G. de Tonquédec à Lannion pour présenter « L’étudiante et M. Henri »

A cause de sa santé devenue vacillante, M. Henri (Claude Brasseur) est contraint d’accepter la proposition de son fils Paul (Guillaume de Tonquédec) de louer une de ses chambres à une étudiante, Constance (Noémie Schmidt). Le retraité va se servir d’elle pour créer un véritable fléau familial. Le film était présenté en avant-première mercredi 23 septembre au cinéma de Lannion.

Guillaume de Tonquédec a évoqué le film mais aussi ses différents projets pour 2016. © Julia Sirieix

Pour l’avant-première du film d’Ivan Calbérac, « L’étudiante et Monsieur Henri », la salle première du cinéma « Les Baladins » de Lannion était comble. La motivation des spectateurs ? Découvrir une comédienne prometteuse (N. Schmidt) ou redécouvrir une figure mythique du cinéma français (C. Brasseur). Mais surtout pouvoir rencontrer, en fin de séance, Guillaume de Tonquédec.

Le film s’achève sous les applaudissements du public. C’est à ce moment que Guillaume de Tonquédec entre dans la salle pour présenter le film et répondre aux questions des spectateurs. Il explique d’abord que dès la première lecture du script, le texte a plu à tous les acteurs qui étaient très enthousiastes à l’idée de tourner ensemble. Une « ambiance de travail intense mais dans la bonne entente » s’est très vite installée sur le plateau. La pièce dont est issu le film a été jouée dans toute la France plus de 400 fois. L’acteur insiste sur l’écriture « pudique et élégante » d’Ivan Calbérac qui l’a poussé à accepter le rôle de Paul qu’il n’avait pas pu jouer au théâtre. Il évoque également la générosité de Claude Brasseur, qu’il qualifie lui-même de « monstre sacré » jouant le rôle d’un « Tatie Danielle au masculin ». La présentation du film, pendant le festival du film francophone d’Angoulême (du 25 au 30 août dernier), a été un vrai « beau moment » pour toute l’équipe. Il salue enfin la prestation de la jeune Noémie Schmidt, qui fut « une évidence » pour interpréter le rôle de Constance. A la question d’une spectatrice « A quand un film en Bretagne ? », Guillaume de Tonquédec répond : « Si on me proposait un bon film, j’adorerais venir tourner en Bretagne. La lumière est magnifique… et les gens sont sympas ! »

Après avoir signé de nombreux autographes et s’être prêté au jeu des selfies, Guillaume de Tonquédec a accepté de répondre à nos questions pour Report Ouest.

Vous êtes déjà venu présenter « Le Prénom » et « Barbecue » aux Baladins, pourquoi revenir à Lannion ?

G. de Tonquédec : Cette région est le berceau de ma famille, Tonquédec est un village proche de Lannion. Je viens en vacances depuis toujours à Trégastel. Pour la sortie du film « Le Prénom », il y a eu une tournée en province et j’ai demandé à le présenter ici. Pathé (la société de distribution du film) a accepté. Depuis, j’ai créé de véritables liens d’amitié. J’aime bien revenir ici, on est toujours très bien accueillis.

Comment vous-êtes-vous approprié ce personnage un peu particulier, assez introverti et qui s’émancipe progressivement tout au long du film ?

C’est un personnage magnifique parce qu’il croit qu’il a raté sa vie, il n’est pas complètement épanoui. Son père ne lui a jamais dit « je t’aime », ne lui a jamais fait confiance. L’arrivée de la jeune fille va être un renouveau dans sa vie et transforme quelque chose chez lui, elle le « virilise » C’est très amusant de raconter le parcours initiatique de ce personnage, plutôt coincé, qui prend ses aises au fur et à mesure du film.

Auriez-vous quelques anecdotes sur le tournage du film ?

Avant le début du tournage, tous les acteurs du film étaient réunis pour lire le script. Noémie (qui joue Constance) est arrivée en retard ce jour-là. L’heure qu’on lui avait communiquée était différente de la nôtre (rires). Il y aussi une scène assez émouvante que nous avons tourné mais à laquelle je n’étais pas préparé. J’ai dû m’isoler et apprendre la scène en quelques minutes. Le trac a servi l’émotion de la scène.

Est-ce difficile de passer d’une scène comique à une plus dramatique ?

Il y a une scène très drôle où le public à une longueur d’avance sur le personnage. C’est une situation forte qui fait beaucoup rire le public en général (rires). Ces scènes sont du pain béni pour un acteur car elles sont très amusantes à jouer. Tourner une telle scène puis passer à une autre plus dramatique demande beaucoup de concentration.

Comment se passe le tournage de la saison 8 de « Fait pas ci, fait pas ça » ?

Le tournage est en cours et tout se passe très bien. C’est très long à écrire car nous sommes tous très exigeants. Chaque épisode de 52 minutes demande la même charge de travail qu’un film de cinéma. On ne tourne pas avant d’être entièrement satisfaits. C’est un vrai plaisir de retrouver ces personnages et ce tournage à chaque nouvelle saison.

Quelques exclusivités sur la saison 8 ?

Renaud Le Pic, qui croyait que son destin était de devenir « numéro un » de son entreprise, se fait virer (saison 7). Il se rend compte que sa vie ne doit pas que tourner autour de son travail et prend conscience de l’importance de ses enfants. Il part aider son fils ainé et sa bru à ouvrir un gite rural et vend la maison de Sèvres. Tout ne va pas se passer comme prévu puisque Fabienne (sa femme dans la série) est très triste de ne plus avoir sa maison. Le gîte va connaître quelques déconvenues assez drôles. Enfin, c’est tout le début de la saison qui est marrant, vous verrez (rires).

Cette nouvelle saison sera-t-elle la meilleure de toute ?

Je ne sais pas, certains préfèrent la saison 1, d’autre disent « oh non c’est la 3 la mieux », « pas du tout c’est la 4 », chacun a sa saison favorite. C’est très amusant car les gens s’emparent de la série, elle ne nous appartient plus. C’est devenu un petit phénomène de société.

Le tournage de la série se poursuit et Guillaume de Tonquédec part en tournée dans toute la France avec la pièce « Un dîner d’adieu » (mise en scène par Bernard Murat) de janvier à avril 2016. On le retrouvera également au cinéma dans le film « Belles familles » de Jean-Paul Rappeneau dès le 14 octobre.

Le film « L’étudiante et Monsieur Henri » sort sur les écrans le 7 octobre prochain.

Alexandre Le Naour

Latest posts by Alexandre Le Naour (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.