Pause de flux à la Manufacture de Morlaix

À la Manufacture de Morlaix, cela fait 10 jours que la première exposition personnelle de Yuri Cardinal, « HORS FLUX » est présente dans les locaux de l’association Les Moyens Du Bord.

À travers cette exposition, l’artiste tient à montrer que le flux d’internet nous touche énormément et surtout change à grande allure. C’est donc avec un regard engagé que Yuri Cardinal utilise internet en y liant le monde de la poésie et de la musique. Cependant, derrière cet artiste engagé se trouve aussi un homme comme les autres, pris par son environnement.

L’homme et son environnement

Sous ce pseudonyme se cache Eric Le Vergé, un informaticien de formation mais aussi musicien pour son plaisir. Il n’est donc pas étonnant de découvrir ses œuvres, toutes inspirées de la sphère internet, mais aussi certaines liées à la musique comme un tabouret où nous pouvons écouter sa musique en duo avec Didier Thibault. Le logo choisi par l’artiste n’est lui aussi pas totalement anodin. En effet, il nous rappelle le fameux logo twitter, sauf que celui ci est à l’envers, et prend la forme et la couleur de l’oiseau cardinal, tout comme le nom de son pseudonyme.

L’artiste nous montre bien la présence d’internet dans sa vie quotidienne à travers, par exemple, l’utilisation des voix très robotisées que nous pouvons retrouvées sur différents sites de traduction.

Yuri Cardinal a d’ailleurs utilisé ces voix pour son propre autoportrait sous forme de vidéo-chemise.

Alors qu’il a décidé de créer la plupart de ses œuvres avec le flux intensif de twitter, il crée une vrai problématique du temps entre celui dont il a besoin pour la démarche de sa création et la rapidité absolue du flux de tweets. D’autant plus que Yuri Cardinal s’est inscrit à différents médias, différentes personnalités, pages de villes ou d’associations venant de tous les coins du monde.

Un artiste engagé

Effectivement, pour avoir le plus de choix possible d’images présentes dans son flux twitter, l’artiste n’a pas flâné. Cependant, Yuri Cardinal reste un artiste engagé et le choix des photos est donc totalement subjectif. À travers des images détournées et clairement politiques, il cherche à interroger la présence d’internet dans nos vies. Ce travail a commencé en janvier 2014 et ne fait que progresser, l’artiste continue encore à interroger l’appropriation et le détournement des nouveaux véhicules virtuels de communication et d’information. Pour cela, il ne fait pas que choisir des images, mais il les détourne pour les mettre dans un autre contexte, en lien avec des poèmes, eux aussi tirés du flux des tweets. Il appelle ces œuvres des virus poético-visuels, elles sont elles aussi, scannées et conservées sur le site internet miroir intitulé Twitteryc.

Nous pouvons aussi retrouver sur un autre mur de l’exposition, des mots, des phrases, des fragments de poèmes, peints en grosses lettres noires à la fois sur le mur et sur des toiles vierges accrochées sur ce même mur. Ces toiles ont ensuite été décrochées afin de laisser des vides à quelques endroits sur le mur et de reconstruire des fragments de poèmes sur le sol avec ces mêmes toiles. Ces « Graffitweets » montrent une poésie reconstructrice.

Clin d’oeil à Morlaix

Sur un autre mur de l’exposition, se trouve à travers une série nommée The Places To Be, un clin d’oeil de l’artiste fait à la ville de Morlaix. En effet, avec Google Sreet, Yuri Cardinal a choisi de retracer le chemin entre Morlaix et sa ville jumelée Truro. Pour cela il a remonté la rue Truro qui se trouve à Morlaix et la rue Morlaix qui se trouve à Truro. En visionnant ce parcours, l’artiste a sélectionné des images où se trouvaient des couples, c’est à partir de ces premières images qu’il a commencé à recréer une histoire d’amour progressant dans le temps. C’est donc à travers des œuvres engagées, musicales ou créatrices d’histoires d’amour, entre Morlaix et Truro, que Yuri Cardinal remet en question la place d’internet dans notre quotidien.

Olympia Roumier

-> Aux Moyens du Bord • Manufacture des Tabacs • Morlaix du 7 avril au 14 mai 2017

Etudiant en journalisme à l'IUT de Lannion et directrice de la publication de Report Ouest pour l'année 2017-2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.