Une nuit du reggae chaleureuse malgré les 4°C ambiants

La nuit du reggae s’est installée à Morlaix, samedi 9 décembre. Retour sur une soirée qui a attiré plus de 5 000 personnes.

Fin octobre, la billetterie de la nuit du reggae affiche déjà « complet », pour cette troisième édition organisée par le collectif des Insolents le public est présent en masse. 40€, deux scènes, dix concerts et 8h de show : telle est la recette de ce court festival. Vers 18h, les portes s’ouvrent, le public est trempé mais n’a pas perdu en motivation. Le parc des expositions de Langolvas est divisé en deux. A gauche, la « salle sésame » où retentissent les premiers sons de Flox, à droite le « grand hall » où Vanupie ouvre le bal. Les amateurs de reggae dansent et chantent, le sourire jusqu’aux oreilles.

Traditions et nouveautés

Plusieurs artistes comme Danakil, Dub Inc, Naâman ou Yaniss Odua étaient déjà présents les années précédentes à Morlaix et Lorient. Malgré un sentiment de déjà vu, les groupes s’enchainent et partagent leur bonne humeur au public. A 20h, Naâman est sur la grande scène accompagné de son groupe le « deep rockers crew ». Ensemble, ils alternent entre chansons classiques et nouvel album (sorti le 6 Octobre). Les fans connaissent déjà les paroles. Le jeune chanteur de 27 ans est dynamique comme à son habitude mais fait aussi preuve d’une grande sensibilité lors du dernier morceau. Assis au milieu de la scène, sous un projecteur, il dégage une émotion transportant toute la foule. De l’autre côté, Tairo fait vibrer la salle sésame avec ses textes plus provocateurs les uns que les autres.

Naâman. @Lucile Chaussoy

Entre deux concerts, l’attente est de courte durée. La foule circule difficilement, seuls les plus courageux atteignent la buvette ou les stands de nourriture. Il pleut toujours mais la boue n’arrête pas les festivaliers bretons. A 22h, les drapeaux rouge, jaune, vert flottent devant Yaniss Odua. De l’autre côté, le célèbre groupe Dub Inc est sur scène pour sa dernière date de l’année 2017, la salle est remplie. Les sept musiciens font une entrée fracassante, au micro Bouchkour et Komlan chantent en anglais, français et arabe dialectal. Leurs deux voix sont différentes mais s’associent parfaitement aux deux claviers, au guitariste, au bassiste et au batteur. Les chansons connues comme « Exil » « Tout ce qu’ils veulent » ou encore « Rude boy » s’enchainent. Lors des dernières minutes du show, le groupe chauffe la salle, grimpe sur les enceintes, joue avec le public, fait asseoir tout le monde… Le moment est un peu long, peut-être auraient-ils dû faire plus de chansons ?

Dub Inc. @Lucile Chaussoy

3h du matin : toujours debout

La fin de la soirée approche. A minuit pile, Danakil et Jahgeneration commencent. Danakil et son équipe offrent un concert inédit à la nuit du reggae puisque leur nouvel album date seulement du 17 Novembre. Le festival ne dure qu’une seule nuit, ce qui est rare en Bretagne. Les spectateurs profitent entièrement des concerts et les salles sont pleines. Difficile de choisir entre les artistes, c’est sûrement le point négatif dans l’organisation de la soirée : on ne voit en fait que cinq concerts sur dix… Arrivent les deux derniers groupes, une ambiance bien différente s’installe à Morlaix : place à la techno et la dub. Raggasonic joue dans le grand hall, les basses font danser la foule. Le deuxième groupe, Raggatek live band est un trio allant du reggae à la frenchcore en passant par la drum&bass et la raggatek, une belle découverte ! Les trois acolytes clôturent la nuit en beauté, sur scène ils sautent, crient, dansent : de quoi motiver les derniers fêtards qui quitteront les lieux vers 3h du matin. L ‘année prochaine, il est probable que la nuit du reggae réinvestisse le parc des expositions de Langolvas. En attendant, Stand high patrol, Vald, Mellow-mood, Vitalic et d’autres seront présents à l’édition printanière des Insolents en Avril 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.