Stromae : En route maestro !

Cette année le chanteur belge Stromae est la tête d’affiche des Transmusicales de Rennes. Son concert se jouera à guichet fermé. Retour sur ce jeune phénomène.

Il nous a fait danser sur son rythme électro et chanter sur ses paroles d’un pessimisme entraînant. Il nous a surpris lorsqu’il roulait ses « r » en criant « forrrmidable » comme Brel le faisait pour « le porrrrt d’amsterrrdam » tout en titubant entre les trams de l’avenue Louise à Bruxelles. Il nous a aussi révélé il y a peu son côté androgyne dans son nouveau clip « Tous le mêmes ». Stromae, c’est un seul, et tout ça à la fois. C’est à Rennes, aux Transmusicales, qu’il débutera sa tournée pour son nouvel album « Racine Carrée ». Alors, en route Maestro !

Un talent fou pour la mise en scène et une aisance avec la langue française, Stromae, Paul van Haver de son vrai nom, tient le haut de l’affiche des Transmusicales de Rennes. Il se produira, vendredi 7 décembre, au Parc des Expositions de Bruz (35). À cette occasion, il présentera les titres de son nouvel album « Racine Carrée » sorti en août dernier. Mais attention, on ne prononce pas « Stromaé » mais « Stromaï ».

« Stromae à la prod' »

Un synthé, un logiciel de montage son, un Stromae et un balcon avec vue sur le palais de justice à Bruxelles, et vous avez la recette parfaite pour créer des vidéos. Les « Leçons », comme les appelle le chanteur. Grâce à ses petites vidéos postées sur Youtube, « Paulo », son surnom, commence à se faire connaître. D’ailleurs, pour la promo de son ancien tube « Alors on danse », Stromae a invité sur l’une de ses vidéos Jamel Debbouze. L’humoriste ose même donner des conseils au chanteur belge. Des vidéos qui font toujours le « buzz » sur la toile. Dans son dernier clip, le chanteur mimait une ivresse dans les rues bruxelloises.

Son premier album, « Cheese », abordait des sujets graves et contemporains mais toujours sur des mélodies entraînantes. On retient par exemple sa chanson « Dodo » qui traite de la violence faite aux femmes. Toujours aussi engagé, Stromae revient, avec « Racine Carrée », sur des sujets violents et omniprésents dans nos sociétés. Ses nouvelles compositions abordent par exemple des thèmes comme le sida (« Moules Frites »), le cancer (« Quand C’est? »), le métissage (« Bâtard »), ou encore les réseaux sociaux (« Carmen »). Aussi, la chanson « Ta Fête » s’inscrirait dans la suite de « Alors on danse ». Sous des sonorités d’électro et de guitare africaine qui rappellent les origines du chanteur, le texte de « Ta Fête » décrit la fin d’une soirée et le retour à la réalité du quotidien.

« J’étais et resterai moi »

À 28 ans, le Belge à la silhouette filiforme interminable apparaît souvent avec des vêtements flashy et un nœud papillon haussé jusqu’au menton. Dans les médias et sur la scène, le chanteur présente et met en scène son personnage : Stromae. Ses textes sont fortement inspirés de sa vie personnelle, de son enfance. Dans une interview donné au magazine Télérama, il raconte toutefois que « même s’il y a des éléments personnels dans mes textes, je n’ai pas vécu tout ce que je raconte ».

Ce belgo-rwandais aux bras ballants incarne parfaitement Stromae, un personnage carré, perfectionniste, qui prend soin de son image et qui se démembre à chaque pas de danser. Mais dans Stromae, on retrouve aussi Paul van Haver, le belge de 28 ans qui a débuté dans le rap. Un être sensible et fragile qui sait jouer avec les mots et les rimes, comme Brel le faisait si bien.

Joséphine Van Glabeke

Journaliste en formation à l'IUT de Lannion. Très curieuse, je m'intéresse à tout, mais j'ai un petit faible pour le monde du cinéma, de la musique et de la culture en générale.

Latest posts by Joséphine Van Glabeke (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.