Sylvie Bourbigot (EE), l’interview

Après plusieurs semaines de tergiversations, c’est le socialiste Yves Nédellec qui devient le suppléant de Sylvie Bourbigot dans la course aux cantonales. Un choix qui scelle une alliance politique entre Europe écologie-Les Verts, l’UDB et le Parti socialiste dans le canton symbolique de Perros. C’est ensemble qu’ils répondent à nos questions.

– Sylvie Bourbigot, vous n’êtes pas encore très connue des citoyens. N’est-ce pas une lourde responsabilité d’être si vite candidate en position éligible ?

S.B. Il faut bien commencer par quelque chose. C’est vraie que je ne suis pas encore connue des électeurs, mais je suis soutenue par des gens qui sont dans la politique depuis longtemps. Il y a une équipe qui travaille donc je ne suis pas toute seule.

Y.N. On ne peut pas vouloir présenter des femmes et être frileux quand l’occasion se présente.

– Le sortant Pierrick Perrin du Parti Socialiste n’est donc pas investi par le PS. Reconnaissez-vous des tensions avec lui ?

Y.N. Non, il n’y a pas de tensions. Il a participé au vote pour me désigner en tant que suppléant. Je récuse la rumeur selon laquelle il pousserait le maire de Saint-Quay-Perros, Pierrick Rousselot, à se présenter comme dissident. Pierrick Perrin, c’est un gars droit, il a une pensée politique importante. Ce ne serait pas son style d’agir comme ça. D’ailleurs, qui a besoin de lancer de telles rumeurs ?

– Pourquoi une candidate d’Europe écologie représente-elle le PS dans un canton si symbolique ?

logoeuropeecologielesverts

Nouveau logo d'Europe écologie les verts

S. B. L’accord se finalise encore actuellement, mais je peux dire que pas mal de gens se sont reconnus dans EE-LV lors des régionales, cette candidature a du sens. Nous souhaitons avancer avec nos personnalités propres mais vers un projet commun. Les cantonales c’est aujourd’hui, mais demain il y a d’autres élections. Les bons résultats d’Europe écologie aux régionales ont bien sûr influé sur la décision. Nous profitons des cantonales pour montrer qu’ensemble, on peut se parler.

Y. N. Ce sont les petits ruisseaux…

– En face le Front national ne présente pas de candidat. Erven Léon est donc le seul candidat de la droite dans le canton de Perros. Y voyez-vous une alliance implicite ?

S.B. Moi, je vais faire campagne pour défendre des valeurs fortes, pas contre quelqu’un. Je ne crois pas qu’Erven Léon représente une droite plus dure qu’Yvon Bonnot, actuel maire UMP de Perros. Ils ont la même politique.

Y.N. L’UMP c’est Sarko, ils ont la même politique, le même discours.

Le candidat radical de gauche François Bouriot propose un débat public entre les candidats. Y êtes-vous favorable ?

Y.N. Nous sommes ouverts au débat donc pourquoi pas. Mais seulement si il s’agit de marquer nos oppositions à la droite et pas de nous étriper entre candidats de gauche.

– Ces cantonales préparent les présidentielles. Mais elle préparent aussi les municipales de 2014. Sylvie Bourbigot, comptez-vous être candidate à Perros-Guirec ?

S.B. En 2014, j’y serai. Me présenter en tête de liste, je n’en sais rien. Mais j’y participerai car c’est passionnant.

Y.N. L’opposition c’est formateur !

Entretien réalisé par Sylvain Ernault et Célia Caradec

Parcourir les articles du dossier

Cantonales 2011, le dossier et Les candidats dans SoOuest (soouest)

Sylvain Ernault
Auteur et administrateur de So Ouest devenu Report Ouest de la création du magazine en ligne en 2010 à mon départ de l'IUT de Lannion en 2012. Des bureaux de vote aux tribunes du Roudourou, du studio de TTU à la prairie de Kerampuilh. Actuellement journaliste et cofondateur du webzine « La Déviation ».
Sylvain Ernault
Sylvain Ernault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.