Retour sur le phénomène PNL

Un peu plus d’une semaine après la sortie de son album Dans la Légende le 16 septembre dernier, le groupe de rap PNL vient d’être certifié disque d’or. Retour sur le phénomène.

PNL qu’est ce que c’est ?

Ces trois lettres sont les initiales de Peaces N Lovés, traduisez Paix et Argent, la devise du duo de rappeurs. Un duo donc, composé de deux frères : Tarik, dit Ademo, et Nabil, dit N.O.S. des jeunes hommes d’origines algériennes et corses. Après un début de carrière en solo pour les deux hommes avec plus ou moins de succès,  ils décident de former le groupe PNL en 2014. Depuis, les deux rappeurs originaires de la cité de Tarterêts, à Corbeille-Essonnes, le zoo comme ils aiment si bien l’appeler, cartonnent dans le « rap game ». Voilà. C’est tout ce que l’on sait d’eux. Pas plus d’informations à leur sujet. PNL est un groupe mystérieux qui aime entretenir cette curiosité auprès des fans. Le duo ne donne pas d’interviews et seul le magazine The Fader a pu les suivre pendant 24h mais avec interdiction de poser des questions.

Dans la légende, nouvel opus

Le seul et unique moyen d’en savoir un peu plus sur eux et de rentrer dans leur univers, c’est d’écouter leurs sons. Justement, le duo nous a offert l’opportunité de les découvrir un peu plus grâce à leur nouvel album : un troisième disque en un an et demi.

Un troisième opus composé de 16 titres dont trois publiés auparavant sur leur chaîne YouTube. En maîtres du marketing qu’ils sont, les deux rappeurs ont en réalité sorti deux albums. Le premier version orange et le second version rose. Ce qui change ? Rien si ce n’est un bonus exclusif ,Je t’haine pour la version Orange et Cramés pour la version Rose.

Cet album s’inscrit dans la lignée de QLF – Que La Famille – et de Le Monde Chico, leurs deux premiers albums. Leurs musiques sont toujours en majorité calme, des instrus planantes grâce auxquelles on s’évade.  Le flow toujours lent et saccadé nous entraîne avec eux dans leur galère. Cet album, c’est un peu la chronique de deux dealers avec leurs affaires d’argent et leur famille, tout cela raconté avec une certaine puissance combinée à la mélancolie. Un mélange qui nous fait aimer PNL. Autres thèmes abordés dans l’album, la haine que l’on retrouve dans la plupart des morceaux mais aussi la femme dans Bambina, un sujet jamais vraiment évoqué dans leur musique.

 

N.O.S et Ademo. ©The Fader

 

L’empreinte PNL

Concernant les paroles, PNL a fait du PNL, avec un langage bien à eux. Un mix d’argot, de verlan, de mots en arabe et d’onomatopées. Le groupe maîtrise à merveille ces interjections, à base de « Hummm » , de « Rom pom pom pom » ou encore de « ounga ounga ». Mêlé à cela, différentes références au football, aux jeux vidéo et au monde de Disney. À la portée de tout le monde diriez vous. Pas vraiment. Ademo et N.O.S sont bien les seuls à pouvoir le faire et personne dans le rap n’ose s’aventurer dans un univers qui leur est propre.

PNL, c’est aussi l’auto-tune. Ce correcteur de tonalité que le groupe maîtrise à merveille. Le duo est cependant conscient des reproches qui leurs sont faits tant sur la qualité de leurs paroles que sur l’utilisation de l’auto-tune. Les deux frères n’hésitent pas à ironiser, comme dans le titre qui porte le nom de l’album : Dans la légende. Ademo rappe : « Xin xin xin xin zang, khey khey khey khey khey j’sors des mots de merde et tu m’payes payes payes payes payes ». Ou encore quand ce même Ademo qui déclarait dans un ancien tube  » J’suis pas un rappeur, sans vocodeur j’suis claqué ». PNL l’avoue aussi : « J’connais pas ré-mi-sol la zique j’m’en bats les couilles. » Après tout, c’est aussi ça ce qui plaît chez PNL.

Des chiffres qui font tourner la tête

Ce qui séduit aussi les fans de PNL, ce sont leurs clips. Ces derniers, entièrement produits par Mess, sont d’une qualité remarquable. Des clips qui nous font voyager, du quartier de la Scampia, poumon de la Mafia napolitaine, à l’Islande, en passant par la Namibie ou encore le Mexique. N’oublions pas aussi le clip de DA, où les deux rappeurs n’ont pas hésité à ramener un singe dans leur clip, folie ou génie ? Une chose est sûre, PNL nous réserve toujours une surprise. La dernière en date, le clip de Naha un pur chef d’oeuvre de court métrage de huit minutes qui revient à la source, la cité de Tarterêts où les deux frères vivent toujours.

Des clips qui accumulent les vues, 54 millions pour DA et 3 millions de vues en un jour pour Naha. De quoi enterrer le fameux « million de vue en 24 heures zen » d’Ademo.

PNL affole donc les compteurs avec son nouvel album, disque d’or en trois jours aux États-Unis et en une semaine en France. Plus de 50 000 ventes en CD et téléchargement. À noter que ces chiffres ne prennent pas en compte les téléchargement illégaux de l’album qui avait fuité le jeudi 15 septembre, jour précédent la sortie officielle.  Un album dont la promotion s’est exclusivement faite sur les réseaux sociaux qui a battu nombre de records sur le web. Dans la légende est devenu l’album le plus écouté sur une journée sur Spotify France avec 1,8 millions de streams, et comptabilise déjà 13 millions d’écoutes sur Deezer.

Vous l’aurez compris on a donc pas fini d’entendre parler de PNL et le public attend avec impatience leur prochain album pour pourquoi pas rentrer un peu plus dans la légende.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.