Art Rock, une première soirée convaincante

Art Rock a ouvert hier soir sa 30ème édition à Saint-Brieuc avec une programmation alléchante sur le papier. De la grande scène à la Passerelle, récapitulatif du premier jour de festival. 

  • Woodkid, surpuissant

On s’attendait à un concert à l’image de son premier album « The Golden Age ». Woodkid planté derrière son micro avec une voix grave et accompagné de tambours massifs. Mais sur scène, le chanteur a délivré un véritable show. Les tambours ont fait tremblé la grande scène et les jeux de lumière ont fini d’enflammer la foule. Woodkid était ravi de présenter les titres de son tout premier album devant un public conquis d’avance. Et comme le dit si bien une spectatrice : « putain on a vu Woodkid ».

  • Kavinsky, le fantôme

Caché derrière ses platines, équipé de lunettes de soleil, Kavinsky était dans son personnage de zombie. Le set débute avec énergie, chacun est prêt à tout donner sur l’électro du désormais célèbre DJ. Et là catastrophe, son mix est ponctué de jolis plantages. Le public montre sa déception sur le coup mais oublie vite ces problèmes techniques. Il en faut plus pour déstabiliser un zombie devenu fantôme le temps d’une nuit.

  • Lou Doillon, au naturel

Après avoir perdu une valise de vêtements, Lou Doillon se retrouve sur la grande scène avec un pull trop large et un mug à la main. On s’imagine dans le salon de la chanteuse à partager un moment de musique privilégié. Une spontanéité et un naturel qui a donné le sourire au public et à Lou Doillon. Elle faisait son « premier concert à l’extérieur et de jour ». Une belle réussite.

  • La Femme, un plaisir

« Le femme est là pour vous faire plaisir ». Le ton est donné d’entrée de jeu, le concert s’annonce énergique et il le fut. Sur la scène de la Passerelle, le groupe a bien surfé sur la vague et des sensations il y en a eu pour le public. La Femme a joué une musique explosive et répétitive à l’image de la surf music. Le public semble avoir apprécié ce voyage dans le temps, entre les sixties et les années 80. Sur fond de guitares surf, claviers et boites à rythme, le public s’est déchaîné. Comme promis La Femme a fait plaisir.

Rédacteur et secrétaire de Report Ouest 2013/2014. Vous pouvez me suivre sur Twitter ou consulter mon blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.