« Jamais je ne t’oublierai » arrive sur grand écran

« Nicolas, si on a droit à des fleurs, tu as droit à un bouquet. » lance Jacqueline Adass à Nicolas Ribowski, réalisateur. Elle a  épousé son mari, mais aussi son passé.  Son mari, Michel, faisait partie des dix-neuf enfants juifs cachés à Saint-Christophe ( 35). Il rêvait de réaliser, un jour, un film sur le sujet. C’est aujourd’hui chose faite. Nicolas Ribowski a tenu sa promesse.

Panneau réalisé par les enfants de CM1/CM2 des écoles de Saint-Christophe et Taillis

Panneau réalisé par les enfants de CM1/CM2 des écoles de Saint-Christophe et Taillis

Initialement prévu pour décembre, la première a été repoussée en février. L’équipe est au complet : Monsieur le Maire Jean Pitois – « le producteur-rêveur »- et sa femme Nicole, traductrice. Michel Godet, historien, et sa femme Danielle, scénariste. Sans oublier Nicolas Ribowski, réalisateur à l’origine du projet. La salle du petit cinéma d’art et essai de Châtillon-en-Vendelais est quasi-comble.

52 minutes de « micro-histoire »

Le documentaire imbrique plusieurs témoignages. Des enfants de Saint-Christophe, mais aussi d’ailleurs. Les plus marquants étant ceux de Simon Wajnberg -l’Américain- et surtout Jacques Zylbermine, qui est sans conteste « le soliste du film » pour reprendre l’expression du réalisateur. Jacques avait quatorze ans quand il a été arrêté avec toute sa famille à Vitré. Direction la prison Jacques Cartier à Rennes, puis Drancy et Auschwitz. Il se souvient des convois « huit chevaux, quarante hommes ». Ils étaient soixante entassés dans la crasse et le froid des wagons. Destination nulle part. Hommes, femmes, enfants sont séparés. Ses parents, il ne les a plus jamais revus. «  A quatorze ans, on ne connaît rien à la vie. Alors, on s’accroche, avec les mains, avec les dents.. » explique-t-il dans le film.

Des enfants pour donner « un futur » au film

La volonté était de transmettre cette leçon d’humanité aux jeunes générations. La scénariste a donc choisi d’intégrer des enfants dans le scénario : ils échangent avec les témoins. « Sans leur présence, on aurait eu un inventaire de misères » explique Nicolas Ribowski. Filmer l’échange entre enfants et témoins donne une force, un «futur » au film. Les enfants étaient toutefois préparés à recevoir des témoignages « costauds ».

Les institutrices se sont investies dans le projet, vu comme un formidable outil pédagogique.

« Nous ne les oublierons jamais »

Un temps d’échange conséquent s’impose après le visionnage du documentaire. Jacques Zylbermine est dans la salle, ainsi que des anciens enfants juifs cachés. Ils racontent, tour à tour, leur histoire tourmentée. Certains sont allés jusqu’en Israël pour reconstituer leur passé : « Il y avait une boîte avec pleins de petits bouts de papier. On pouvait lire des chiffres, des mots. C’était codé. On a du tout retranscrire » explique l’une d’entre-eux. La région de Saint-Christophe, Taillis et Val d’Izé a sauvé environ trente-cinq enfants juifs. Trente-cinq enfants accueillis dans la plus grande discrétion. Jacqueline Adass salue « ce grand courage, cette exemplarité. Il faut s’en inspirer. »

 

→ Le documentaire sera diffusé sur TVRennes35 du jeudi 7 février au mardi 12, principalement en soirée (20h45/23h).

3 séances sont prévues cette semaine au cinéma « Le Vendelais » à Châtillon-en-Vendelais.

Des DVD version longue seront mis en vente. Vous pouvez dès à présent les commander.

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’Association Histoire de Saint-Christophe.

Mail. Mairie.stchristophedesbois@wanadoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.