Saint-Brieuc invite le tatouage dans son salon

Samedi dernier, la ville de Saint-Brieuc s’est apprêtée à vivre une journée inédite :  organiser le premier salon du tatouage des Côtes-d’Armor. Le temps d’un week-end, le Palais des Congrès et des Expositions a accueilli 140 tatoueurs internationaux, et 11 artistes se produisant sur scène. Retour en images, avec un entretien de Maud Dardeau, tatoueuse reconnue mondialement.


Ce diaporama nécessite JavaScript.


Entretien

Peintre et illustratrice, Maud Dardeau a vu sa passion pour le tatouage s’intensifier lors de ses six années d’apprentissage avec Tin-Tin. Il y a six mois, elle a ouvert son propre studio de tatouage à Bordeaux1.

Ce tatouage, réalisé en trois heures, a reçu le prix du meilleur tatouage de la journée de samedi.

 

Depuis quand avez-vous cette vocation pour le tatouage ?

À la base j’étais peintre. Je peignais déjà beaucoup de personnages, jusqu’au jour où j’ai passé le cap de me faire tatouer. Ensuite, ça a été un vrai coup de coeur. J’ai rencontré toute l’équipe [de Tin-Tin Tatouages à Paris] et j’y suis retournée avec mon book sous le bras.

À quel âge vous êtes vous fait tatouer ? 

Bonne question. Je devais avoir 25 ans environ.

Vous avez beaucoup de tatouages aujourd’hui. Les comptez-vous ? 

Je ne les compte pas. En fait, mes tattoos ce sont des rencontres avec des artistes. J’aime le coté collection de pièces comme on collectionne des tableaux. Ce ne sont pas des pièces qui vont être en flou japonais. En revanche, j’essaie de me débrouiller pour assembler des styles de tatouage qui vont ensemble.

Vous rappelez-vous de votre premier tatouage et du premier que vous avez réalisé ? 

Le premier que j’ai eu sur moi, je m’en rappelle oui. La personne qui l’a réalisé est devenu un de mes meilleurs amis. C’est une espèce de globe avec du laurier. Le premier que j’ai fait, il me semble que c’est un petit crâne. Un petit classique !

Vous est-il arrivé de vous tatouer vous-même ? 

Oui, ça fait parti du jeu de se tatouer soi-même. Mais ça fait toujours aussi mal !

La douleur, c’est une des raisons pour laquelle les gens hésitent à passer le cap ?

Le seul endroit où ça ne fait pas mal, c’est sur les autres ! Tout le monde a mal même si tout le monde n’a pas la même sensibilité. Un tatouage, ça se mérite.

Qu’est-ce qui vous plait dans votre profession ?

J’ai eu un coup de coeur pour le métier. J’aime et j’ai toujours été dingue de dessin, de peinture. Avec le tatouage, on a le côté contact avec la personne qu’on ne va pas avoir en peignant seul chez soi. C’est quelque chose en plus. Les personnes portent nos oeuvres et en général ils en sont plutôt fiers. Ils en font également notre publicité. Le contact avec les clients est aussi un critère important.

Il y a t-il des techniques que vous utilisez pour réaliser vos dessins ?

Il y a la peinture, l’illustration, la gravure. Le tatouage, c’est encore autre chose, c’est un art à part entière. Il y a des techniques qu’on apprend lors d’un apprentissage avec un vrai maître tatoueur qui s’occupe de son apprenti pendant plusieurs années. Il n’a qu’un apprenti en général, car on a besoin de son maître en continu. Il s’agit d’un vrai échange.

Aujourd’hui vous avez une certaine réputation dans le monde du tatouage. Pouvez-vous accepter et refuser des clients ?

Oui, et c’est ça qui est bien. À partir du moment où on a beaucoup de demande, on va forcément choisir les projets qui nous intéressent le plus.

Comment les choisissez-vous ? 

Les gens me présentent leurs projets et en général tout dépend de l’idée de base, des références qu’ils vont me montrer. Il y a des projets sur lesquels je n’ai pas tout de suite un coup de coeur. Au final, on en parle et là je me projette et je vois le tatouage. Parfois, on se détourne de l’idée de base. En général, on me laisse beaucoup broder sur mes pièces donc moi je m’éclate. Je pense qu’il n’y a que comme cela que l’on fait de belles pièces. Quand un tatouage qui a été fait à contre-coeur, cela se ressent.

Parmi toutes les oeuvres que vous avez réalisées, y en a-t-il une qui vous a marquée plus que les autres ? 

Non, pas une en particulier. J’aime travailler avec de grandes pièces, en général sur le dos. Mais je les aime toutes.

De nombreuses personnes critiquent les tatouages réalisés pour l’esthétique, qu’ils considèrent inutiles car vides de sens. Qu’en pensez-vous ?

Le tatouage, chacun l’aborde de la manière dont il a envie. C’est personnel. Il n’y a pas besoin d’avoir une raison pour se faire tatouer. Là où il faut se méfier, c’est plutôt les effets de mode. Se faire tatouer parce que Rihanna s’est fait tatouer, c’est complètement débile ! Il faut trouver quelque chose qui nous ressemble et non pas ressembler à quelqu’un que l’on aime bien. Des raisons de se faire un tatouage, il n’y en a pas forcément.

Cela fait-il partie de votre métier de retranscrire l’identité de votre client à travers le dessin ?

Pas vraiment. J’aime quand mes clients ont une idée de la taille et du placement de leur tatouage pour savoir à quelle échelle on va travailler. Et quelques images de référence que ça soit de la photo, de la peinture ou autre mais quelque chose auquel se raccrocher. Cela va déjà me montrer un univers. S’il me ramène du Albrecht Durer2 ou du De Vinci, ça n’a rien à voir ! Cela va m’axer sur le style de tatouage et la direction à prendre. Il faut arriver avec une idée de base sinon tout est possible. Il faut cependant prévoir beaucoup de temps.

Il y a encore quelques années, le tatouage était assez marginal. Désormais, il est rentré dans les mœurs. Comment l’expliqueriez-vous ?

On en voit beaucoup à la télé, sur les stars, ça circule. Plus ça circule, plus les gens en font. C’est comme tout.

Que pensez-vous du tatouage en France aujourd’hui ?

Il est en pleine explosion. Je trouve qu’il y a de plus en plus de bons tatoueurs, et de styles variés. Personnellement, cela me fait très plaisir !

 

M.Dardeau Tattoo, 21 cours d’Alsace et Lorraine, 33000 Bordeaux.

Dessinateur, graveur, peintre et théoricien de l’art et de la géométrie de la perspective allemand du XVème siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.