ZEN ATTITUDE – Méditez et partez au Sri Lanka !

11001853_10204953107940247_4055270271820489911_n

Le bouddhisme se base sur la sagesse, la pitié et le respect pour la vie, notamment pour la vie animale.

Portugais, Hollandais et Anglais trouvaient autrefois leur bonheur au sud-est de l’Inde sur l’île paradisiaque de Ceylan. Cette île, actuellement appelée Sri Lanka, offre des paysages variés, mais tous très riches. Sur les montagnes, dans la jungle ou à côté des cocotiers, sur la plage, les reproductions de Bouddha envahissent le pays pour protéger les habitants. Donc méditez, restez zen et découvrez le Sri Lanka !

IMG_1707

Femme priant Bouddha à Anuradhapura

Le bouddhisme empreigne la vie quotidienne des habitants et est ancré aux traditions du pays. Cette religion qui représente 69% de la population n’est pourtant pas la seule. Des temples hindouistes ainsi que des églises et des mosquées sont souvent retrouvées dans plusieurs villes. Ces quatre religions cohabitent harmonieusement dans un seul pays. Sarizia, sarouel, sarong, burka ou kipa, le bouddhisme prône le respect pour les autres formes de culte.

Pourtant, aucune occasion n’échappe aux habitants pour rendre hommage à Bouddha. Des centaines de reproductions de ce dieu sont placées à plusieurs endroits de la ville. En voiture, à pied ou en vélo, les habitants saluent Bouddha à chaque fois qu’ils le croisent. Mais les statues ne sont pas seulement des lieu de culte. Plusieurs temples se trouvent en ville ou dans les montagnes, et possédent un « stupa ». Ce monument en forme de dôme contient les cendre d’une personne sainte, à l’image des pyramides pour les rois Egyptiens. Une fois construit, l’intérieur est impénétrable.

Le respect pour la vie

IMG_1174

Une statue de Bouddha à Colombo

Colombo, Kandy et Dambulla sont les trois principales villes où les plus beaux temples sont situés. « Le Bouddhisme est une philosophie plus qu’une religion. Tu peux l’être uniquement cinq minutes par jour pendant lesquelles tu médites. Cela est suffisant pour changer ta façon de vivre », affirme Piyal, habitant de Colombo. En effet, cette religion se base sur la sagesse, la pitié et le respect pour la vie, notamment pour la vie animale. La croyance en la réincarnation fait que vaches, chiens, chats, singes, des barrants et éléphants se promènent en toute liberté à travers routes et villes. Ces animaux sont aussi souvent retrouvés lors des cérémonies. La plupart des temples sont construits en sorte que les éléphants puissent entrer dans les lieux saints.

Bouddha en position de méditation, de repos, de sagesse ou d’enseignement, peu importe. Il protège toujours la ville, la vie de ses animaux et de ses habitants. Tara la Blanche, équivalent féminin de Bouddha, est symbole de fertilité, de protection. Elle est également honorée dans les temples. Les femmes s’habillent donc tout en blanc les jours fériés. Fleurs et riz sont offerts aux dieux dans les temples en échange de protection. Pieds nus, jambes et bras couverts, les fidèles prient sous l’œil attentif des policiers qui veillent au respect des règles. Crâne rasé, tenue orange et pieds nus, les moines ne sont pas contrôlés. Dédiés à l’enseignement pendant la journée, ils se retirent dans les temples une fois la nuit tombée. Austérité et calme est leur devise. Pourtant, ils sont toujours à la dernière mode, avec Iphone et un appareil Canon à la main.

En route vers la modernisation

IMG_1245

Marché de Colombo, capitale du Sri Lanka

Couleurs, musique et klaxons résonnent dans les villes du Sri Lanka. Une très grande densité de population regroupe les habitants, ainsi que chiens et chat errants, autour des différentes routes du pays.

À droite, une maison magnifique avec un grand jardin. Et juste à côté: une cabane faite de métal. Le contraste de richesses dessine l’économie du pays. « Invest in Sri Lanka », disent les panneaux publicitaires. Le marché s’agrandit et une population de plus en riche habite le pays. Pourtant, cette richesse n’atteint pas encore tout le monde. Un lit, une douche ou des toilettes sont un luxe que tous les habitants ne peuvent pas se permettre. Ne soyez donc pas surpris de trouver souvent des « toilettes à la turque » ou des habitants se douchant dans les lacs et rivières.

« Habillez vous pour le succès » et « L’université pour réussir » sont les slogans qui recouvrent les grandes villes où l’émancipation du traditionnel se fait petit à petit. La place de la femme bascule doucement vers un mode de vie plus moderne et égalitaire. Les petites filles sont envoyées à l’école, puis à l’université. Pourtant, trouver un mari reste primordial. La cérémonie de mariage reste également très traditionnelle et dure trois jours. Le premier jour, la fête se déroule chez la famille de la femme. La mariée porte une robe blanche. Le deuxième jour est une « petite lune de miel », pour revenir ensuite le troisième jour fêter le mariage dans la famille de l’homme. Cette fois, la mariée porte une robe rouge en symbole de la perte de sa virginité. Le divorce est autorisé au Sri Lanka, « mais il est très difficile de trouver un deuxième mari », explique Lal, une villageoise.

Une terre de richesses

Au Sri Lanka, vous pouvez trouver différentes exploitations qui valent le coup d’être visitées. Il ne faut pas être surpris de passer obligatoirement par la boutique avant de sortir. C’est ainsi que survivent les diverses plantations au delà de la vente.

IMG_2263

Les cueilleuses de thé de la plantation Mak Wood

Les plantations du fameux thé de Ceylan sont occupées uniquement par des femmes. Ces cueilleuses ramassent 20 kilos de feuilles de thé par jour. Les sacs suspendus à leurs bandeaux sur la tête, ces femmes passent toute la journée sous le soleil pour remplir les exigences de l’entreprise. Thé noir, blanc ou vert, la cueillette est la même. La différence réside dans la fermentation. Attention aux prix dans les boutiques des plantations, vous trouverez dix fois moins cher dans les marchés locaux.

Les plantations d’épices sont de même très connues au Sri Lanka. Pourtant, attention aux pièges à touristes: il y a d’innombrables plantations, mais il y en a des artificielles préparées pour les étrangers. Poivriers, Aloe vera, jacquier, noix de cajou… Rien ne manque dans les plantations Sri Lankaises. Vous pouvez donc acheter les épices en elles-mêmes, mais aussi les produits dérivés de celles-ci comme des crèmes, huiles et sauces. Vous y trouverez des crèmes d’épilation, des huiles amincissantes, des crèmes contre le mal de tête, etc. Tous ces produits sont complètement naturels et bénéfiques pour la santé. Vous les trouverez pourtant, encore une fois, moins chers dans les marchés locaux.

IMG_2578

Ouvrier d’une mine de moonstone

Les dernières exploitations à visiter sont les mines de « moonstone », une pierre semi-précieuse. Le processus commence par une extraction de sable à environ 25 mètres sous terre. Ensuite, cette terre est tamisée et les pierres sont repérées. Pour terminer, arrive l’étape du travail de la pierre pour lui donner une forme.

La peau sur les eaux laissant voir la forme de leurs côtes, les ongles cassés, les doigts fatigués, les ouvriers remontent le seau 8 heures par jour. Ils sont payés 250 dollars par mois, plus bonus. Pourtant, le plus petit collier peut coûter 200 dollars. Le salaire d’un ouvrier correspond donc à un seul collier ou à une paire de boucle d’oreilles.

Entre montagnes et l’océan indien

IMG_2549

Vue depuis le fort de Galle

Sur la route, un panneau « Attention éléphants » illustre la végétation du Sri Lanka. Entourée par l’océan indien, cette île est une vraie jungle. Non seulement des éléphants traversent la route, mais aussi des singes, des barrants et une multitude d’autres animaux sauvages. Dans le parc national de Yala, au sud du pays, vous pouvez même voir des léopards si vous êtes chanceux. Des cerfs tachetés, des éléphants, des phacochères ainsi que d’innombrables espèces d’oiseaux se cachent entre les denses végétations de la jungle Sri Lankaise. Les entrées dans le parc ne sont pourtant pas contrôlées. Ainsi, les 30 jeeps qui se trouvent dans la parc se précipitent sur le pauvre animal repéré. En 2011, un léopard fut retrouvé mort, apparemment renversé par une jeep.

Plusieurs rochers de centaines mètres se trouvent à proximité des montagnes, mais entre tous,  on trouve Sigirîya. Un rocher protégé par l’UNESCO, qui aurait été une forteresse et un palais autrefois. Selon la légende, au Ve siécle, le fils cadet du roi Anurâdhapura aurait tué son père et expulsé son frère aîné du pays pour obtenir le trône qui ne lui aurait jamais appartenu. C’est sous la peur des représailles de son frère que Kassyapa décide de créer un palais fortifié en haut du rocher de Sigirîya.

Les restes de cette forteresse peuvent encore être observées après une montée de 1 200 marches pour atteindre le sommet du rocher. Quelques fresques de femmes se trouvent dans une grotte, à mis chemin du rocher où se trouvaient autrefois les gardes du roi. L’identité de ces femmes demeure pourtant dans le mystère.

IMG_1561

Vue des montagnes depuis Sirigiya

Au delà de la jungle, le Sri Lanka cache une multitude de montagnes où se trouvent les multiples plantations de thés. La température baisse la nuit en altitude. Une veste est à prévoir pour se promener en ville, où beaucoup d’anciens bâtiments anglais ont été restaurés pour en faire des hôtels. Le matin, la vue est extraordinaire. Les contrastes entre les différentes montagnes flouées par le brouillard offrent un paysage féerique.

En dévalant les pentes, en traversant la jungle, on arrive enfin à la plage. Cocotiers, bananiers, vagues et grand soleil, les villes au bord de mer offrent une ambiance détendue et hippie. C’est une destination parfaite pour des vacances en famille où plage, piscine et fruits de mer s’emmêlent. Pour une ambiance plus européenne, la ville de Galle au sud du pays se trouve à l’intérieur d’un ancien fort. Celui-ci a appartenu aux portugais, puis aux hollandais, et finalement aux anglais. On peut donc y trouver plusieurs bâtiments d’architecture très coloniale, ainsi qu’une magnifique vue sur la mer.

Ainsi donc, le Sri Lanka, terre de beauté mais aussi d’inégalité, est une destination de vacances à considérer fortement. Par contre, n’hésitez pas à creuser. Les locaux se montrent réticents à montrer les côtés les plus pauvres du pays ainsi que le mode de vie de la plupart des habitants. Les arrêts dans les cafés et restaurants sur la route, de même que les balades dans les marchés, sont très recommandés. Ne vous arrêtez pas à « Attention, c’est local » !

Juliette Roger

Juliette Roger

De nationalité franco-portugaise, j'ai vécu 10 ans à Barcelone, donc je parle cinq langues: portugais, français, anglais, espagnol et catalan (et j'ai commencé l'allemand cette année). Maintenant en formation à l'IUT de Lannion en journalisme, je m'entraîne! J'adore voyager et faire de la plongée, j'ai fait un peu le tour du monde et pris de très belles photos même sous l'eau!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.