain Bordais

Dessiner, ce n’est pas toujours gagné ! A Lannion, Yannick Hélard, professeur de dessin, propose cette année à ses élèves adultes de travailler d’une manière qui rompt avec leurs habitudes. Ils doivent collaborer pour peindre sur des toiles de plusieurs mètres de long.

Cinq mètres de long sur deux mètres trente de large. Cette année, les élèves du cours de dessin pour adultes de Yannick Hélard sont confrontés à un défi de taille : peindre des toiles gigantesques sur le thème du cirque. Et pour mener à bien le projet, il a fallu s’adapter à sa taille.

Dix érudits des arts plastiques suivent le cours dans les locaux désaffectés des syndicats lannionnais. « Les pièces vides offrent une liberté de mouvement et surtout une place suffisante pour y faire tenir cinq grandes toiles », indique Yannick Hélard, gentiment surnommé “Le chef” par ses élèves. Chacun enfile un bleu de travail ou une blouse, uniformes de rigueur pour éviter de se tacher au milieu des dizaines de pots de peintures qui s’empilent sur le sol.

Peinture à quatre mains

Pour travailler sur des toiles de cette envergure, il a fallu apprendre à travailler ensemble. « Dilue ta peinture, le Chef aime bien ça », conseille Christiane à une copine. Chacun critique le travail de l’autre pour obtenir un résultat collectif, mais uniforme. Assis sur un seau ou debout sur une chaise, il faut trouver sa place pour peindre.

Face à une toile sur laquelle on distingue des silhouettes d’acrobates, Marie-Françoise et Marie-Claire, des fidèles du cours de dessin depuis huit ans, imaginent leur œuvre finale. « N’hésitez pas à affirmer les traits du dessin » les encourage Yannick, en voyant leur hésitation face à la hauteur de la toile. Dans la salle d’à côté, on a déjà commencé à peindre, à quatre sur un même tableau. Le maître montre l’exemple, les élèves reproduisent.

Épreuve… de taille !

Pourtant, le grand format ne fait pas tout à fait l’unanimité. « Les fresques c’est pour les confirmés ! , affirme Sylviane, moi j’ai amené une petite toile pour travailler de mon côté. » Sylvain, lui, regrette le manque d’éclairage et de recul pour avoir une vue d’ensemble sur les peintures. « C’est immense, on aura jamais fini ! » s’exclame Tanguy. Malgré tout, chacun ressent une certaine fierté devant le travail accompli. Mêlant concentration et décontraction, les deux heures de cours se sont déjà écoulées. Catherine s’étonne : « J’ai pas vu le temps passer ! »

Dessiner, ce n’est pas toujours gagné ! A Lannion, Yannick Hélard, professeur de dessin, propose cette année à ses élèves adultes de travailler d’une manière qui rompt avec leurs habitudes. Ils doivent collaborer pour peindre sur des toiles de plusieurs mètres de long.

Célia Caradec

Présidente de So Ouest 2010-2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.