CLM DAMES – Cordon s’impose en Elite, Dréville s’adjuge le tire amateur

Deuxième l’an passé, la Pontyvienne Audrey Cordon a pris sa revanche cette saison en devenant championne de France pour la première fois de sa carrière, après avoir été dauphine trois fois d’affilée. La tenante du titre, Pauline Ferrand Prévot, est troisième, derrière la Landernéenne Aude Biannic. Prochaine épreuve ce samedi après-midi, avec la course en ligne.

 

Le podium de ce contre-la-montre Dames (de gauche à droite) : Aude Biannic (2e), Audrey Cordon (1ère) et Pauline Ferrand Prévot (3e). (Photo Alexandre Mazel)

Deux secondes. C’est le mince écart qui séparait Pauline Ferrand Prévot de sa dauphine, Audrey Cordon, la saison passée. Très déçue, la sociétaire de l’équipe Wiggle Honda avait promis de revenir avec un esprit revanchard cette année. Et dans le bocage vendéen, la Pontyvienne n’a pas déçu. Partie prudemment, Audrey Cordon a fini en trombe, ne laissant aucune chance à ses adversaires. Sa plus proche rivale, Aude Biannic, est repoussée à 23 secondes. À l’arrivée, bien qu’elle soit déçue que « PFF » (Pauline Ferrand Prévot) n’ait pas été à son meilleur niveau, elle savoure sa victoire.« Je tourne autour depuis plusieurs saisons. Il y a quelques années je terminais à 30″, l’an dernier j’étais à 2″ et cette année c’est la bonne. Enfin ! Quelque part je regrette que Pauline (Ferrand-Prévot) n’ait pas été à 100% parce que ça aurait rendu la victoire encore plus belle mais ce sont les aléas du cyclisme. Nous sommes toutes touchées par les blessures un jour ou l’autre. Bref, je savoure. Maintenant, j’espère pouvoir prendre une autre dimension dans ma nouvelle équipe, Wiggle Honda. » Championne chez les espoirs en 2010, troisième l’an passé pour sa première saison chez les professionnels, Aude Biannic (24 ans) gagne une place sur le podium cette année. « Je n’ai pas de regrets aujourd’hui, parce que pour une fois, j’ai pu préparer le chrono comme je le souhaitais. Je savais qu’Audrey Cordon était en forme, je l’avais constaté sur une course la semaine dernière. Je n’arrive pas à 5 » d’Audrey, mais à 22 ». Je me rapproche du titre d’année en année. On prend forcément le départ en pensant au podium voire au titre. Mais je sais que nous avons pas mal de bonnes rouleuses en France. J’ai connu des galères en début de saison. Ça a été très compliqué mais j’ai pris le temps de revenir. Je sens que je progresse. Je suis satisfaite d’être là, j’ai encore des progrès à faire en contre-la-montre, plein de petits trucs à revoir. Un contre-la-montre comme aujourd’hui, c’est long. Nous sommes surtout habituées aux chronos courts ou aux prologues. On ne sait donc jamais trop où se situer. Je ne me souviens plus trop du circuit de l’épreuve en ligne mais il est usant. Nous allons jouer sur le collectif, c’est notre chance. En seconde partie de saison, il y a des beaux rendez-vous, notamment les courses par étapes. Puis il y a le Championnat du Monde où il faudra conserver le titre de Pauline. »
 

Pauline Ferrand-Prévot craque sur la fin

Triple tenante du titre, Pauline Ferrand Prévot se savait attendue. Son meilleur temps signé au premier temps intermédiaire laissait penser que la championne du monde de la spécialité avait suffisamment récupéré de sa sciatique pour rafler un quatrième titre national d’affilée. Mais la chef de file de l’équipe Rabo Liv Women était trop juste dans sa préparation. Au vu des nombreux soucis qui l’ont touché récemment, elle s’estime heureuse d’être présente sur ce podium.

« Je ne peux pas dire comment j’aurai été avec plus d’entraînement. Mais quoi qu’il en soit, je suis déjà très contente d’être là aujourd’hui. Je dois avouer qu’il y a un mois, je ne pensais pas du tout aux championnats de France, mais plutôt à trouver ce que j’avais et essayer de me guérir. J’ai observé dix jours de repos complet et me suis soigné sur Paris. Je ne suis remonté sur le vélo que vendredi dernier. Et lundi c’était le test avec les premières intensités. Les derniers mois que j’ai vécu étaient difficiles. Déjà que le vélo c’est dur, alors avec une douleur je ne m’en sortais pas. Et j’ai trop attendu pour en parler (de sa sciatique). Parce que je n’avais pas envie de me plaindre, et parce que la douleur était devenue « normale », plutôt pathologique. Mais tout ça est derrière moi. Aujourd’hui je suis là, j’avais vraiment à cœur de courir, et je suis super contente d’être le podium. Je ne peux vraiment pas être déçue de moi. Cette course marque un point de départ d’une belle deuxième partie de saison. »

Pour l’anecdote, le podium de cette édition 2015 est le même que l’an passé. Seules les positions ont changées : Pauline Ferrand-Prévot l’avait emporté devant Audrey Cordon et Aude Biannic.

Jeannie Longo rend hommage aux disparus de « Dropped »

Elle dit être à Chantonnay « pour le plaisir, pour s’amuser ». Jeannie Longo, la femme aux 59 titres de champion de France, aux treize couronnes mondiales et au titre olympique s’est classée au 29e rang, à 2’25 d’Audrey Cordon pour ses 36e « France ». À l’arrivée, la Rhodanienne de 54 ans a tenu à rendre hommage aux victimes du jeu « Dropped », décédés dans un accident d’hélicoptère en Argentine au mois de janvier, auquel Jeannie Longo participait. La coursière de tous les records ne devrait néanmoins pas s’aligner sur la course en ligne, ne s’estimant « plus capable de réagir aux attaques ».

La Morbihannaise d’adoption Coralie Demay longtemps en tête

Si Audrey Cordon et Aude Biannic se sont distinguées en trustant les deux premières places du podium, d’autres Bretonnes se sont illustrées au cours de ce contre-la-montre. C’est le cas notamment de la Morbihannaise d’adoption Coralie Demay. Partie juste avant Melanie Favre, finalement troisième en amateur, la sociétaire du Veloce Vannetais cyclisme, vêtue du maillot noir du comité Bretagne, a réalisé une excellente performance. Auteur du meilleur temps, en 37’01’’977, elle restera sur la plus haute marche du podium une bonne vingtaine de minutes, jusqu’à ce qu’Anabelle Dreville, titrée en amateur (voir par ailleurs) la détrône. À l’arrivée, un top 10, et le 7e rang pour Coralie Demay. Ce fut plus compliquée pour Hélène Gérard (Team Pays de Dinan), qui se classe 22e.
 

Espoirs : Anabelle Dreville confirme les espoirs placés en elle

C’est la jeune Française qui monte : 3e des championnats d’Europe espoirs du contre-la-montre l’an dernier puis 7e du Chrono des Nations, 17e du chrono des Jeux européens de Bakou (en juin). Certains observateurs voyaient en elle la possible surprise de ces championnats de France. La Beauvaisienne de 20 ans n’a pas déçue. Vêtue du maillot du comité de Picardie, Anabelle Dreville a dominé l’épreuve amateur. En tête à tous les points intermédiaires, elle a parcouru les 24,700 km en 36’ et 46 secondes, à une moyenne de 36 km/h. La sociétaire du VC Beauvaisien Oise s’offre même le luxe de figurer dans le top 10 du scratch (le classement général), à la huitième place, à 1’47 d’Audrey Cordon, vainqueur dans la catégorie Elite.

« Je ne m’attendais pas vraiment à remporter le titre. Je voulais surtout tout donner, me faire plaisir mais être sacrée Championne de France Espoirs, c’est encore mieux ! J’espère que ça va me débloquer pour la suite…Honnêtement, je suis étonnée par mon début de saison. Je n’espérais pas faire d’aussi belles places. Je pense que j’ai franchi un cap avec ma première sélection en équipe de France, l’an dernier. C’est vraiment une autre structure.

Samedi je n’aurai pas de pression, je vais pouvoir en profiter. J’ai d’ores et déjà atteint mon objectif. Tout dépendra des circonstances de course mais quoiqu’il arrive, je ne serai pas déçue. Parallèlement au vélo, je suis des études de médecine. Je bénéficie d’un aménagement de mon emploi du temps pour pouvoir continuer à courir. Les salaires ne sont pas suffisants dans le cyclisme féminin pour ne vivre que de ça. La médiatisation de la discipline pourrait peut-être débloquer la situation. Pour la suite je ne m’en fais pas, je verrai bien. Je vais toujours chercher à prendre du plaisir dans ce que je fais. Ça ne me déplairait pas d’intégrer une équipe UCI ! » La dauphine de la nouvelle championne nationale, Séverine Eraud, apparait à la onzième place du scratch, à 28 secondes d’Annabelle Dréville. Mathilde Favre (Rhône-Alpes) est troisième de cette catégorie amateur, battue de 1’02 (14e au scratch, à 2’49 d’Audrey Cordon).

Les réactions :

Séverine Eraud : « Je ne suis pas trop déçue de mon résultat. Je savais que je n’étais pas en super forme. Je l’ai vu la semaine dernière aux Jeux Européens à Bakou, j’avais déjà eu du mal. Je pense avoir accumulé de la fatigue. Mon objectif était tout de même de terminer sur le podium. Je suis donc satisfaite. Après mes titres chez les Juniors, je suis attendue sur les chronos. Ça met du coup de la pression. Je n’ai pas trop eu de résultats sur la première partie de saison. J’ai disputé des courses importantes, ce qui permet de bien apprendre. Je progresse lentement depuis mon arrivée l’an passé chez les Espoirs, mais il y a toujours eu une évolution. Ce n’est pas toujours facile de bien s’entraîner avec les études à côté. Nous aurons une belle équipe samedi sur l’épreuve en ligne, avec des filles qui marchent. Il faudra faire une belle course collective. »

Mathilde Favre : « J’affectionne le contre-la-montre. J’ai toujours voulu bien faire dans cet exercice mais depuis mon arrivée chez les Espoirs, il y a eu quelques années de galères. Aujourd’hui, Anabelle (Dreville) était au-dessus du lot. J’ai eu un problème mécanique : j’ai coincé ma chaîne entre le « 11 » et le cadre. C’est dommage mais encore une fois, Anabelle était intouchable. Je n’ai pas de regret.

Pour moi, la transition entre les Juniors et les Espoirs n’a pas été facile. J’ai eu une mononucléose en arrivant chez les Espoirs 2. Puis il y a les études. J’ai été enterrée, oubliée. Ce n’est pas grave. Je suis dans une DN, le VC Saint-Julien-en-Genevois, où ça se passe super bien. Je suis une « taulière » de l’équipe. J’essaie de partager mon expérience aux plus jeunes. En 2014, je n’ai pas été loin d’arrêter le vélo. Aujourd’hui, je suis motivée pour me battre.

Samedi, j’espère profiter du marquage entre certaines filles ou équipes plus armées… D’une manière générale, je ne me fixe pas de limite. Il ne faut pas se prendre la tête. »
 

Les résultats :

1. Audrey Cordon Ragot (Wiggle Honda) 34’59’’ ; 2. Aude Biannic (Poitou Charentes Futurocope 86) 35’22’’ ; 3. Pauline Ferrand Prevot (Rabo Liv Women Cycling Team) 35’33’’ ; 4. Edwige Pitel (S.C. Michelle Fanini Rox) 36’00’’ ; …. 8. Anabelle Dreville (Comité de Picardie, 1ère espoir) 36’46’’ ; 9. Coralie Demay (Bretagne) 37’01’’ ; 11. Séverine Eraud (Poitou Charentes Futurocope 86, 2ème espoir) 37’14’’ ; 13. Jeannie Longo (Rhône-Alpes), 37’24’’ ; 14. Mathilde Favre (Rhône-Alpes, 3ème espoir) 37’48’’ ; 22. Hélène Gé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.