10ème édition du festival de la radio : “un bel anniversaire”

Dix ans que l’association Longueur d’Ondes fait vivre la radio. Tout au long de l’année, elle s’investit dans des ateliers, des projets et sous la forme plus connue d’un festival de la radio et de l’écoute. Du 5 au 10 février, Longueur d’Ondes était présent dans les locaux du Quartz et du Musée des beaux-arts de Brest. Découverte d’un événement séduisant.

« Cette édition spéciale anniversaire a été très belle », relève une membre de l’association. « Parce-qu’elle a été plus suivie par les professionnels, que la qualité d’écoute s’est révélée remarquable, il y a eu un tournant dans ce festival, quelque chose s’est passée. »

Cette année, le festival de la radio et de l’écoute a accueilli près de 6.800 personnes. Sa première édition, en 2003, avait enregistré 200 entrées. De quoi continuer de plus belle, pendant 10 ans encore, espérait-on pendant ces quatre jours de rencontres.

Rassembler les curiosités

Cet événement, devenu incontournable, rassemble membres de l’association, auditeurs, professionnels de la radio, passionnés, amateurs de radio ou même admirateurs enthousiastes de Stéphane Paoli. “Ici, c’est le paradis de la radio, le centre des passions”, s’exclame Jean Piero, réalisateur sonore à Radio France. Le festival rassemble chaque année maintenant toutes les forces de la radio : son public, ses techniciens et ses “beaux parleurs et habiles phraseurs”.

La “communauté d’intimité”, qu’appelle Ziad Maalouf, rédacteur en chef de “L’Atelier des médias” sur RFI, s’est réunie autour de séances d’écoute, d’entretiens et de conférences. Elle s’est installée pendant quatre jours pour réfléchir à ce qu’offre et ce que pourrait encore offrir ce média. Passionné mais ignorant, chacun découvre dans ce festival les gestes, les regards et les corps qui s’agitent tous les jours à l’intérieur de notre poste et que nous ne faisions qu’imaginer.

Une programmation envoûtante

À son entrée dans le Quartz, le festivalier se voit remettre un livre sur l’événement. Il se lance alors, un gros bloc plein d’histoires dans les mains, dans un programme très riche.

Arte Radio fêtait également ses 10 ans au cours du festival Longueur d’Ondes.

Aux Studios de Brest, il découvre en avant-première le film de Nicolas Philibert, “La maison de la radio”, qui sortira le 3 avril prochain. Les salles déjà pleines annoncent que le week-end sera lui aussi comble. La conférence sur le paradoxe numérique de la radio, quant à elle, ne remplit pas la salle. Mais nous retrouvons les sièges bien occupés face au duo Collin et Mauduit, les agitateurs de France Inter qui divertissent leurs auditeurs dans l’émission « Downtown« .

Les festivaliers peuvent ensuite découvrir L’écho de Moscou, radio de service russe fondée par Sergey Buntman. Samedi soir, la voix de Arthur H et les sons de Nicolas Repac résonnent dans la salle du Quartz avec leur spectacle “L’Or noir”. D’autres séances à succès auraient accueilli plus de monde, mais faute de place, les bénévoles de l’association ont souvent dû refuser de nouveaux venus.

Le dimanche, un couple de grands auditeurs de l’émission de Stéphane Paoli, « 3D le journal » sur France Inter, a pu “voir en vrai” cette émission diffusée en direct du petit théâtre du Quartz.

Dans l’après-midi, Guillaume Erner, journaliste de France Inter, s’est mesuré à l’incontrôlable Arlette Chabot. Et pour clore l’édition, Jean Piero, “le voleur de mots”, par ses micro-trottoirs entendus dans l’émission 3D le journal, a expliqué comment il fait de la radio un art. Le public a pu, tout au long de l’édition, écouter ses petites capsules empruntes de poésie et d’humanité et ressortir de ce festival la tête pleine de voix.

Découvrir le festival

Née en décembre 2002, l’association compte vingt salariés et membres actifs à l’année. Cinquante bénévoles viennent s’ajouter pendant le festival. www.longueur-d’ondes.fr

Écouter les émissions du festival






Les créations sonores de Jean Piero : http://www.jpiero.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.