La Solitaire du Figaro au jour le jour

Suivez, au jour le jour, les skippers de la Solitaire du Figaro 2012. Cartes interactives, photos, vidéos, ne manquez rien de l’avancée de la course par étapes, disputée sur les voiliers Figaro Bénéteau 2. L’arrivée sera jugée à Cherbourg-Octeville mi-juillet, après un passage par l’Espagne et une étape à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Yann Eliès a remporté la 1ère étape, Gildas Morvan la 2e. La 3e est en cours.

Sommaire

Première étape – Paimpol – Gijón

25 juin

Yann Elies, (Groupe Queguiner – Le Journal des Entreprises) après un très mauvais départ a su mettre à profit sa connaissance du terrain. Le Ligérien a navigué avec brio entre les cailloux de la côte de Granit Rose, si bien qu’il pointait en tête dès Perros-Guirec. Le skipper s’exprimait ce matin, lors de la vacation radio :

« Le départ ne s’est pas passé comme je souhaitais, j’ai fait pas mal d’erreurs. Mais j’ai mis les bouchées doubles pour revenir sur la tête de la flotte et à recroiser devant le paquet. Certes avec un peu de chance puisque je joue quand même à domicile mais je me suis présenté au bon moment. J’ai réussi à prendre plus de vent que les autres donc à faire plus de chemin. De la chance il en faut en Solitaire ou sur une étape… »

Suivi de près par Fabien Delahaye et Morgan Lagravière, les navigateurs ont contourné la pointe de la Bretagne ce matin, avant de mouiller l’ancre pour certains, car le vent fait défaut, avec seulement 2 nœuds d’ouest sud ouest.

Thomas Ruyant, skipper pour Faber France Crédits Sarah Duval

 Abandon de  Jean-Pierre Nicol

A 16h36, le skipper de Bernard Controls a prévenu la direction de course qu’il avait l’intention de se détourner sur Brest (port du château) pour résoudre des problèmes techniques à bord de son bateau. Le navigateur a dit s’organiser pour « convoyer son bateau à Gijón afin de prendre le départ de la 2e étape dimanche ».

Notons la blessure sans trop de gravité de Yoann Richomme (DLBC), qui a tapé un caillou dans le parcours côtier très accidenté de la première partie d’étape. Charlie Dalin (Keopsys) et Eric D’Hooge (Voyons Large) ont également talonné, mais tous poursuivent la course.

26 juin

Position des bateaux de la Solitaire du Figaro après deux jours de course dans la première étape. Crédits La Solitaire

Les cartes sont rebattues après 48 heures de course. Le Golfe de Gascogne est le théâtre d’un resserrement général entre les bateaux dû au très faible vent de sud-ouest qui souffle à 2,4 nœuds. Yann Eliés, longtemps en tête avec Fabien Delahaye et Morgan Lagravière, ne comptait plus que 2,1 nm sur Yoann Richomme au pointage de 11 heures. Francisco Lobato, qui a délibérément choisi une trajectoire plus à l’est depuis le passage à la bouée des Birvideaux, réalise un retour tonitruant sur Roff.

Morgan Lagravière prend la tête

A moins de 200 milles de Gijón, les calmes se sont emparés du golfe de Gascogne où toute la flotte de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard Cachemire est désormais engluée. Les 36 marins (encore en course sur cette étape) ont adopté une stratégie d’attente, à la merci du futur vent prévu en fin de journée. La guerre du golfe est déclarée mais c’est une guerre des nerfs pour gagner des mètres et faire porter les voiles tout en priant d’être le premier à redémarrer dans les souffles d’Éole.

Gildas Morvan, le cercle vert. Crédit Sarah Duval

Le triumvirat composé de Yann Eliès (Groupe Queguiner – Le Journal des Entreprises), Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) et Morgan Lagravière (Vendée) s’est délité et son avance sur le groupe des poursuivants ne se compte plus qu’en centaines de mètres. Alexis Loison (Groupe Fiva), Erwan Tabarly (Nacarat), Paul Meilhat (Skipper Macif 2011), Damien Guillou (La Solidarité Mutualiste) ou encore Adrien Hardy (Agir Recouvrement), bien que répartis différemment sur le plan d’eau, se sont dangereusement rapprochés au classement. La flotte est désormais éparpillée sur un axe ouest-est d’une douzaine de milles et tout est à nouveau possible. Ce nouveau départ à moins de 200 milles de Gijón est une seconde chance pour les retardataires : tous ceux qui s’étaient pris les pieds dans le tapis en Manche et qui accusaient 6 ou 7 milles de débours sur les leaders n’en n’ont plus désormais que 3 ou 4. C’est l’occasion de revenir dans le match et de tenter une option.

Le vent sera de retour demain

Après le franchissement de la dorsale, le vent va se réinstaller progressivement sur la route des côtes cantabriques. De secteur Est, il pourrait souffler jusqu’à 25 nœuds tandis que le temps deviendra orageux près de l’Espagne. Le finish sous les falaises de Gijón pourrait donc être tonique. Les ETA du moment donnent une arrivée des premiers au plus tôt mercredi soir ou dans la nuit de mercredi à jeudi…

Anthony Marchand (Bretagne Crédit Mutuel Assistance) a été contraint d’abandonner l’étape, à cause d’une douleur persistante ressentie lors de ses manœuvres. L’intervention du médecin de la course dans la nuit n’ayant pas suffi à le soulager, le skipper a demandé une assistance à bord, fournie grâce au concours du bâtiment de la Marine nationale, la Thétis.

27 juin

Yann Eliés en tête à l’approche de Gijon devant Morgan Lagravière. Crédits La Solitaire

Yann Eliés et Morgan Lagravière ont su résister au retour de la meute. Le retour du vent pendant la nuit (25 nœuds d’est-nord-est) permet aux deux skippers de jouer la gagne. L’arrivée devrait avoir lieu en fin d’après-midi, malgré le vent qui molli à 10 nœuds et l’arrivée d’une dépression orageuse. Thierry Chabagny (Gedimat) réussit un retour canon grâce à un parcours ouest entamé depuis hier matin. A la vacation de midi, les skippers, qui n’ont pas vu un coin de ciel bleu depuis leur départ, ont avoué avoir beaucoup de fatigue et l’envie d’arriver.

Une heure avant l’estimation d’arrivée de Yann Eliés, le Briochin possède toujours 0,4 nm d’avance sur Morgan Lagravière. L’écart est constant, les trajectoires identiques.

Le favori Eliés s’adjuge la première étape

Yann Eliés sur Groupe Queguiner / Journal des entreprises, a remporté la première étape de la Solitaire du Figaro 2012. Crédits La Solitaire

A 15h59, Yann Eliés franchit la ligne d’arrivée en tête, devant Morgan Lagravière (16h07), dans un final haletant mené à vive allure.

Après un début de course difficile, Eliés a pris la tête de la course dès le phare de l’île Vierge, au nord du Finistère. La Golfe de Gascogne n’a pas suffi à entraver la marche en avant du breton, même si le manque de vent a considérablement tassé le peloton. Avant la course, Yann Eliés, dont les sponsors ont été trouvés il y a quelques jours, avait clairement affiché son objectif de victoire. Voici un sportif qui tient ses engagements, 3 jours et 3 heures après le départ de Paimpol !

Yann Eliés a terminé second du général de la Solitaire en 2004 et avait déjà empoché 5 victoires d’étapes par le passé.

Le trio de tête est complété par Fabien Delahaye (16h19). Nicolas Lunven (16h36) est 4e et Thierry Chabagny (16h39). Ils naviguaient à 0,1 nm l’un de l’autre à quelques encablures de Gijon.

Le changement de vent intervenu après l’arrivée des premiers pourrait creuser des écarts au temps, éliminant beaucoup de concurrents pour le classement général.

Gildas Morvan compte déjà une heure de retard sur Yann Eliés après la première étape. C’est le seul favori à la peine au classement général.

Deuxième étape – Gijón – Saint-Gilles-Croix-de-Vie

1er juillet

Gildas Morvan était le premier à passer les bouées Radio France de la deuxième étape. Crédits La Solitaire

Loin des meilleurs dans la première étape, Gildas Morvan a décidé de se refaire dans la course qui emmène les skippers du nord de l’Espagne à la Vendée, en faisant un détour par la mer d’Iroise. Le parcours côtier disputé dans la baie de Gijón permet au résidant de Landeda dans le Finistère, de virer en tête à la bouée Radio France. Les écarts se créent selon l’option choisie sur le plan d’eau. Yann Eliés, 17e et plus à l’ouest, est à 2,5 nm de Gildas Morvan après 8 heures de course.

 Au premier soir de la deuxième étape, le vent de nord-ouest souffle à une dizaine de nœuds. Le retour du mauvais temps est annoncé pour ce lundi. La tête de course lundi à 5 heures peut d’ailleurs être bouleversée en raison du changement de vent.

La flotte se répartit latéralement dimanche soir entre ceux qui choisissent l’option sous le vent à l’est et ceux partis plus à l’ouest. Crédits La Solitaire

2 juillet

Gildas Morvan et Nicolas Lunven ont bataillé toute la journée, prenant l’un après l’autre la tête des opérations. Au pointage de 19 heures, Erwan Tabarly était 3e et Yann Eliés 4e après avoir remonté une bonne partie de peloton. Jean-Pierre Nicol a rétrogradé à la 5e position, mais rien n’est encore perdu pour lui. Le vent de 20 nœuds a rapproché les skippers de la Bretagne dans une grisaille maintenant coutumière.

Reste maintenant à passer le Raz de Sein, avant de mettre le cap au sud-est vers l’arrivée prévue pour demain.

Nicolas Lunven (Generali) a passé une bonne partie de la journée du 2 juillet en tête de la course. Crédits La Solitaire

3 juillet

A 16h30, Gildas Morvan (Cercle Vert) n’a rien perdu de son avance après le passage des bouées du Raz de Sein au milieu de la nuit. Portée par le courant et le vent de 10 nœuds, une dizaine de postulants au podium poursuivent Nicolas Lunven, accroché à la deuxième place.

La météo est toujours trop humide pour que ce mois de juillet soit honnête.

Gildas Morvan conserve 1 mille d’avance sur Nicolas Lunven à 16 heures le 3 juillet. Yann Eliès est 3e à 2,8 milles. Crédits La Solitaire

Gildas Morvan passe la ligne d’arrivée en tête à 23h58, en avance sur les estimations. Il a parcouru cette deuxième étape en 2 jours, 11 heures, 58 minutes et 28 secondes.

4 juillet

Nicolas Lunven arrive en 2e position à 0h01, à seulement 3 minutes de Gildas Morvan. Il concède une « petite pointe de déception » à l’arrivée. Il avait fait une partie du Golfe de Gascogne devant. Yann Eliès conserve sa place de leader du général en arrivant à 0h08. Erwan Tabarly est 4e de l’étape (0h14).

Gildas Morvan, vainqueur de la 2e étape à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Crédits La Solitaire

Le vainqueur de la deuxième étape, Gildas Morvan, en est à sa 17e participation à la Solitaire du Figaro. Ses meilleurs classements sont la 3e place acquise en 1999, 2000 et 2001 et la 2e place en 2008. Son palmarès compte désormais 5 victoires d’étape. Avant de participer à cette nouvelle édition, il a remporté la Transat AG2R en mai 2012.

Auteur du meilleur départ à Gijon, il a bataillé avec Nicolas Lunven (Generali) jusqu’au bout. Son expérience lui a permis de sortir vainqueur de la piégeuse rade de sein, négociée sous spi.

Troisième étape – Saint-Gilles-Croix-de-Vie – Cherbourg-Octiville

8 juillet

Les skippers se sont élancés à 13 heures des côtes vendéennes pour relier l’arrivée de la course dans le Cotentin. C’est une victoire d’étape prestigieuse qui se joue, ainsi que le classement général. Yann Eliès, Morgan Lagravière, Nicolas Lunven et Fabien Delahaye se tiennent en 33 minutes.

Thierry Chabagny et Gildas Morvan sont à une heure de Yann Eliès, un temps considérable mais pas rédhibitoire selon les circonstances de course.

Le premier segment de l’étape emmène les voileux jusqu’aux Glénans. Nicolas Lunven, passé premier à la bouée du classement Radio France – remporté par Gildas Morvan au général – est toujours 1er au pointage de 16 heures sur Générali. Yann Eliès est à 0,8 nm, dans le peloton à la 12e position.

La troisième étape révèle un parcours très côtier, du sud de la Bretagne au sud de l’Angleterre. Crédits La Solitaire

9 juillet

Fabien Delahaye s’échappe. En tête depuis la bouée des Glénans, le skipper de Macif gagne petitement mais surement du terrain sur ses poursuivants. A 20h30, Morgan Lagravrière est à 0,8 nm, Yann Eliès à 1 nm, Nicolas Lunven à 1,4 nm. C’est une bataille au sommet que se livrent les quatre hommes qui occupaient au départ de Saint-Gilles les quatre premières places du général. Tous les bateaux sont maintenant entrés dans la Manche.

Yann Eliès toujours leader du général

En ce début de soirée, Yann Eliès est toujours vainqueur virtuel, puisqu’il comptait au départ de l’étape 33 minutes d’avance sur Fabien Delahaye et 30 minutes sur Morgan Lagravière.

Jeanne Grégoire est actuellement 5e et Gildas Morvan 6e. Le jeudi Julien Villion (25 ans, Seixo Promotion) est 8e. Il peut passer devant Thomas Normand (26 ans, Financière et de l’Échiquier) au général des bizuths.

Nouvelle difficulté à l’horizon, la traversée de l’infernal rail d’Ouessant et ses cargots dont il faut couper la route dans les deux sens pour naviguer vers l’Angleterre.

Fabien Delahaye mène la course après 31 heures dans la 3e étape. Crédits La Solitaire

10 juillet

La flotte mène grand train en direction de l’Ile de Wight. A 18h30, Fabien Delahaye est toujours en tête devant Morgan Lagravière, mais le peloton est encore compact. Les attaques fusent, de la part de Gildas Morvan et Frédéric Duthil notamment, alors que Yann Eliès reste en embuscade. Le vent irrégulier est aussi bien la raison d’espérer des dominés qu’une cause de grande fatigue pour tous. Il n’offre aucun répit à qui veut bien figurer à Cherbourg.

L’arrivée en Normandie est prévue dans un créneau large, demain c’est certain, à 8 heures ou à 16 heures, la météo aura encore le dernier mot.

Les skippers croisent les cargos dans le rail d’Ouessant. Crédits La Solitaire

11 juillet

Yann Eliès (Groupe Queguiner / Journal des entreprises) triomphe. Arrivé à 9 heures 18, le Breton a remporté la 3e étape et le classement général de la Solitaire du même coup. Sa 13e tentative est donc la bonne. Ses résultats frôlent la domination absolue, vainqueur de la 1ère étape, il était arrivé 3e à Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

« C’était ma treizième, il était temps ! Après être passé deux fois si proche du but, là, je suis vraiment heureux. Et puis avec la manière en plus, avec cette victoire à la fin. Mais qu’est-ce qu’il faut se faire mal et s’arracher pour aller les chercher ces victoires !

Yann Eliès, exténué, remporte la Solitaire après 12 tentatives infructueuses. Crédits La Solitaire

Les trois marins derrière moi sont de futurs champions. L’un d’eux a déjà gagné la Solitaire, les deux autres la gagneront aussi un jour. Ils sont très très forts. Il fallait juste que je sois sur une autre planète, sur mon petit nuage, pour arriver à les battre. Depuis le début, je fais presque tout ce que je veux. Ça paraît facile vu de l’extérieur, mais ça reste quand même extrêmement difficile à réaliser. C’est tout le temps plein de doutes, c’est de la prise de risque et du boulot, parce qu’il faut le faire avancer le bateau !

Je crois que je suis arrivé à maturité. Ça fait tellement d’années que je fais du Figaro, tous les trucs, les réglages, ça vient tout seul, pas besoin de réfléchir, ça sort de moi tel que ça a été imprimé pendant 13 Solitaires.

J’ai pensé à mon père (qui a remporté la course en 1979), mes parents qui sont en Polynésie et qui doivent regarder ça de près. J’ai pensé à mon fils Titouan parce que j’ai gagné  ma première étape en 2002, l’année de sa naissance ici à Cherbourg. J’y ai pensé tout au long de la Solitaire. Je me suis dit : il faut gagner à Cherbourg. »

Premiers mots de Yann Eliès à Cherbourg.

Morgan Lagravière (25 ans, 2e participation sur Vendée) est 3e de l’étape et 2e du classement général. Nicolas Lunven (ancien vainqueur sur Generali) est 4e de l’étape derrière Erwan Tabarly et il complète le podium.

Dans les autres classements, Thomas Normand termine vainqueur des Bizuths sur Financière de l’Échiquier, devant Julien VIllion. Normand est 15e du général à 3 heures 13 de Yann Eliès.

Gildas Morvan gagne le classement Radio France. Yann Eliès remporte les classements GMF et CLS Argos.

Yann Eliès entouré par Morgan Lagravière (à gauche) et Nicolas Lunven (à droite), le podium final de la course. Crédits La Solitaire

Jouer à la course virtuelle de la Solitaire ici.

L’avancée des skippers en temps réel.

Les vidéos de le flux Twitter de la course grâce à Radio TTU.

Etudiant en journalisme à l'IUT de Lannion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.