ÇA TOURNE – L’association Production Citron Vert mûrit bien

A plus de 1000 kilomètres de Cannes, les producteurs bretons se testent. / Photo S.H.

Et si c’était les réalisateurs de demain ? L’association Production Citron vert, bande de jeunes passionnés de cinéma, tisse sa toile. Leur ténacité leur a même permis de créer un festival de jeunes producteurs, Courte Échelle. En attendant la gloire.

Une bande de passionnés. L’association Citron Vert, lancée pas plus tard que l’année dernière, commence à prendre ses marques dans le paysage cinématographique breton. Films entre amis au début, et surtout, tremplin pour jeunes Spielberg en herbe.

Et pour aider les autres, il faut se faire connaître. Citron Vert a donc donné naissance au festival Courte Échelle.  « Nous avons fondé l’association pour aider à la création et à la promotion des jeunes cinéastes bretons. Les infrastructures nécessaires n’existant pas, nous les avons mises en place à travers l’association et le festival » explique la vice-présidente, Mathilde Hériaud.

Un franc succès

Et la première édition a rencontré son public. Le président de Citron Vert, Quentin Sellin s’est dit « ravi du festival ».  Pour cette première édition, 130 personnes avait fait le déplacement. « Ce festival n’aurait pas pu se réaliser sans le soutien de partenaires locaux. » Tout au long de la journée, Courte Échelle proposait 18 projections de films amateurs. S’en suivait une rencontre avec l’équipe de réalisation de chaque film. Les spectateurs ont pu découvrir La Mine d’Arnaud Le Hegarat (Rennes), L’Échange de Sébastien Philippe (Saint-Malo), Introspection d’Arthur Megrets (Nantes), ou encore Libre Arbitraire des Froh Faire (Rennes/Quimper).

Du côté des bénévoles, Tangi Bodénès, membre de l’association, s’est dit satisfait du festival.  « En plus, nous avons eu des échos du public. Ils étaient ravis des prestations cinématographiques. » Le festival se voulait aussi musical. Quatre groupes différents ont ainsi animé la soirée, passant du Folk-Rock avec David et Audrey à de l’électro avec AMVG.

« Une formidable initiative »

Thomas Gilou, le réalisateur de La vérité si je mens !Michou d’Auber, était même présent samedi. Comme tous les autres, il est venu avec l’un de ses premiers films, RAÏ. « Quand Quentin m’a contacté pour le festival, la réponse a tout de suite été oui. Moi, je faisais pareil à l’époque ».  En tant que professionnel, il a pu être un exemple pour ces jeunes créateurs. Son principal conseil reste « faire ». « Il faut oser, garder cette envie et cette passion pour le septième art ». Dont acte.

Vous pouvez retrouver Production Citron Vert sur Facebook.

One thought on “ÇA TOURNE – L’association Production Citron Vert mûrit bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.