Le festival Insolent enflamme Quimper

5 000 personnes se sont réunies samedi au Pavillon, à Quimper, pour la 16ème édition du festival Insolent. Une soirée attendue et animée.

Il est à peine 18 heures 30. Le parking est plein à craquer, les bouteilles bien entamées. La foule se presse à l’entrée de la salle du Pavillon, à Quimper, armée de sa bonne humeur. Le samedi 27 octobre, les jeunes étaient décidés à profiter du début des vacances et à se déchaîner dans la salle du Pavillon. Au programme, des heures de concert d’artistes connus et reconnus.

« On sera insolents au milieu de la foule »

Benjamin ose le déguisement.

Benjamin est venu de Quimperlé pour vivre l’évènement. En « Schtroumpf pompier », un haut de soldat du feu et un pantalon bleu, il avoue avoir eu besoin de « quelques bières » pour oser le déguisement. Une tenue originale qui amuse les personnes qu’il croise à l’entrée du Pavillon.

Pendant ce temps, 1995 chauffe avec réussite la salle. On entendra même en coulisses un « ce soir je vais tout donner ». À coup de morceaux percutants, les rappeurs auront ravi les spectateurs.

« Viré 10 jours pour insolence »

Devant la salle du Pavillon, les Brestois Anatole et Matthieu ont le sourire aux lèvres. Déguisés en bouchers fous, ils sont venus « pour se marrer ». Et lorsqu’on demande ce qu’ils ont d’insolent en eux, Anatole avoue s’être fait « virer 10 jours » de son lycée pour cause… d’insolence. La cohérence est là.

Le bref silence laisse place à Raggasonic. Un retour réussi pour le duo après 10 ans d’absence. Le son d’une guitare jaillit alors de la salle. Izia chante, danse et balance même son micro. Un éclat rock dans l’esprit du festival. Le public est transcendé, fou, à tel point qu’il a fallu renforcer une barrière de sécurité avec une palette.

« En collants avec un masque »

À droite de la salle un trio amusant est assis contre une barrière. Rémi, Hugo et Simon se font remarquer grâce aux déguisements de Robin (personnage célèbre de Batman), Moïse (ou presque) et enfin Jésus (là, on y croit un peu plus). Ils sont venus de Nantes, attirés par la programmation, et l’occasion était trop belle pour s’amuser.

« En collants avec un masque, c’est original »

À l’intérieur de la salle, on passe à des sonorités électroniques. C2C réalise une prestation impressionnante : « On contrôle le son et l’image en même temps ». Et même si la soirée se veut insolente, les scratcheurs se décrivent comme des « gentils garçons ».
Le festival se poursuivra avec les jeunes Carbon Airways, 2 Many DJ’s et Kanka. Électrique sera la fin de soirée, jusqu’à 3 heures du matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *