Kerampuilh, morne plaine

Avec la chaleur qui règne désormais sur la Bretagne, le site des Vieilles Charrues correspond de plus en plus à l’ouest américain. Quelques minutes avant l’ouverture au public ce dimanche, la prairie a une vraie mine de désert.

Le week-end touche à sa fin et une certaine mélancolie de quitter ces lieux magiques nous guette. Avant que la foule des 60.000 chercheurs d’or ne passe les portes pour venir écouter Souchon, -M-, Jamiroquai et consorts, une dernière occasion d’immortaliser la prairie paisible se présentait.

Inventaire

gushrepet

Gush en répétition dans la fournaise de Kerampuilh.

Pas de cactus dans ce désert, seulement quelques fleurs étranges, capables de s’éclairer la nuit.

L’entrée principale du site a déjà vu passer près de 200.000 festivaliers depuis jeudi.

Kerouac s’apprête à recevoir sur son plancher Contreo et l’Orchestre de Bretagne.

Une équipe de la Croix rouge rejoint son poste à proximité de Glenmor.

Les techniciens, ces acrobates ! L’un d’entre eux est grimpé sur le toit de Glenmor pour quelques réglages, à proximité du mur d’enceintes.

Juste en-dessous, Gush répète son concert sur Glenmor. Quand je vous disais qu’il faisait chaud !

Un membre du staff sillonne Kerampuilh sur sa monture à moteur.

La scène X. Grall se remet des passages de Airbourne et Sexy Sushi, deux des meilleurs show de l’année.

L’espace presse est un village dans la ville. Sous son préau, Pony Pony Run Run et Gush sont notamment attendus en conférence de presse.

La perfection se niche dans les détails.

[nggallery id=27]

Sylvain Ernault
Auteur et administrateur de So Ouest devenu Report Ouest de la création du magazine en ligne en 2010 à mon départ de l'IUT de Lannion en 2012. Des bureaux de vote aux tribunes du Roudourou, du studio de TTU à la prairie de Kerampuilh. Actuellement journaliste et cofondateur du webzine « La Déviation ».
Sylvain Ernault
Sylvain Ernault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.