L’Opéra de Pékin se découvre à Lannion

L’opéra de Pékin débarque au Carré Magique. Personnages historiques de la culture chinoise, costumes de soie savamment travaillés, maquillages somptueux… L’académie nationale de Tianjin fera découvrir ce soir, à 20 heures 30, à Lannion, toutes les facettes de cet art chinois inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.

La scène du Carré Magique sera-t-elle assez grande pour accueillir l’académie nationale de Tianjin (Chine) ? C’était la question que posait avec ironie, Marianne Gauthier-Destable, chargé de la communication du Carré Magique, lors de la présentation du spectacle, le  8 septembre dernier. Ce soir, à 20 heures 30, la chargée de communication de la scène lannionnaise aura l’occasion d’avoir sa réponse. Car ce n’est pas moins de 35 acteurs qui seront présents sur scène pour présenter ce qu’ils savent faire de mieux : l’opéra de Pékin, un art chinois inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco depuis le 16 novembre 2010. Personnages historiques, disciplines ancestrales, costumes de soie, maquillages semblables à des masques… Aucune facette de ce véritable concentré de culture chinoise ne sera oubliée ce soir sur scène.

Le Roi Singe, héros mythologique populaire

Durant les deux heures de spectacle, les 35 acteurs dont six médaillés de grands prix internationaux interprèteront toutes les figures phares de la culture chinoise telles que le bouffon, le brave guerrier, le vieux sage rieur, la servante, le fonctionnaire malicieux…  Mais parmi elles, une s’illustre plus particulièrement : le Roi Singe, l’un des héros les plus populaires de la mythologie chinoise. C’est lui qui entre autres a fortement inspiré Akira Toriyama pour le manga Dragon Ball.

Des disciplines ancestrales

Inspiré des légendes anciennes, des faits historiques et des contes folkloriques chinois, l’opéra de Pékin mettra en scène des disciplines considérées comme des piliers de cette culture traditionnelle. C’est ainsi que ce soir, l’académie national de Tianjin démontrera tout son savoir-faire en matière de mime, de chant, d’acrobatie et d’arts martiaux. La danse des épées et le jeu de « longues manches » marqueront le point d’orgue de ce spectacle teinté d’histoire.

La magie du visuel

S’il y a bien une chose que les spectateurs ne pourront pas éviter, c’est la beauté visuelle de l’opéra de Pékin. Les couleurs variées sont omniprésentes et sautent aux yeux du public sagement assis au fond de son fauteuil. Il en est de même avec la finesse des costumes et des maquillages. Véritables œuvres d’art cousues par des doigts de fée, les costumes de soie contrastent avec l’éclat des épées en mouvement. Quant aux maquillages, ceux-ci sont réalisées avec une minutie frôlant la perfection. Semblables à des masques, leur couleur révèle la facette de la personnalité des personnages. Ainsi, le rouge caractérise la bravoure et la loyauté; le noir, la dureté et la férocité; le blanc, la méfiance et la ruse, etc. Afin d’en connaître davantage sur ce sujet, le Carré Magique permet aux gens qui le souhaitent d’assister à la séance de maquillage des acteurs. Une occasion supplémentaire de plonger au cœur de la culture chinoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.