F-X MENAGE – « Etre débrouillard pour s’en sortir »

Pour François-Xavier Ménage le reportage

François-Xavier Ménage consacre beaucoup de temps au reportage qu’il considère comme la « noblesse du journalisme ».

François-Xavier Ménage, originaire de Ploërmel dans le Morbihan, nous décrit son parcours et sa vision du métier de journaliste à travers sa propre expérience. Le présentateur de « Capital » vit pleinement son métier. Rencontre.

 

Un début loin du journalisme

 

L’actuel présentateur de M6, ne pensait pas devenir journaliste en décrochant son bac économique, en 1998. Le breton commence ses études à la fac d’économie de Rennes et anime, en même temps, une émission sur une radio musicale. Puis, il oriente ses études vers le journalisme dans un Institut universitaire professionnalisé (IUP) et entre finalement au Celsa (Centre d’étude littéraire et scientifiques appliquées), à Paris.

François-Xavier Ménage intègre d’abord Europe 1 puis RMC, en 2004, où il réalise beaucoup de reportages politiques. En 2008, le Ploërmelais entre à BFM TV. Il se lance un défi : « en faire plus, comme les autres journalistes ». Pendant 6 ans, ce grand reporter va parcourir le monde jusqu’à l’été dernier où M6 lui propose de présenter « Capital », l’émission de Thomas Sotto. Le trentenaire saisit cette opportunité et se félicite d’avoir fait une fac d’économie, « parce que j’y ai appris plein de trucs utiles. »

 

Le reportage ? « La noblesse du journalisme »

 

Oubliées les semaines types ! Lorsque l’on est grand reporter « on ne compte pas ses heures, il faut travailler n’importe quand, et n’avoir qu’un seul objectif en tête : partir. »
Son métier de reporter le conduit à parcourir le monde. François-Xavier Ménage travaille d’abord sur des faits divers en France, puis en Afghanistan, en 2010, au cœur de la guerre : « le travail en équipe était génial, c’était stimulant et enrichissant. Le reportage c’est la noblesse du journalisme». L’année suivante, il couvre le Printemps Arabe.
Ce passionné de culture nippone se souvient de la catastrophe de Fukushima, en 2011, comme l’évènement le plus marquant de sa carrière, mais aussi comme une semaine intense : « je ne dormais que trois heures par nuit ». Entre interviews des témoins et des victimes, François-Xavier Ménage a appris une chose : « Il faut être débrouillard pour s’en sortir. C’est la clé pour réussir. »

 

Un investissement personnel important

 

Pas de remède miracle pour réussir dans ce métier selon François-Xavier Ménage, même si posséder une personnalité qui permette « de se démarquer » peut faire la différence. Le plus important, pour lui, c’est d’être conscient que le journalisme constitue un investissement personnel considérable, avec d’énormes sacrifices. La soif de connaissance et l’envie de questionner sont incontestablement les bases du métier : « la culture générale est indispensable, il faut s’intéresser à tout. »

Même avec une carrière désormais bien lancée, le présentateur voit l’avenir d’un œil peu rassurant : « Internet risque de prendre le dessus, et la presse papier de connaître des jours difficiles. »

Théo Richard

Théo Richard

Théo Richard

Latest posts by Théo Richard (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.