Les nouveautés du festival des Vieilles Charrues 2011

Année après année, les organisateurs des Vieilles Charrues redoublent d’ingéniosité pour contenter les festivaliers. Au-delà de la programmation, ils écoutent les critiques et instaurent des innovations. Nouveaux stands, amélioration des scènes, aménagement des campings, la vingtième édition ne déroge pas à la règle.

Une crêperie comme passage obligé

Visible comme le nez au milieu du visage, la nouvelle crêperie des Vieilles Charrues occupe l’espace central de Kerampuilh. Proche du repère visuel que constitue le Chêne rouge, le stand se trouve au carrefour des quatre espaces majeurs. Les festivaliers quittant les Marronniers (entrée), la Garenne (cabaret breton et restauration), le Vallon (scène Xavier Grall) et la Prairie (scènes Kerouac et Glenmor) profitent des effluves de crêpes chaudes. Quoi de plus normal de placer la gastronomie bretonne au centre des attentions ?

Les « partenaires » du festival gagnent eux aussi du terrain. Petitement mais surement, les logos de quelques entreprises s’intercalent entre deux bars tenus par des bénévoles. Au risque de faire grogner les amoureux d’un festival qui échapperait aux contraintes commerciales.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Le site de Kerampuilh cette année 2011. Illustration Vieilles Charrues.

Au registre des aménagements neufs, une nouvelle scène s’inscrit au paysage. Située dans le Vallon, elle accueille les gagnants du tremplin Jeunes Charrues. Ceux-ci peuvent toutefois froncer les sourcils. Ils sont en effet rétrogradés sur un plancher bien plus petit que Xavier Grall. Les deux scènes partagent la même herbe et jouent en alternance, à la manière du couple Glenmor-Kerouac. La petite caravane Beachbox, son sable et ses tabourets colorés ont fait long feu. Elle n’avait pas convaincu les organisateurs lors de son implantation l’an dernier.

Le Jardin de curiosité installé dans le Verger fait lui son retour. Consacré aux arts de la rue, il avait dépassé tous les pronostics de fréquentation en 2010.

Les Jeunes Charrues au pied de sa tente

Côté camping, le tri des déchets est encouragé. Un jeu de l’oie est organisé pour offrir des cadeaux aux festivaliers responsables. Il faut tout de même remettre une belle brouette d’ordures aux bénévoles pour avoir la chance de monter sur scène avec le directeur ou même de visiter les backstage. Mais quoi qu’il en soit, l’initiative est louable.

 

Le festival met en avant ses valeurs éco-citoyennes, matérialisées par le traitement des déchets, les transports propres ou l'accessibilité du site aux personnes handicapées. Illustration Vieilles Charrues.

A côté du troc poubelles contre goodies, d’autres formes de commerce s’installent dans les campings. En plus des nombreuses enseignes qui viennent vivre sur la bête, une supérette dispense les biens de première nécessité. Une trentaine de huttes en bois pour quatre personnes logent quelques chanceux qui évitent les intempéries.

Dernière preuve de l’investissement dans cet espace, une scène s’y monte pour la première fois. Les Jeunes Charrues y jouent en début d’après-midi, avant l’ouverture des grilles. Considéré par bon nombre d’habitués comme refermant l’âme d’un festival « à l’ancienne », le camping est donc l’objet d’attentions particulières cette année.

En dix ans, le festival se métamorphose

Depuis 1998 et le déménagement du festival du centre-ville de Carhaix pour le site actuel, les Vieilles Charrues ont connu une expansion considérable. Il faut dire qu’en douze ans, le nombre de festivaliers est passé de 100 000 à 240 000.

Une étude est d’ailleurs menée sur l’impact économique du festival sur la région de Carhaix-Plouguer Elle renseignera notamment sur le nombre d’emplois directs et indirects créés par les Vieilles Charrues. La dernière date de 2001.

[nggallery id=39]

[SlideDeck id=’3531′ width=’100%’ height=’370px’]

Auteur et administrateur de So Ouest devenu Report Ouest de la création du magazine en ligne en 2010 à mon départ de l'IUT de Lannion en 2012. Des bureaux de vote aux tribunes du Roudourou, du studio de TTU à la prairie de Kerampuilh. Actuellement journaliste et cofondateur du webzine « La Déviation ».

One thought on “Les nouveautés du festival des Vieilles Charrues 2011

  1. Pingback: Vieilles Charrues - Plan du festival 2012 à télécharger | Report Ouest | Toute l'actu du grand Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.