Skip&Die, nous avons rencontré l’indomptable

Le festival Art Rock accueillait samedi soir le groupe sud-africain SKIP&DIE. Découverts en décembre 2012 aux Transmusicales, la chanteuse Catarina Aimére Dahms, alias Cata.Pirata, et ses musiciens, squattent les principaux festivals français et européens. Reportage.

Il est deux heures du matin, Cata.Pirata, vêtue d’une veste excentrique et d’un gilet en damier, entre sur la scène de la Passerelle, située dans le hall du théâtre de Saint-Brieuc. Une heure plus tard, elle en ressort topless. Juste le temps qu’il faut pour retourner la Passerelle et plonger la salle dans une folle ambiance tribale !

Quelques notes de percussions en guise d’introduction et la chanteuse entre sur scène sous les applaudissements du public briochin. Le set commence avec « Jungle Riots », première chanson de l‘album de SKIP&DIE, sorti en Europe il y a sept mois.

La voix de la chanteuse résonne, furibonde. Les instruments traditionnels s’imposent, le sitar de Daniel Rose annonce la mélodie. Les percussions nous retourne. Dès le début du concert, le festivalier est transporté, à travers un univers très particulier, sur les routes d’Afrique du Sud. Le groupe métisse des thèmes traditionnels avec une musique électro hip-hop, comme a pu le faire dans le passé la chanteuse M.I.A.

Le set continue avec « La Cumbia Dictadura », chanson politiquement engagée avec une ligne de basse fortement marquée. Cata.Pirata, indomptable, se déchaîne et s’approprie la scène. Rencontrée en début d’après-midi lors d’une conférence de presse, personne ne soupçonnait qu’une telle énergie pouvait sortir de son corps.

« En France, on me comprend »

Avec des chansons comme « La Cumbia Dictadura », Catarina Aimée Dahms souhaite partager ses opinions. « Je suis une chanteuse et une artiste. La musique est pour moi un mode d’expression qui permet de partager ma vision du monde » résume-t-elle. Bien que l’image d’une artiste engagée semble lui coller à la peau, elle ne délaisse pas le romantisme. La chanteuse sud-africaine précise fièrement que certaines de ses chansons « parlent d’amour. »

Les messages transportés dans les chansons du groupe sont « bien décryptés en France ». Pour cette raison, la chanteuse avoue apprécié jouer dans les festivals et les salles françaises. « En France, on me comprend, moi, ma musique et mes textes. Ça me donne de l’énergie. » Pour le moment, le groupe a surtout tourné en Europe, il s’envole bientôt pour l’Amérique du Sud et pour l’Asie. Paradoxalement, l’album n’est pas encore sorti en Afrique du Sud, « je ne sais pas encore très bien quelle en sera la réception » indique-t-elle.

Adolescente, Cata.Pirata écoutait beaucoup Nirvana et les rappeurs de Wu-Tang Clan. Artiste visuelle et plasticienne à ses débuts, Catarina Aimé Dahms s’est vite tournée vers la musique : « Je faisait beaucoup d’art visuel et j’avais 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.