CYCLISME – Les championnats de France commencent !

C’est ce jeudi que débutent les 103e championnats de France de cyclisme sur route. Pour la troisième fois, ils se déroulent à Chantonnay, en Vendée. On vous dit tout sur cette compétition.

 

Après 2006 et 2010, c’est la troisième fois que Chantonnay, commune vendéenne située non loin des Essarts, accueille les championnats de France de cyclisme sur route. Lors des deux premières éditions, Florent Brard puis Thomas Voeckler s’étaient imposés.

En comparaison aux deux premières éditions, le parcours est plus long. Cette année, les coureurs auront affaire à un circuit de 14,7 km alors qu’il était de 14,1 km en 2006 et 2010. La raison ? Les organisateurs ont rajouté une bosse, de difficulté moyenne (350 m à 7,5%), placée tout proche de l’arrivée, à 2,5 km de la ligne.

Pour Thomas Voeckler (Europcar), déjà vainqueur sur ses terres il y a cinq ans, le circuit pour l’épreuve en ligne est exigeant. « Chantonnay est le coin de Vendée, avec les Herbiers, le plus vallonné. Le circuit pour l’épreuve en ligne est usant. Les bosses ne sont pas difficiles mais c’est leur répétition au gré des kilomètres qui va faire mal. Il y a aura beaucoup de coureurs au départ de cette épreuve, mais moins d’équipes présentes que sur les autres courses du calendrier. Cela peut donner lieu à une course plus décousue que sur certaines grandes épreuves. Il faudra être vigilant. Ce n’est pas facile de s’organiser sur ce parcours-là. Ce sera sans doute une course ouverte. Ce qui va primer, c’est le placement. Il faudra aborder les bosses bien placées et ne pas trainer en queue de peloton », a-t-il confié à la Fédération française de cyclisme il y a quelques jours.

Et si le leader de l’équipe Europcar nourrit des ambitions sur la course en ligne de dimanche, il disputera également le contre-la-montre, ce jeudi après-midi, « pour se tester ». « Il sera difficile de conserver un rythme linéaire. Ce n’est pas un chrono que l’on peut préparer spécifiquement à mon avis ». L’arrivée des cinq courses se fera boulevard Thomas-Voeckler.

Le programme des épreuves

Au total, huit titres seront décernés en quatre jours de course. La compétition débutera ce jeudi par les deux contre-la-montre. Professionnels et amateurs sont regroupés sur cette épreuve (ce n’est pas le cas sur la course en ligne). Les 31 dames inscrites, dont Jeannie Longo, s’élanceront dans la matinée, toutes les 2 minutes, à partir de 9 h 30, pour une boucle de 24,7 km. Sur la base d’une moyenne estimée à 35 km/h, la dernière concurrente devrait franchir la ligne d’arrivée aux alentours de 11 h 18.

Dans l’après-midi, ce sera au tour des hommes, qui seront plus nombreux dans le portillon de départ (62) et parcourront une distance plus longue (47,2 km). Le premier concurrent partira à 14 h 00, tandis que le dernier devrait franchir la ligne d’arrivée à 17 h 47 (moyenne estimée à 41 km/h). Pour les courses en ligne, il faudra attendre le week-end. Deux sont au programme samedi. Les 184 amateurs hommes engagés seront les premiers à s’élancer dans la matinée. Départ fictif à 8 h 45, arrivée prévue à 13 h 04 (moyenne estimée à 41 km/h). Les concurrents devront effectuer le circuit onze fois et parcourir les 12,2 km nécessaires pour relier la ligne de départ fictive à la ligne d’arrivée, pour une distance totale donc, de 173,9 km.
Dans l’après-midi, ce sera au tour des dames. Au programme, 100,4 km à parcourir pour les 83 engagées, soit six tours de circuit. Départ fictif à 13 h 50, pour une arrivée prévue à 16 h 43 (moyenne estimée à 36 km/h). Enfin, ces championnats de France toucheront à leur fin, dimanche, avec l’épreuve réservée aux professionnels masculins. Le départ fictif est prévu à 10 h 35 et l’arrivée à 16 h 51 (moyenne estimée à 40 km/h). Les 169 coureurs engagés devront avaler pas moins de 247,4 km, soit seize tours de circuit.

Les équipes engagées

Parmi les formations que les spectateurs et téléspectateurs pourront apercevoir sur les routes vendéennes, il faut différencier trois catégories d’équipes : professionnelles, nationales et régionales.

Les équipes professionnelles françaises : AG2R La Mondiale, FDJ (UCI World Tour) ; Europcar, Cofidis, Bretagne-Séché Environnement (Continentale Pro) ; Big-Mat Auber 93, Roubaix-Lille Métropole, Team La Pomme Marseille 13 (Continentale) ; Armée de Terre (Continentale sans statut pro) ; Poitou-Charentes Futuroscope 86 (UCI Féminin 2015). Parmi les équipes professionnelles étrangères présentes, on retrouve Movistar, BMC, IAM Cycling, l’écurie de Sylvain Chavanel et la formation Etixx-Quick-Step chez les hommes. Chez les femmes, la Rabo Liv Cycling Team et Lotto-Soudal participeront à la compétition. Seules les courses en ligne « Dames » et « Elites professionnels » seront retransmises, sur France 3, à l’échelle nationale. Rendez-vous samedi à 15 h 23 pour l’épreuve féminine (1 h 22 de direct) et dimanche à 15 h 20 pour suivre l’arrivée de l’épreuve masculine (1 h 40 de direct).

Nos favoris

Contre-la-montre Hommes : Sylvain Chavanel (IAM Cycling), tenant du titre et déjà six fois vainqueur. Il sort d’un bon Giro où il a pris notamment la 2e place à Abetone et la 3e à Verbania ainsi que la 11e place du chrono final.

Outsiders : Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale), titré en 2009 ; Jérôme Coppel, récent 7e du contre-la-montre final du Tour de Suisse ; Anthony Roux (FDJ), dauphin de Sylvain Chavanel l’an passé.

Contre-la-montre Femmes : Pauline Ferrand-Prévot (Rabo Liv Cycling Team), triple tenante du titre mais qui se remet d’une sciatique, problème qui l’a handicapé durant deux mois. Elle n’a pas encore levé les bras cette saison ; Audrey Cordon Ragot (Wiggle Honda), qui reste sur trois 2e places d’affilée. Battue pour seulement deux secondes l’an passé. Cette saison, elle a remporté Cholet Pays de la Loire.

Outsiders : Aude Biannic (Poitou-Charentes Futuroscope 86), 3e l’an dernier ; Elise Delzenne, qui compte deux victoires a son actif cette saison et surtout une 12e place sur le chrono Gatineau le 5 juin ; Edwige Pitel (S.C. MICHELA FANINI ROX), 5e l’an dernier et 4e du Chrono des Nations, fin 2014, à 48 ans. Enfin, la surprise pourrait venir d’Annabelle Dreville, jeune espoir (20 ans) qui s’est illustrée l’année dernière sur le chrono des Nations (7e) et plus récemment aux Jeux Européens de Bakou (17e).

Course en ligne Dames : Pauline Ferrand-Prévot, tenante du titre ; Audrey Cordon ; Outsiders : Edwige Pitel ; Aude Biannic ; Elise Delzenne, titrée en 2013 au Pays des Abers.

Course en ligne Hommes : la formation Europcar, qui joue à domicile, possède plusieurs atouts dans ses rangs (Thomas Voeckler, Thomas Boudat, Byan Coquard ou encore Pierre Rolland) fait figure de favorite avec ses 22 coureurs. Suffisant pour faire tomber l’armada FDJ (25 coureurs) qui fait main basse sur les championnats de France depuis 2012 ? Nacer Bouhanni, puis Arthur Vichot et Arnaud Démare se sont successivement imposés. Et si Thibault Pinot, récent 4e du Tour de Suisse, sera absent, la formation de Marc Madiot pourra compter notamment sur Arnaud Démare, le tenant du titre, Jérémy Roy, forfait pour le chrono mais qui devrait pouvoir tenir sur place sur l’épreuve en ligne, ou encore Alexandre Geniez pour faire la différence.

Dans les autres formations, il faudra surveiller notamment Sylvain Chavanel (IAM Cycling), qui rêve toujours d’un doublé chrono-course en ligne, Nacer Bouhanni (Cofidis), revanchard après sa 2e place de l’an passé, le puncheur Christophe Riblon (AG2R La Mondiale) et Pierre-Roger Latour (AG2R), surprenant 3e de la Route du Sud derrière Alberto Contador et Naïro Quintana. Dans la catégorie des puncheurs, Julien Alaphilippe (Etixx-Quick Step) qui pourra compter sur Maxime Bouet pour l’épauler, Tony Gallopin (Lotto-Soudal) ou encore le Breton Warren Barguil (Giant-Alpecin) auront une carte à jouer. La dernière bosse programmée en toute fin de parcours semble être également un terrain propice aux attaques.

L’info en plus : les contrôles antidopage

Quels coureurs seront contrôlés à l’arrivée de chaque épreuve ? Réalisés par des préleveurs de l’AFLD (Agence française de lutte contre le dopage), les contrôles viseront les trois premiers coureurs de chaque championnat ainsi que deux coureurs tirés au sort et la championne de France Dame espoirs. En fonction des recommandations de l’agence antidopage, d’autres concurrents pourront faire l’objet de ces contrôles. Les coureurs doivent se présenter au maximum 30 minutes après l’arrivée ou le podium protocolaire. Dans l’hypothèse où l’un des coureurs aurait abandonné, le délai autorisé sera de 30 minutes après l’arrivée du dernier coureur classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.