GOOD VIBES – BMC, le label qui monte

Brodinski a chauffé la Carène avec succès.

Samedi 11 octobre, la salle de la Carène, à Brest, accueillait les membres du fameux label de musique électronique Bromance Records (BMC), lancé en 2011 par le producteur rémois Brodinski et son manager Manu Barron.

Ce samedi, la Carène accueillait plusieurs membres du label français, qui est rarement de passage en Bretagne. On peut saluer ici la salle de la Carène qui a réussi l’exploit de rassembler les grands noms du label.

Au début, étaient prévu Brodinski, Louisahhh!!!, Guillaume Berg, Ateph Elidja et le quatuor Club Cheval (composé de Panteros666, Canblaster, Myd et Sam Tiba). Finalement, quelques heures avant le concert, la programmation change et annonce l’unique présence pour le Club Cheval de Myd.

Une nouvelle qui enlève un peu de piment à la soirée, quand on connaît le talent des trois autres.
Mais peu importe, les gars (et la fille) de Bromance ne se démontent pas : Guillaume Berg ouvre le bal ; malgré une prestation de qualité, le jeune DJ achève son set devant une salle vide de moitié … Ateph Elidja poursuit sur une note plus techno et réchauffe la salle.

C’est maintenant au tour de Louisahhh!!! d’enchaîner, et la jeune américaine nous livre un set à la hauteur de sa réputation. Ensuite, le Padre du label prend la main et impose sa marque, entre techno acid et rap américain très lourd. Dans un style légèrement différent de ses acolytes, Brodinski enflamme une salle de la Carène bien remplie ! 
Enfin Myd (seul membre présent de Club Cheval), clôture cette nuit de techno par une prestation qui laisse à désirer. Un final qu’on peut qualifier de très moyen, qu’on ne lui aurait pas 
soupçonné ! 
Une nuit de folie, malgré cela, avec une équipe régie de la Carène au top de sa forme, qui nous en a mis plein les yeux. Bravo à eux pour ce show et cette programmation !

Bromance, une histoire de potes

Louis Rogé (a.k.a. Brodinski), né en 1987, inconditionnel de la culture hip-hop des années 90 et parallèlement de techno et de house, lance son label en 2011, avec l’aide de Manu Barron du Social Club.
Bromance, contraction de « brothers » et de « romance », définit parfaitement la politique fraternelle du label. Les membres étant une bande d’amis, originaires de France, de Los Angeles et de l’Angleterre.

Brodinski rencontre très vite Mike Levy (plus connu sous le nom de Gesaffelstein), ce dernier fait découvrir la techno au jeune Rémois, et signe très vite sur BMC Records. Plusieurs autres artistes signeront ensuite sur le label : le quatuor de Club Cheval, Ateph Elidja, Guillaume Berg, les américains du duo Pipes et Louisahhh!!!, le Canadien Illangelo, puis l’Anglais Stuart Price. Ajoutant à cela, le projet Gucci Vump, composé de Brodinski et de Guillaume Brière (de The Shoes).
En bref, BMC Records, a tout du grand label demain.

 

Le public de la Carène a pu apprécier la techno acid du Padre / Photo DR

 

BMC a tout d’un futur grand label / Photo DR

François Brulé

Étudiant en journalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.