Législative 2012 – Dans le QG de Xavier Lec’hvien

Report Ouest a vécu pour vous l’annonce des résultats du premier tour des législatives pour la 5ème circonscription des Côtes- d’Armor, dans le QG de Xavier Lec’hvien.

« Le Wi-Fi marche pas ! Pas de Wi-Fi pas de résultats, » s’énerve Pierre Journé. Ce militant UMP de longue date, adjoint au maire de Perros-Guirec en 2002, « est sur les nerfs ». Comme la petite dizaine de personnes réunies au sein de la permanence UMP, rue Roger Barbé, à Lannion.

Les militants UMP lors de l'inauguration du QG

Il faut dire que les premiers résultats ne sont guère encourageants. De quoi craindre l’absence de second tour pour certains partisans et, plus étonnant, pour Xavier Lec’hvien lui même.
«  On a quelques petites villes qui sont tombées et c’est quand même un peu inquiétant… »
Le candidat UMP ne se fait guère d’illusions. Pour lui, l’électorat n’est clairement pas mobilisé. «  Ce soir, ça ne s’annonce pas terrible, mais ça donne un aperçu du travail à accomplir pour le second tour »

20h. Les résultats nationaux s’affichent sur l’ordinateur qui diffuse le direct d’une grande chaîne d’information. La pression retombe dans le local de campagne. «  35,2, égalité ! », se réjouissent les militants. Ils sont une quinzaine maintenant, à s’agglutiner autour de l’écran. Les calculs commencent, et avec eux leurs lots d’hypothèses et suppositions, quant au nombre de sièges que pourraient remporter l’UMP.

Une accalmie de courte durée

Dix minutes plus tard, c’est la douche froide. Les résultats de la 5ème circonscription ( Lannion ) sont annoncés. Xavier Lec’hvien, avec 26,04% des voix est loin derrière Corine Erhel ( 46,16%).
La candidate sortante totalise 13 points de plus qu’en 2007 ( 33,54% au premier tour). Sur l’ensemble du département, l’écart est moins flagrant. Les socialistes l’emportent avec 35,56% des voix, devant l’UMP, 29,03%. Le FN, en embuscade, confirme son résultat de la présidentielle avec 8,10%. ( 9,6% sur Lannion-ville).
Xavier Lec’hvien dédramatise, et c’est bien le seul. Dans la permanence, les esprits s’échauffent.
«  J’avais décidé de ne pas mettre le logo UMP sur les bulletins de vote, car je souhaitais représenter l’ensemble des habitants. Malheureusement il s’avère que les électeurs ne lisent pas les professions de foi, donc ils n’ont pas associé mon nom à une personne », explique le candidat.
«  C’est n’importe quoi, c’est sûrement pas une histoire de logo qui nous fait faire un score comme ça ! Faut arrêter les conneries !»  Yann Guégan, le directeur de campagne est virulent envers Xavier Lec’hvien. Les relations entre les deux hommes ne semblent pas être au beau fixe au vu de leurs échanges tendus.

Les Côtes-d’Armor, en tête de la participation

Avec 36,55% d’abstention, la 5ème circonscription se place en dessous de la moyenne du département des Côtes-d’Armor, et en dessous de la moyenne nationale ( à peu près 40% à l’heure où nous écrivons ces lignes ). Le département costarmoricain se classe deuxième, derrière la Corrèze en terme de participation, avec 64,65% de votants.
«  J’ai été victime de cette abstention, bien sûr. Et dès lundi tout le monde sera sur le pont pour conquérir l’électorat abstentionniste », souligne Xavier Lec’hvien.
Premier objectif pour cet entre deux tours : obtenir un débat avec Corine Erhel ; le candidat UMP déplore que le journal hebdomadaire Le Trégor, qui organise habituellement cette confrontation, n’ait donné «  aucune suite » à sa demande.

«  Corine Erhel, n’a visiblement pas la même conception de la démocratie que moi. Elle n’a pas l’air vraiment enclin aux débats. Je souhaite confronter nos idées, si elle en a ! »

Xavier Lec’hvien ne pèse pas ses mots et se fait vite reprendre par les personnes présentes dans la salle.
«  Pas ici, enfin, il faut faire attention à ce que tu dis ! » «  Je souhaite que l’on élève le débat », poursuit-il. « Je m’inscris, dans le long terme , pour apporter des solutions durables. »
Les dés semblent jetés après ce premier tour. Difficile pour Xavier Lec’hvien de combler son retard en comptant sur un report de voix du Front National et des divers droite. Mais le candidat UMP ne perd pas espoir.

« Vous savez, en politique, on prend des coups. Là, c’est un revers, mais des revers j’en ai connus. Je les surmonterais. »

Etudiant en journalisme à l'IUT de Lannion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.