Le bar VIP aux Francofolies, outil marketing d’Apérol

Felix, habitué des festivals, vous fait vivre ses Francofolies. Ses premières. Il vous emmène chaque jour dans l’envers du décor. Aujourd’hui, retour au Patio. Entre 18h30 et 20h il y règne une ambiance d’apéro. Vous savez, c’est au moment du premier concert sur la grande scène, alors que se prépare le direct d’une quinzaine de minutes de France 4 que, sur la terrasse, un stand orange est l’attraction.

Aperol - Francofolies
Quand on va se servir on en prend deux chacun.

On va éviter de vous en parler comme dans un publi-reportage, mais Apérol est bien une des révélations de ces Francofolies 2012. Ça ne vous parle pas ? Mais si, c’est un apéritif orange auquel s’ajoutent du mousseux, de la Badoit et des glaçons. Alors, en toute franchise c’est dégueulasse (avis personnel non partagé par mon collègue) mais c’est gratuit et, en temps de crise, après trois jours de festival, on ne crache pas sur un petit verre (ou plus) gratos avant les concerts. Alors nous, on s’y est habitués. Entendu à son sujet sous le Patio : « Si le verre est payant je le paie pas! », et ce n’est pas faux.

D’ailleurs c’est rigolo, car le bar de cette marque, dont je ne souhaite pas réécrire le nom afin de ne pas me transformer en publicitaire, fait face au vrai bar à bière et payant du Patio. C’est à ce moment que se heurtent deux populations absolument pas différentes sous le chapiteau. Il y a ceux qui ont du fric et qui consomment au bar et ceux qui n’ont pas d’oseille dans leurs poches et attaquent au liquide orange.

Aperol - Francofolies
Les outils du parfait pigeon. Bien évidement nous les avons.

Quoiqu’il en soit, fini de parler boisson mais lançons-nous sur le véritable cœur du sujet : le marketing. Car c’est sans nul doute grâce à ça qu’Apérol se fait remarquer. Impossible de ne pas voir cet ensemble chapeau et lunettes orange-fluo. Car, que ce soit sur les écrans géants de Saint-Jean-d’Acre, dans la foule ou même dans les rues de La Rochelle, Apérol a réussi son coup marketing, en répandant ses produits publicitaires comme on sème du blé. Ceci grâce à son couple d’excentriques dynamiques au mauvais accent espagnol… Insupportable.

« Mon chériiiiii, mais t’as pas t’es lounett’ ? Tiens, por toi. Attends je te les mets sur la têt’ » Si vous étiez là, vous sauriez que je le fais très bien. Aspiré par la beauté de cette femme que je ne connais pas, qui m’appelle son chéri, tout en me mettant des lunettes de soleil, je me laisse faire et je me retrouve comme tous ces pigeons pris au piège marketing d’Apérol. Au final, l’alcool orange n’a qu’un stand. La morale est là : le seul moyen de se répandre et de se disperser, c’est par les VIP.

Parcourez notre dossier

1 commentaire sur “Le bar VIP aux Francofolies, outil marketing d’Apérol”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *