ANALYSE – Divergente, Hunger Games : même combat

Béatrice, héroïne de Divergente nous rappelle beaucoup Katniss de Hunger Games.


Au cinéma cette semaine, une production américaine de Neil Burger : Divergente ; adaptation du roman à succès de Veronica Roth. Après Hunger Games, les sagas pour ados sont très à la mode. Et il semblerait qu’elles jouent avec les mêmes codes. En y regardant de plus près, les deux synopsis présentent quelques points communs.

Renverser le système

Du côté de Divergente, un monde parallèle, post-apocalyptique. La société dans laquelle vit Béatrice divise les habitants en cinq « factions », qui reflètent chacune un état d’esprit. Altruistes, Sincères, Érudits, Fraternels ou Audacieux, le choix est définitif. A 16 ans, Béatrice doit passer le test d’aptitude pour connaître la « faction » qui lui correspond. Mais le résultat n’est pas concluant : Béatrice est Divergente, elle ne rentre dans aucune case. Si elle choisit les Audacieux, l’adolescente va tout faire pour cacher sa différence, car le gouvernement autoritaire traque les Divergents, nuisibles pour le pouvoir. Courageuse et insolente, Béatrice veut déjouer les rouages de cette dictature.

De l’autre côté, l’adaptation de la trilogie de Suzanne Collins : Hunger Games. Katniss Everdeen, 16 ans également, est contrainte de participer aux « jeux de la faim » organisés chaque année par le Capitole. L’État – ici encore totalitaire – a scindé la société en 12 « districts », classés par ordre croissant de pauvreté. Katniss, du district 12, refuse de se battre lors des Hunger Games. Elle mènera, presque malgré elle, une rébellion générale pour renverser le système autoritaire et violent du Capitole.

Un air de déjà vu

Non, les deux scénarios ne sont pas tirés du même auteur. Et pourtant, leur ressemblance est frappante. Fruit du hasard ? Peut être pas.

Il semblerait que les grands succès pour ados se basent sur les mêmes codes. Et ça marche, puisque Hunger Games – L’Embrasement a été nommé plus gros succès de l’année 2013 sur le sol américain.

La recette est plutôt simple : prenez une société dominée par un régime autoritaire et intéressez-vous à ses habitants les plus pauvres. Une fois là-bas, cherchez une jeune fille, de 16 à 18 ans. Inventez un système dans lequel les jeunes son obligés de se séparer de leur famille. N’oubliez pas de préciser que se sont les riches qui dominent et qui donnent les ordres. Choisissez une héroïne courageuse, insolente et altruiste. Grâce à son caractère, faîtes naître une rébellion qui se terminera en véritable révolution conte le système. Une touche d’histoire d’amour, et le tour est joué !

À la recherche du nouvel Harry Potter

Fini le temps du « à quand le prochain Harry Potter ? » Que ce soit en livre ou en film, l’apprenti sorcier a rangé sa baguette. Les sept tomes de J.K Rowling et ses huit adaptations cinématographiques ont réussi à captiver le monde entier pendant plus de dix ans, difficile de faire mieux.

A défaut d’un nouveau Voldemort à combattre, les productions américaines se tournent vers les trilogies à succès. Si le choix des scénarios est assez restreint compte-tenu de leurs similitudes, le succès est quand même assuré. La force de ces sagas est qu’une fois commencé, difficile de ne pas aller voir la suite… L’attachement au personnage principal est puissant, et le suspens nous tient accroché à notre siège.

En plus, les producteurs ont développé une stratégie pour tenir le public en haleine jusqu’au prochain volet: diviser le troisième tome en deux longs-métrages.

Alors, « à quand le prochain Divergente ? »

Amélie Tagu

étudiante en journalisme à l'IUT de Lannion Je m'intéresse à la culture (cinéma, théâtre, littérature), mais également aux sujets locaux. Vous pouvez me suivre sur Twitter

Latest posts by Amélie Tagu (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.