Guingamp n’a pas joué sa coupe

Eliminé en seizièmes de finale de Coupe de la Ligue par Montpellier (0-2), Guingamp a livré un match sans vie. Bien mieux organisé tactiquement au milieu de terrain, Montpellier n’a pas été inquiété à Roudourou et s’est facilement ouvert la voie vers les huitièmes de finale.

Organisé en 5-3-2, le MHSC impose son rythme balle au pied ou dans le jeu en profondeur dès le début de match. La première alerte arrive d’un centre de Poaty pour Camara au deuxième poteau, qui envoie sa reprise dans le ciel breton. Le match tourne vite en faveur des Montpelliérains. Pour sa première de la saison, Morgan Poaty, 20 ans, a remué sans cesse, alternant arrière latéral, milieu gauche et multipliant les centres. Son placement modifiait le schéma tactique de Montpellier qui montait trop facilement dans le camp guingampais. Au milieu de terrain Héraultais, Junior Sambia, 21 ans, a fait énormément de mal à Guingamp. “Il n’avait pas de consigne précise, il faisait partie du schéma tactique du milieu, explique Michel de Zakarian en conférence de presse, mais il a les qualités pour se projeter et faire beaucoup de travail au milieu”. Ses choix et son omniprésence sur le terrain ont été utiles à son équipe. Sur une de ses frappes des 25 mètres, le français oblige Petric à sortir le ballon en corner. Il dépose ensuite lui même le cuir sur Camara qui place sa tête au ras du poteau pour le 1-0 (19’). Un poteau censé être protégé par Rebocho, qui a préféré sortir couper le corner. Grâce à ce but, Souleymane Camara devient le deuxième meilleur buteur de l’histoire de Montpellier avec 71 réalisations (ndlr. À 13 buts de Laurent Blanc)

Guingamp apathique au milieu

Malgré un Kop Rouge 1993 en feu pour un mardi soir, les Costarmoricains n’ont pas inquiété Bertaud, le jeune portier héraultais de 19 ans qui disputait son premier match en pro. Dépassés dans tous les domaines, les locaux semblent impuissants. Antoine Kombouaré soulignait le “manque de vie” de son équipe. “Nous n’avons pas existé et les avons laissés faire le match qu’ils voulaient, c’est clairement le plus mauvais match de la saison”. Réaction rouge et noir après l’ouverture du score des Sudistes mais une nouvelle fois, la qualité offensive de Guingamp se résume aux coup de pieds arrêtés. Balle au pied, l’EAG produit un jeu lent, le porteur de ballon manquant toujours de solution. Après match, Kombouaré accusait le coup : “ils nous ont fait mal dans les moments où on allait mieux”. À l’image du second but. Guingamp se porte vers l’avant mais Privat perd son duel dans la surface (70’). Montpellier part en contre. Grâce une simple passe en profondeur dans l’axe et une erreur de Sorbon, Ninga se présente face Caillard. Plat du pied sécurité. 2-0. Preuve que rien ne va, la réussite fuit Briand et Privat en fin de match (79’ et 83’). Mais, le non match des locaux n’est pas le seul motif d’insatisfaction pour Kombouaré. Petric, contraint de céder sa place à la pause après un claquage, rejoint une infirmerie bien remplie (Thuram, Benezet, Ikoko, Salibur) . “Il faut vite passer à autre chose, il n’y a rien à retenir d’un match comme ça” conclue Kombouaré.

16ème de finale de Coupe de la Ligue – Guingamp – Montpellier : 0-2

Stade de Roudourou

Arbitre : M. Benoît Millot

Affluence : 13 318 spectateurs.

Guingamp : Petric (Caillard 45’)– Eboa Eboa, Kerbrat, Sorbon (C), Rebocho  – Diallo (Briand 68’), Phiri, Giresse – Coco , Privat, Camara (Achahbar 68’). Entraîneur : Antoine Kombouaré

Montpellier :  Bertaud – Mukiele, Congré, Mendes, Aguilar, Poaty (Cozza 71’) – Skhiri, Piriz, Sambia (Lasne 82’) – S. Camara (Bérigaud 65’), Ninga. Entraîneur : Michel Der Zakarian

Buts : S. Camara (19’), Ninga (70’)

Avertissements : Coco (36’) pour Guingamp Sambia (2’), Skiri (53’) pour Montpellier

Mathieu Faurie et Julien Frenoy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.