PORTRAIT – Aurélien Daniel, l’homme tout terrain

Venu du VTT, où il a décroché de nombreux podiums, Aurélien Daniel s’est reconverti sur la route il y a trois ans. Cette semaine, il participait à ses premiers championnats de France sur route. A 24 ans, le natif de Pontivy possède une belle marge de progression.

Chantonnay, jeudi matin. Les premiers concurrents se préparent à prendre le départ du contre-la-montre Élites hommes. Dans le public, on trouve deux spectateurs un peu particuliers. Michel et Danielle, les grands-parents d’Aurélien Daniel, sont venus soutenir leur petit-fils, qui participe pour la première fois aux championnats de France sur route, avec le comité de Bretagne.

Mais le jeune homme de 24 ans, né à Pontivy, n’est pas un novice puisqu’il attaque sa troisième saison sur le bitume. Avant cela, il a fait ses armes en VTT, ou il a obtenu plusieurs places d’honneur : 3e du championnat de France en 2009, 5e d’une manche de coupe du Monde, cette même année (à Champéry, en Suisse) et vainqueur d’une coupe de Bretagne en 2010, à Guérin, pour ne citer qu’elles. Il est également passé par le cyclo-cross, ou il glana plusieurs succès en 2012. Autant dire qu’Aurélien Daniel est un homme tout-terrain, bien qu’il voue une préférence pour l’épreuve chronométrée.

« Je fais du vélo par plaisir » 

Et s’il se dit surpris d’être présent à Chantonnay, sa sélection pour ce championnat de France est loin d’être un hasard : cette saison, il s’est illustré en remportant notamment deux courses à étapes, La Flèche d’Armor (+ une étape) et l’Essor Breton. Malheureusement pour lui, le chrono de jeudi ne s’est pas très bien pour Aurélien Daniel : en manque de sensations, il termina 45e, à 6’08 de Jérôme Coppel, vainqueur de l’épreuve. « Je suis déçu, je n’étais pas du tout dans le coup. Il y a plusieurs facteurs qui ont joué : la fatigue, la chaleur, une préparation trop courte et une distance inédite pour moi. Mais c’est dans les défaites que l’on apprend le plus, je vais en tirer des leçons pour progresser dans cette discipline ».

La course en ligne, samedi, lui permis de retrouver des couleurs : plus en jambes, il put suivre le rythme des meilleurs et finir l’épreuve à la 40e place, au cœur du premier peloton, classé à 46 secondes de Clément Mary, nouveau champion de la catégorie.

Âgé de 24 ans, Aurélien Daniel cumule aujourd’hui la vie de coureur amateur avec celle de mécanicien dans un magasin de cycles, chez lui à Pontivy. Et s’il continue de pratiquer le VTT l’hiver, c’est sur la route que son avenir s’écrit. « En VTT j’ai fait le tour de la question. J’ai fait des coupes du Monde, des championnats d’Europe avec l’Équipe de France, j’ai été champion de Bretagne dès mes premières années Espoir. Je pense que j’avais envie de me fixer d’autres objectifs, peut-être un peu plus durs. C’est pour cette raison que je me suis orienté vers la route. Si je me m’y mets vraiment dedans, je pense pouvoir franchir de nouveaux paliers. »

Pour l’heure, il ne s’imagine pas intégrer une équipe professionnelle. « Beaucoup de personnes m’en ont parlé après ma victoire sur l’Essor Breton. Mais aujourd’hui, je fais du vélo par plaisir. La saison est encore longue, tout peut arriver, mais je ne me prends pas la tête. Je préfère me concentrer sur les courses à venir, où j’espère faire de bons résultats ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *