EAG – ESTAC : Guingamp en costume Troyes XL !

Mercredi soir, à l’occasion de la 24ème journée de Ligue 1, l’En Avant de Guingamp a fait preuve d’un grand réalisme pour exploser la lanterne rouge, Troyes (4-0). Les hommes de Jocelyn Gourvennec en profitent pour prendre le large sur la zone de relégation.

Un match « Briand » de Guingamp ! Juste dans le jeu et efficace, l’EAG a surclassé, mercredi soir, une équipe de Troyes qui se dirige tout droit en Ligue 2. « On a voulu être prudent pour changer car peu de choses marchaient jusqu’ici », confiait Claude Robin, l’entraîneur Troyen en conférence de presse d’après-match. Mais la tactique envisagée a tourné court puisqu’au bout de cinq minutes, l’Estac courait déjà après le score. Jonathan Martins Pereira trouvait parfaitement Mevlut Erving en profondeur, lequel se jouait de Matthieu Dreyer qui voyait le ballon lui filer entre les jambes. Non seulement, c’était le premier but au Roudourou de la nouvelle recrue hivernale mais ça permettait aussi à l’équipe de Jocelyn Gourvennec de prendre un départ canon. « Le fait d’avoir ouvert le score vite nous a tout de même mis en position difficile car on ne savait pas quoi faire. Troyes a pris confiance et a réussi à mettre son jeu en place. Ils ont juste du mal à tenir tout un match mais ont fait souffrir plus d’un adversaire. »

Guingamp réaliste, Troyes vendange

Gourvennec ne croyait pas si bien dire car Karaboué, Jean puis Azamoum d’une frappe flottante obligeaient Lössl à être prudent. Le début de match était intéressant et très porté vers l’offensive. Dorian Lévêque et Jonathan Martins Pereira montaient parfois trop, laissant des espaces sur les côtés pour les Troyens. Alors que le match s’emballait avec trois cartons jaunes consécutifs, Lossemy Karaboué continuait sa grande entreprise de loin. Mais sa frappe tendue obligeait le gardien Guingampais à la détourner du bout des doigts. Touché à la cuisse, Martins Pereira, auteur d’une passe décisive, cédait sa place à Jacobsen alors que l’intensité baissait à l’approche de la pause. Thiago Xavier manquait tout de même l’égalisation, seul de la tête, sur un corner venant de la droite.

Trois buts (Troyes bute) en seconde période

L’Estac pouvait encore y croire mais tel un vilain défaut, l’entame de deuxième période était ratée. Au bout de 30 secondes, et alors que les journalistes revenaient tout juste de leur pause casse-croute, Sankharé, d’un bon vieux pointu, trouvait les filets sur une passe décisive de Jimmy Briand. Le début d’un véritable festival de l’ex attaquant du Stade Rennais. Il terminera avec trois passes décisives au compteur. La deuxième intervenait à la 56’ minute quand il servait Giresse pour une magnifique frappe de l’entrée de la surface et la dernière, à la 89e minute, quand il fixait la défense sur le côté gauche pour offrir à Ludovic Blas, jeune minot de 18 ans, son premier but en professionnel (4-0). Entre tout cela, Troyes a pris l’eau et s’est même permis de vendanger à l’image de Gueye qui ratait le cadre seul devant le but ou Darbion dont la lourde frappe était repoussée par la défense Bretonne. « L’apprentissage de la Ligue 1 est dur, on paie pour apprendre. Guingamp a cinq tirs cadrés et en met quatre au fond. J’en ai marre qu’on soit la machine à points, qu’il suffise de nous jouer pour gagner. Mais on ne va pas baisser les bras », rageait celui qui a remplacé Jean-Marc Furlan début décembre sur le banc Troyen. Cette victoire profite à l’En Avant qui prend cinq points d’avance sur le premier relégable, Montpellier. « La dynamique est bonne, il faut poursuivre en faisant les efforts. Ça fonctionne bien aujourd’hui, j’espère que demain ça fonctionnera encore mieux », concluait un Jocelyn Gourvennec heureux. Troyes, quant à lui, s’enfonce dans la crise. La victoire à Lille (3-1) il y a dix jours n’ayant été qu’un sursaut sans lendemain.

La feuille de match :

Ligue 1 (24e journée). EAG – ESTAC au Stade du Roudourou à Guingamp, 13 973 spectateurs

Arbitres : Jérôme Miguelgorry assisté de Nicolas Henniront et Fabrice Plancon

Buts : Erding (6’), Sankharé (46′), Giresse (56′) et Blas (89′) pour Guingamp.

Cartons jaunes : Kerbrat (30’) pour Guingamp, Dabo (18e), Traoré (28’) et Thiago Xavier (31’) pour Troyes.

Guingamp : Lössl, Martins Pereira (Jacobsen, 39’), Kerbrat, Sorbon, Lévêque, Mathis, Sankharé, Salibur (Blas, 78’), Giresse, Briand, Erding (Cardy, 72’). Remplaçants non-entrés en jeu : Guivarch, Angoua, Dos Santos, Privat. Entraîneur: Jocelyn Gourvennec

Troyes : Dreyer, Ngcongdca, Veskovac, Traoré, Dabo (Darbion, 56’), Confais, Karaboué, Thiago (Nivet, 64’), Azamoum, Gueye (Court, 76’), Jean. Remplaçants non-entrés en jeu : Grandel, Mavinga, Pi, Camus. Entraîneur: Claude Robin

Les notes :

Guingamp :
Lössl (6,5) : Après son match exceptionnel la semaine passée, il a vécu une soirée plutôt tranquille. Deux parades à la 10ème et la 17ème. Darbion le met à contribution sur une grosse frappe à la 85ème. Pas grand chose de plus, presque Lössl au monde.
Martins Pereira (6) : Passe dé à la 5ème pour Erding, très porté vers l’attaque. Prétexte un mal de cuisse pour prendre sa douche tant qu’il reste de l’eau chaude à la 40ème. Jacobsen (4) a pris sa place, sans grand succès, approximatif.
Sorbon (6,5) : Une coupe à la Gervinho. Malheureusement pas l’agilité, mais agressif sur l’homme. Sorbon au citron.
Kerbrat (5,5) : Des passes latérales.
Lévêque (4) : Dépassé par Karaboué en jambe, un peu brouillon. Il a prêché une mauvais messe pendant 90 min, et doit aller se confesser pour oublier.
Salibur (5,5) : Techniquement à l’aise, a bien combiné avec ses latéraux sans être toujours servi, ce qui a provoqué son énervement. Remplacé par Blas. Tout jeune, il a Blasphémé la défense troyenne en tentant un ciseau, puis en marquant son premier but en pro.
Sankharé (6) : Une percée en première période, puis plus grand chose. Marque en début de deuxième à la 46ème d’un pointu peu esthétique. Sankharé sans reproche.
Mathis (5,5) : Prends les deux premiers corners de la tête face au géant Veskovac. David contre Goliath. Vicieux et autoritaire, un peu comme Valls à Mathis-gnon.
Giresse (7) : Se fait descendre par Dabo d’entrée. Mais il a persisté pour dérouler dans son couloir gauche. Il marque d’un exter parfait, comme lui ce soir. Les supporters lui ont même fait une chanson personnalisée. Giresse au bout de mes rêves.
Briand (8) : Sanctionné deux fois pour faute de main, dans la peau de Kobe Bryant au début. Beaucoup d’activité ensuite, et trois passes dé pour Sankharé, Giresse et Blas. Ce qui porte son total à 6 cette saison. Omniprésent et essentiel, quand même mieux dans le rôle de footballeur.
Erding (6,5) : Il a couru pendant 6 mois après des buts en Allemagne, et a réussi à ouvrir le score dès la 5ème minute. Ovationné par le Roudourou, Erding dong s’est rouvert la porte d’une fin de saison palpitante. Remplacé par Cardy. Qui a refilé une tachyCardy à tout le public en tirant dans le petit filet juste avant le 4-0.

Troyes :
Dreyer (3) : L’après Bernardoni est difficile pour lui. Un but au bout de 5 minutes, puis au bout d’une seule en seconde mi-temps. Abandonné par sa défense, il a simplement été Dreyer de la carte.
Dabo (2) : Perméable. En territoire breton qui plus est, ce n’est pas la meilleure idée. Remplacé par Darbion.
Ngcongca (2,5) : N’a rien à envier à la porosité du grès.
Veskovac (2) : N’a rien à envier à la spongiosité d’une éponge.
Traoré (2,5) : Son seul fait d’arme : tailler Salibur en pleine course. C’était la fête dans son couloir. Tikalikatam, tikalikatam, Traoré oé, au bal, au bal masqué Traoré oé.
Azamoum (3) : Approximatif.
Thiago Xavier (3,5) : A peiné dans le jeu. Remplacé par Nivet (3,9 ou 39 comme son âge). Ce serait moche de raccrocher sur une saison pareil.
Confais (3) : Un de ses premiers matchs avec son équipe dans l’élite. Perdu à tout les niveaux, comme son équipe. Aurait pu se Confaisser si seulement il avait été dans le couloir de Lévêque.
Karaboué (4,5) : La première frappe troyenne au bout de 8min est à mettre à son crédit. En jambe, Troyes s’est reposé sur lui quand l’équipe en a eu l’occasion. Et une belle frappe plein axe à l’entrée de la surface claquée par Lössl. Un peu Karaboué de sauvetage. Un peu.
Gueye (4) : A failli marquer à la réception d’un coup franc. A failli réussir ses déviations. A failli réussir ses passements de jambes. A failli marquer seul devant le but. A failli… Remplacé par Court.
Jean (4,5) : Petit vif et technique. La défaite n’a pas dû l’affecter plus que ça. Il aurait pu dire, « Jean ai rien à foutre ». Son retour de prêt à Monaco devrait lui plaire. Lutte pour le maintien mais ne s’en fait pas, il jouera la Ligue des Champions l’an prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.