Le monde à notre porte au festival Étonnants Voyageurs

Le festival Étonnants Voyageurs a encore réuni cette année ses 60 000 visiteurs, pour le plus grand bonheur de Michel Le Bris et de son équipe.

Des centaines d’écrivains

Pendant trois jours, des centaines d’écrivains (quelques trois cents quatre-vingt) ont écumé les rues de Saint-Malo. On les croisait partout, dans les rues, les restaurants, les terrasses de café ou plus simplement sur le stand de leur éditeur au salon du livre. On reconnaît les habitués tels que Lyonel Trouillot, Patrick Rambaud, Dany Lafferière, Carole Martinez, Alain Mabanckou, Wilfried N’Sondé, tandis qu’il y en a sans cesse de nouveaux, comme la remarquée Cécile Coulon, vingt-deux ans et déjà à sa troisième publication, ou encore Alexis Jenni, prix Goncourt 2011.

Une invitation au monde qui vient

Les vingt-huit lieux de rencontres, situés au palais du grand large, intra-muros ou alentours ont donné lieux à des conférences diverses. Il faut dire que le thème de cette année, « Images du monde qui vient », a pu amener écrivains et cinéastes à s’exprimer sur les révolutions urbaines au Maghreb et au Moyen-Orient, aussi bien que sur l’Europe, la France Noire ou les Mers du Sud. La Belgique, invitée d’honneur de cette année, a quant à elle amené à la découverte d’une quarantaine d’écrivains venus pour l’occasion, de Schuiten, le scénariste de la célèbre série des Cités Obscures, à Bernard Quiriny, le nouveau maître du fantastique et de l’absurde, en passant par Diane Meur, la romancière qui nous plonge dans le monde antique.

La littérature-monde, plus que jamais

Comme toujours, il a beaucoup été question de littérature-monde. Avec des écrivains venus des cinq continents, les débats étaient riches. On regrette comme toujours de ne pas pouvoir se rendre à tous, mais on retient chaque moment auquel nous avons pu assister. Cet aperçu de l’amitié qui lie le grand écrivain chilien Luis Sepuvelda au photographe argentin Daniel Mordzinsky, avec qui il a composé un carnet de voyages en Patagonie intitulé Dernières Nouvelles du Sud. Ce moment de complicité et de dérision entre Alain Mabanckou et Dany Lafferière, deux grands amis et habitués du festival Etonnants Voyageurs. Ce moment d’enchantement dans lequel Carole Martinez nous a plongé en racontant l’aventure de l’écriture de son Domaine des Murmures. Alexis Jenni qui nous offre sa vision de l’identité et de la littérature, toutes deux cimentées par la langue, celle qui nous est commune. Cette tirade de Sami Tchack, lors d’une rencontre sur le thème de la littérature-monde, dans lequel il nous parle de « cette capacité pour quelqu’un, à partir d’un mot [« je »], d’aller au-delà de lui »… Des fragments comme ceux-là nous marquent, nous interrogent, nous font réfléchir et nous émerveillent sur le monde autour de nous et la magie de la littérature.

L’incontournable prix Ouest-France/Etonnants Voyageurs

On se souviendra aussi du sourire heureux de Libar Fofana, lauréat du prix Ouest France / Etonnants Voyageurs 2012 pour son roman L’étrange rêve d’une femme inachevée. Le prix remis par dix jeunes âgés de 15 à 20 ans est, comme d’autres l’ont dit autour d’un débat sur les prix littéraires, « un encouragement à continuer » (Cécile Coulon). Doté d’une récompense de 10 000 €, il apporte aussi une aide à la création.

Un festival pour tous les goûts

D’autres visiteurs auront préféré se tourner vers la maison de l’imaginaire pour rencontrer leurs auteurs préférés (Maxime Chattam, Pierre Bordage…) ou assister à le remise du prix de l’imaginaire. Certains d’entre eux se seront rués sur la bit-litt, cette littérature de vampire mise à l’honneur avec la sortie du nouveau film de Tim Burton, Dark Shadows. Les enfants seront restés écouter des histoires et feuilleter des albums, en attendant de faire dédicacer leurs livres par des illustrateurs. Des jeunes et des moins jeunes auront participé aux ateliers slam du groupe Milk, Coffee & Sugar ou de Julien Delmaire, tandis que d’autres encore auront passé leur journée à regarder la sélection de films diffusés lors du festival. Les amateurs de poésie y auront cette année encore trouvé leur compte avec l’excellente programmation d’Yvon Le Men, tandis que la littérature de voyage tient toujours une bonne place sur le salon et dans les conférences. La diversité du festival est véritablement une richesse. Elle invite à se tourner vers tous les genres, ne cloisonne pas la littérature et laisse le visiteur s’aventurer au gré de ses envies.

 

Étonnants Voyageurs, le soir aussi

L’adaptation cinématographique du livre Sur la route de Jack Kerouac aura également donné lieu à moult conférences et dédicaces pour les écrivains qui se seront penché sur la beat-generation. Le dimanche soir, beaucoup se seront rués dans la salle pour voir le film tandis que la file d’attente pour le concert d’Arthur H, L’or noir, en aura découragé plus d’un. La veille, la soirée congolaise mise en scène par Alain Mabanckou a plongé les festivaliers dans une ambiance déjantée. De jour comme de nuit, le programme d’Etonnants Voyageurs est riche et varié et attire la foule.

Des expos riches et variées

Les expositions nous auront emporté dans les mondes magiques, poétiques et colorés des illustrateurs belges, l’oeuvre de Franquin ou encore aux confins de l’Europe, capturés par la photographe Monika Bulaj. Entre bande-dessinées et photographies, celle sur Star Wars nous replonge dans la saga mythique, transformée par des artistes divers. « Dire le monde » nous emporte dans des témoignages graphiques bouleversant, en BD ou en dessins.

Cette année encore, pour sa 23e édition, le festival a invité au voyage et à une conception ouverte de la littérature. Les écrivains du monde entier ont démontré cette richesse d’une littérature francophone et non-francophone présente sur les cinq continents, littérature aux mille regards et aux mille influences. C’est une invitation à l’ouverture et à l’enrichissement personnel, à la rencontre et aux échanges. On ne sait toujours pas trop définir la littérature-monde, mais le festival nous révèle la richesse d’une littérature contemporaine étendue et ouverte au monde entier.

Constance Le Lu

Constance Le Lu

Constance Le Lu

Latest posts by Constance Le Lu (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.