TY SEGALL – Un nouveau Ziggy Stardust

Manipulator, c’est le nom qu’a donné Ty Segall, auteur-compositeur-interprète américain, à son neuvième album solo. Le guitariste est revenu, en 2014, avec toujours la même excentricité et une voix qui traduit un vécu personnel fort.

 

Ty Segall, multi-instrumentiste de 27 ans possède une grande expérience scénique du fait de la multitude de groupes dans lesquels il a joué. Ayant perdu son père et détestant sa mère, l’artiste s’est renfermé dans ses compositions, fort d’une situation familiale qui l’a beaucoup marqué. Il livre à travers ses albums les périodes les plus sombres de sa vie autant que les meilleurs jours. Enfant et adolescent hyperactif, Ty Segall écoute aussi bien les Beatles que les Stooges ou Skip Pence. Depuis la mort de son père, le californien a ressorti du placard sa Fender Mustang et compte bien utiliser son don pour la musique pour exprimer ce qu’il ressent aujourd’hui au fond de lui-même.

Son côté à la fois doux quand il s’agit de chansons à texte et énervé lorsque qu’il exprime tout le mal qu’il a vécu fait de lui un artiste original et doté d’une forte personnalité. Il possède cette voix taillée pour le rock, un peu enraillée et capable de partir à tout moment dans les aiguës, rappelant le chant d’une femme, à la manière de Robert Plant.

Une excentricité à la David Bowie

 

Ce blondinet un peu fou-fou produit presque un album par an. Manipulator, son neuvième album solo, sorti en 2014, a sonné comme un retour pour cet auteur-compositeur. Un nouveau disque qui fait totalement parti de l’univers garage rock avec des touches de psychédélisme. Ce qui n’est pas sans rappeler le style de David Bowie. L’excentricité de Ty Segall correspond parfaitement avec Ziggy Stardust, le personnage fictif inventé par Bowie.

Son album Twins, sorti il y a trois ans, nous faisait déjà replonger dans des airs de sixties et seventies. Un véritable cocktail de générations et de styles qui plaira aux anciens et aux plus jeunes. Ty Segall est un de ces je m’en foutiste comme on les aime, bourré de talent. Et toujours aussi étonnant.

 

Antoine Irrien

Journaliste en formation à l'IUT de Lannion. Président de Report Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.