Course folle pour un nul

Menées durant toute la rencontre, les joueuses du Rennes handball métropole sont revenues de loin face aux nordistes de Saint-Amand-les-Eaux. Elles finissent par arracher le nul dans les ultimes secondes du match. Après trois journées de Nationale 1, elles restent en quête de victoire. Récit et perspectives.

De retour dans une salle Rapatel remise à neuf, toute de jaune et de mauve vêtue (chacun jugera de ce choix décoratif), les lionnes d’Olivier Mantes avait un objectif : décrocher leur première victoire de la saison. Ça sera pour une autre fois. Les conditions étaient pourtant réunies, en dehors d’une salle pas tout à fait pleine, la faute à un horaire plutôt inhabituel par rapport aux précédentes saisons ? Quoi qu’il en soit, les Rennaises n’ont pas encore trouvé leur rythme de croisière après trois journées et le premier score positif de la saison commence à se faire sérieusement attendre.

Revivre la rencontre

Merci, Laure Guillet !

Les joueuses locales ont pourtant montré de l’assurance d’entrée, une certaine maîtrise du ballon. Mais après 5 minutes de jeu, les difficultés font leur apparition. Trop précipitées ou trop maladroites, les attaques Rennaises ne se concrétisent que rarement, laissant les nordistes faire la course en tête. On assiste, dans la confusion offensive, à deux belles percées individuelles de Camille Mousset, la capitaine. Mais c’est dans ces moments là que s’exprime toute la dimension collective du handball. Sans réel soutient, la n°2 rennaise s’efface à l’image du reste de l’équipe pour laisser Saint Amand mener 11-9 à la pause. Une joueuse tire cependant son épingle du jeu de belle manière. Il s’agit de Laure Guillet. La gardienne du RMH gratifie cette première période, entre autre, d’une superbe double parade à 6 mètres permettant à ses coéquipières de la tête hors de l’eau. Même si elle a énormément d’occasions de se mettre en valeur, elle fait preuve de beaucoup d’assurance et rassure sa défense. « Elle nous a sorti des embêtements« , lâche en fin de match le président du RHM, Vincent Guyomard.

Saint Amand qui rit,  Saint Amand qui pleure

Car c’est bien la noyade qu’il faut éviter à la reprise, tant on sent les lionnes sans solution. Marie Traineau, qui remplace Laure Guillet dans les cages, fait une belle rentrée. Elle était bien plus à l’aise que contre Saint Germain Blavozy il y a 3 semaines. Vanina Moïsa Bonnant se montre également plus active sur son aile et plus agressive en défense qu’en première période. Mais si dans le geste il y a du mieux, c’est dans la tête que c’est encore difficile : avec deux retours au score et à chaque fois une occasion de repasser en tête, les filles d’Olivier Mantes trouvent le poteau, puis la gardienne sur un 7 mètres. Dans une fin de match serrée et pleine de suspens, les visiteuses gardent la main sur le score grâce notamment à leur demi-centre, Itoua. Un but d’avance, et des actions d’une surface à l’autre. L’accélération du jeu a au moins le mérite d’afficher un nombre de but correct pour une rencontre d’un faible niveau. Sur une dernière action, alors que Saint Amand mène par 22-21, Camille Mousset sur 9 mètres arrache le nul à 2 secondes de la fin (22-22). Les rennaises reviennent de loin. Elles peuvent s’estimer heureuses et remercier Laure Guillet, véritable maître-d’œuvre de la non-défaite de son équipe. Elles restent scotchées à une triste 10e place et, même si ce n’est que la 3e journée, la suite s’annonce compliquée.

Le week-end prochain, le RMH se rendra à Alfortville (2e), avant de recevoir le 6 novembre Colombelle pour le compte de la 5éme journée. Match à suivre sur notre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *