Un soir au Stad’

Dix-huit ans que le Stade Brestois 29 n’était pas remonté en Ligue 1 ! Nouveau stade, nouvelle équipe et surtout nouveaux adversaires : c’est le moment pour un inculte du football de pointer son nez à Francis Le Blé. Le 16 octobre, Brest rencontrait Arles-Avignon, promu en ligue 1 et dernier du classement. On attendait des buts, mais la rencontre n’a pas tenu ses promesses…
Le soleil se couche doucement sur la cité du Ponant. Une foule de supporters se presse aux abords du Stade Francis Le Blé. Ça sent l’after-shave et la clope. « Ce soir, y risque d’y avoir des buts ». Le “ Stad’ ”, comme on l’appelle ici, rencontre ce samedi 16 octobre la lanterne rouge du championnat : Arles-Avignon, nouveau venu en Ligue 1, zéro point au classement.
Un septuagénaire tente de passer les contrôles dans la file “réservée aux femmes”. « Non monsieur, la fouille ce sera avec mon collègue ». Mince, encore raté. En ce 16 octobre, il fait plutôt beau. Une des dernières occasions de porter le tee-shirt de fan, « Ici c’est Brest ». Pour la deuxième mi-temps, on préfèrera l’écharpe.
Après un tour de terrain de la mascotte-paquet de chips, le skippeur morlaisien Nicolas Troussel est invité à donner le coup d’envoi. Roux, Grougi, Baysse et les autres sont prêts. On les imagine déjà marquer deux ou trois buts face à Arles-Avignon et leur ancien coéquipier, Fabien Laurenti.
Dès l’entame du match, les Brestois semblent motivés à presser. Soumah tente une reprise de volée sur un centre de Licka lors de la première minute de la rencontre, mais ça passe à côté. Le premier corner pour Brest, à la 6e minute, ne donne rien non plus. Dans la tribune Quimper, les Ultras sautent comme un seul homme. Face à eux, les trois spectateurs provencaux n’en démordent pas. Surtout lorsqu’un coup-franc de Meriem manque de finir au fond des filets brestois(8e).
Le temps passe. A la 13e, Touré chute, suite à une faute de Germany. M. Chapron, arbitre de son état, ne sort pas son carton. « Espèce de volaille sans couille », entend-on dans les gradins… La seconde d’après, c’est le même Touré qui fait faute, entrainant un coup-franc pour l’ACAA. Pour les fautes, c’est « un partout la balle au centre ». Au bout d’une demi-heure de jeu, toujours pas de véritable percée brestoise. « Ça joue comme dans une cours d’école » constate un supporter. Les érudits diront en effet que le jeu est brouillon, et souvent en l’air. Après avoir franchi la ligne médiane, les blancs et rouges sont stoppés par le mur défensif d’Arles, qui est bien déterminé à décrocher son premier point dans le classement.
Mi-temps, l’heure de la bière et du pain-paté. Dans une odeur de cornichons, on assiste au challenge Orange. Une bande de gamins du PL Bergot et du RC Lesneven s’affronte sur le terrain. Au moins on aura vu des buts dans la soirée !
Au retour du vestiaire, le goal arlésien, Merville, prend à chaque fois un peu trop son temps pour renvoyer le ballon. Une perte de temps copieusement sifflée par Francis Le Blé, qui s’impatiente de voir enfin son équipe concrétiser une occasion. Et justement, quand Sir Alex Dupont fait rentrer sur le terrain Romain Poyet (61e, sortie de Touré), les Brestois manquent de marquer. Suite à un corner de Grougi, l’attaquant dévie de la tête et le ballon… heurte la barre transversale ! La foule retombe sur son siège comme un soufflé.
Les passes des Brestois sont toujours interceptées, et les tribunes sont silencieuses. A la 82e, nouveau coup de barre : la frappe d’Ewolo est encore une fois renvoyée par la transversale. C’était la dernière chance pour Brest, qui doit se contenter d’un match nul. Les buts auront joué à l’arlésienne, et le Stade rentre au vestiaire sous les sifflets, pour la première fois de la saison. Les ’tit zefs n’ont plus qu’à boire un dernier verre au Pénalty, en face du stade, en s’essayant à des pronostics sur le score du prochain défi : affronter les Verts de Saint-Etienne à domicile, le 30 octobre prochain.

[nggallery id=9]

Célia Caradec

Célia Caradec

Présidente de So Ouest 2010-2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.