Football: « Il aurait été dommage de ne pas avoir d’équipe féminine sur Lannion »

Le Lannion Football Club a lancé cet été une section féminine senior et une école de foot féminine pour les enfants de 6 à 12 ans. Mathilde Le Meur, ancienne joueuse de première  division, et titulaire des diplômes d’entraîneur, dirigera la section. Les footballeuses se réuniront toute la saison au stade René Guillou pour les différents entraînements. Mathilde Le Meur fait le point sur la situation.

Comment a été mise en place cette section féminine ?

Il y avait une volonté du club de recréer une section féminine sénior (ndlr, la section féminine séniore a disparu il y a cinq ans suite à un manque de joueuses). Par la même occasion, on a décidé de créer une école de foot pour les jeunes filles de 6 à 13 ans. Pour les séniores, on a récupéré beaucoup de filles suite à la disparition de la section féminine de Servel.  Il aurait été dommage de ne pas avoir d’équipe féminine sur Lannion, cette année on aura donc des séniores et une école de foot.

Vous avez organisé une après-midi d’essai en juin dernier, a t-elle porté ses fruits ?

Oui, on est très satisfait. Certaines filles présentes cette journée-là sont revenues et on a même ramené leurs copines. On avait organisé cette après-midi « porte ouverte » pour faire connaître l’école de foot. Grâce à cette session on voulait aussi voir comment le public allez répondre et pour être honnête c’était un succès, on ne s’y attendait pas.

L’après midi d’accueil avait réuni une vingtaine de jeunes joueuses le mercredi 14 juin. Crédit : Aurelien Defer

Comment s’est passé la reprise ?

Très bien, on a repris l’entraînement courant août avec les séniores. On a un groupe de 24 filles, et l’équipe reprendra en départementale 1. Quant aux jeunes, le premier entraînement aura lieu hier (mercredi). Pour une première saison, on aura un groupe de 25-30 petites qui ne participeront à aucune compétitions pour l’instant. Il y aura sûrement des matchs amicaux et des tournois en fin de saison.

Pensez-vous que la présence d’une équipe féminine à Guingamp a suscité des vocations chez les plus jeunes ?

Bien sûr ! L’équipe joue contre de belles formations comme l’Olympique Lyonnais, champion d’Europe chez les féminines. Quand Guingamp joue à domicile, beaucoup de jeunes filles vont les voir au stade. Elles sont ravies de pouvoir rencontrer des joueuses professionnelles. La Bretagne est aussi une terre de football avec de nombreuses équipes en D2 comme Saint-Malo, Brest et Lorient. Une des meilleures joueuses françaises, l’attaquante Eugénie Le Sommer, est une pure bretonne.

Le football  féminin s’est démocratisé en France depuis quelques années déjà et d’autant plus cet été avec la diffusion de l’Euro féminin sur France TV, y a t-il eu un effet sur le nombre de licenciées ?

Clairement. Ça fonctionne pour le football comme pour les autres sports, dès que la médiatisation augmente il y a des répercussions, la saison d’après il y a un pic de licenciés. L’Euro était une belle compétition qui a véhiculé de belles images.  La vision du football féminin a peut être changé aux yeux de certains parents ou certaines jeunes filles. Tout ça nous permet d’avoir plus de licenciées, c’est une bonne chose pour le football féminin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.