Le festival Yaouank, fest-noz interculturel

La 14ème édition du festival Yaouank, qui s’est tenue au MusikHALL de Rennes le samedi 17 Novembre, a encore une fois été un succès en attirant plusieurs milliers de visiteurs. Mais le festival Yaouank a également montré que la Bretagne est une porte ouverte sur le monde…

Pour sa 14ème édition, le festival Yaouank a accueilli, dans une ambiance typiquement Fest-noz, quelques 7 000 amateurs de danse et musique bretonne. On pouvait ainsi croiser samedi soir des danseurs de tous âges rassemblés dans une atmosphère chaleureuse pour danser gavottes, jigs et ronds de St-Vincent au son des binious et des bombardes.

Gavotte en arabe avec Startijenn El TAQa

Binious et bombardes oui, mais pas seulement ; le festival Yaouank a vu monter sur scène cette année des groupes marqués par une certaine diversité culturelle. Ainsi, les danseurs de Yaouank ont pu déchaîner leurs jambes sur des paroles chantées en arabe par Sofiane Saïdi, le chanteur de Raï (chant traditionnel algérien) d’origine algérienne du groupe Startijenn El TaQa. Ce groupe est en faite une nouvelle formation du groupe Startijenn qui fête ses 15 ans cette année, et qui s’est donc associé avec Sofiane, l’ancien chanteur de Yog Sothoth, mélangeant ainsi les genres pour donné un aspect nouveau à la musique traditionnelle bretonne.

Nouvel album pour les Ramoneurs avec les cultures du monde 

Dans le même cadre de musique multiculturelle, sont aussi passé sur scène Cuba y Breizh, un groupe mêlant musiciens afro-cubains avec le bagad de Cession-Sévigné (35). Mais aussi les Ramoneurs de Menhirs, dont Loran, le guitariste, nous a appris qu’ils travaillent actuellement avec des musiciens de plusieurs cultures du bassin Méditerranéen, dans le but de créer un album associant le folklore breton avec les minorités culturelles de cette région, comme les Kabyles, les Touaregs, les Palestiniens mais aussi les Grecques.

Et nouveau genre musicale : le « Kan Ha Beat Box »

Le festival Yaouank a aussi mélangé des genres musicaux improbables comme le Kan Ha Diskan (le chant traditionnel breton) et le Human Beat Box, avec le duo plutôt surprenant de Krismenn et Alem. Formé en 2012, ce duo a déjà conquis son public, comme samedi soir au MusikHALL.

Willy Moncoiffé

Etudiant en seconde année de journalisme à l'IUT de Lannion. Trésorier de Radio TTU, chroniqueur Cinéphagie et XV TTU. Passage au Télégramme. Bon breton, amateur de Cinéma, de rugby et de sports de combat.

Latest posts by Willy Moncoiffé (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.