EAG – Gazélec 2-1 : L’EAG enchaîne

Jimmy Briand a été décisif pour Guingamp : une passe décisive, un but, et quel but !  Photo PQR/Le Télégramme
Jimmy Briand a été décisif pour Guingamp : une passe décisive, un but, et quel but ! Photo PQR/Le Télégramme

Et de trois ! Les Costarmoricains glanent un troisième succès d’affilée face à de valeureux Ajacciens (2-1). Il leur a toutefois manqué un brin d’efficacité pour rendre le spectacle encore plus plaisant.

« On avait des contenus intéressants, mais cela ne s’inscrivait pas au tableau d’affichage. On est surtout montés d’un cran dans l’efficacité offensive et défensive », martelait Jocelyn Gourvennec, vendredi. S’ils avaient trouvé une assise défensive la semaine dernière face à Nice, les Guingampais ont cherché cette fois-ci, à domicile, à peser davantage dans la finition.

Après une légère mise en route des deux équipes dans les dix premières minutes, Jimmy Briand, placé en soutien de Sloan Privat, faisait parler sa vista et sa vitesse dans les transmissions pour pimenter le jeu de l’EAG. Mais il y avait toujours un pied ou une tête corse pour nuire aux bonnes intentions guingampaises.

Mais, sur la première véritable action construite, Briand se défaisait du marquage pour offrir sa troisième passe décisive de la saison à Privat, qui n’avait plus qu’à conclure (22e). Les deux compères du soir combinaient à merveille, Privat jouant le rôle de pivot pour l’ancien lyonnais, qui pouvait dynamiser l’attaque de l’EAG en même temps que Bénezet dans son couloir gauche.

Ce dernier faisait d’ailleurs souffrir le martyr à Coeff, créant des situations chaudes dans la surface des Gaziers sans que ses offrandes ne trouvent preneur. Alors que les hommes de Gourvennec commençaient à gérer leur match, Kader Mangane, ancien Rennais revenu en France cet été, s’occupait de refroidir les ardeurs bretonnes en récupérant une balle au milieu de terrain, avant de conclure entre Sorbon et Kerbrat, sur un centre de Coeff (35e). Le défenseur alla fêter son but avec tout le staff du Gazélec car le moment était historique : il venait de marquer le premier but de l’histoire du club en Ligue 1 !

Briand et l’art des bicyclettes

Malgré cette égalisation un peu contre le cours du jeu, les Costarmoricains, poussés par le Kop Patrick, suivaient leur stratégie de jeu en se projetant rapidement vers l’avant et sur les côtés. Marcus Coco, formé au club, provoquait sur son couloir droit, jusqu’à provoquer l’expulsion de Sylla, qui récoltait son second avertissement (38e). Au retour des vestiaires, l’EAG reprenait sa marche en avant.

« Il sent le jeu, il a toujours des remises justes, Il a eu d’autres ballons qui auraient pu aller au bout. Il est récompensé d’un état d’esprit exceptionnel, avec un but exceptionnel. » Jocelyn Gourvennec

Briand, toujours aussi en jambes, voyait sa frappe contrée (59e). Mais, une minute plus tard, suite à une combinaison entre Lionel Mathis et Jacobsen, le joueur formé à Rennes reprenait magistralement le cuir avec un ciseau du droit, sur lequel le gardien adverse n’était pas exempt de tout reproche (60e). « Il sent le jeu, il a toujours des remises justes, détaille Gourvennec, fier de disposer d’un joueur de son rang. Il a eu d’autres ballons qui auraient pu aller au bout. Il est récompensé d’un état d’esprit exceptionnel, avec un but exceptionnel. »

« C’est l’un de mes plus beaux en Ligue 1, avec un autre que j’avais marqué avec Lyon, contre Nancy », déclarait l’international français à l’issue de la rencontre. Une rencontre que les joueurs guingampais auront maîtrisée de bout en bout, sans pour autant achever leurs adversaires du soir. « On fait un match plein, avec du jeu, de bons décalages. Mais on ne réussit pas à mettre ce troisième but » confiait Jocelyn Gourvennec, satisfait de l’état d’esprit de ses troupes et du contenu proposé.

« D’ailleurs, ils n’ont pas eu d’occasions franches sur la seconde période » notait Thierry Laurey, coach du Gazélec. La faute notamment au manque de présence offensive sur les centres de Coco ou Bénezet, ou encore aux mauvais choix de certains, notamment de l’entrant Salibur, trop individualiste. Avec 9 points récoltés sur les trois derniers matchs, Guingamp se place provisoirement à la 7e place du classement.

« On a peu près tout connu contre Paris. On sait que, si ils sont intraitables, ce sera compliqué. Quoi qu’il arrive, il y aura une fenêtre de tir, mais elle ne sera pas grande. » Il ne faudra pas se déconcentrer et éviter de commettre les mêmes erreurs, surtout si l’on se rappelle le match au Parc la saison passée (6-0)…

Fiche technique :

13490 supporters.

Arbitre : Nicolas Rainville

Avertissements :

EAG : Angoua (73e), Mathis (80e) ;

Gazélec Ajaccio : Le Moigne (37e), Coeff (58e), Martinez (63e), Djokovic (74e)

Expulsion : Sylla (27e, 38e)

Guingamp : Lössl – Jacobsen – Kerbrat – Sorbon – Angoua – Mathis – Sankharé – Coco (par de Pauw) – Benezet (par Diallo)– Privat (par Salibur) – Briand

Gazélec Ajaccio : Maury – Coeff – Mangane – Bréchet – Sylla – Le Moigne (par Mayi) – Ducourtioux – Djokovic – Boutaïb (par Martinez) – Pujol (par Dia) – Zoua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *