« Le rire peut être une excellente thérapie »

En Inde, dans les années 1990, le Dr Madan Kataria était persuadé que le rire avait des bienfaits pour la santé et a créé le premier club de rire au monde. Une vingtaine d’années plus tard, les ateliers autour du rire sont devenus un véritable phénomène. Dans les Côtes-d’Armor, une sophrologue propose chaque mois des séances de yoga du rire.

 

Corinne Vermillard est sophrologue à La Roche-Derrien, dans les Côtes-d’Armor. (© Maxime James)

 

En ce dimanche matin d’autonme, à l’heure où certains profitent encore d’une grasse matinée, cinq femmes poussent la porte du complexe sportif de Penvénan, dans les Côtes-d’Armor. Elles ne viennent pas pour pratiquer un sport, mais pour s’adonner à une activité peu banale : le yoga du rire. Elles sont accueillies par Corinne Vermillard, sophrologue et maître praticienne en psychologie positive à La Roche-Derrien, qui leur propose une séance de 1 h 30. L’objectif : « cultiver les émotions positives et stimuler les hormones du bien-être ». Les participantes se mettent en cercle et s’assoient sur des ballons de gym. Certaines sont des habituées mais pour d’autres, c’est une première.

« Sachez que je ne force personne à rire, ce n’est pas une performance donc allez à votre rythme », prévient Corinne Vermillard avant de commencer. Tour à tour, chacun se présente et invente un geste que les autres doivent imiter tout en répétant en cœur le prénom de la personne. La gêne est perceptible sur certains visages. « Ce sont des rires en groupe où le regard des autres est important, il faut donc tenter de mettre le mental de côté et à chaque fois qu’il y a une pensée ou un jugement sur nous-même, on essaye de s’en débarrasser ensemble », explique la sophrologue.

 

« Rire sans craindre le jugement »

 

« Ce n’est pas évident de rire car on a souvent l’impression qu’il faut quelque chose de drôle pour y parvenir et quand les choses ne vont pas bien, on s’autocensure en se disant qu’on ne peut pas se permette de rire, fait remarquer Corinne Vermillard. Alors qu’ici, on s’autorise à rire sans craindre le jugement. » Voilà de quoi motiver les troupes, qui enchaînent les exercices : la pêche des rires, le rire de l’ours, la crème de rire ou encore le défilé du rire, le tout avec une ola et un cri de guerre. Ces situations amènent le sourire et le fou rire chez chacune des participantes qui ne semblent plus gênées.

 

 

« Le rire est communicatif, donc entendre les autres nous fait d’abord rire et nous fait du bien, explique la sophrologue. À ce stade de la séance, c’est difficile d’imaginer qu’on ne se connaissait pas il y a une heure, c’est la preuve que le rire crée des liens. » Vue de l’extérieur, la situation peut surprendre, d’autant que ce genre de yoga n’est pas encore complètement développé en France. « Parfois, les gens qui ne connaissent pas le yoga du rire peuvent êtres intrigués », confie Corinne Vermillard. Je leur propose alors de venir essayer.»

 

Les participants ressentent une sensation de bien-être à la fin de la séance. (© Maxime James)

 

« Rire, c’est bon pour la santé »

 

« Les gens viennent pour muscler la joie, soit parce qu’ils n’ont pas vraiment d’occasions de rire dans leur quotidien, soit parque ce qu’il apprécient de développer en groupe  cette capacité de libérer le rire », indique Corinne Vermillard. Mais certains viennent aussi pour les bienfaits du rire sur la santé. Amélioration de la qualité du sommeil, diminution du mauvais cholestérol ou bien encore renforcement du système immunitaire, les vertus du rire sont nombreux. « Le cerveau ne fait pas la différence entre un rire forcé et un rire spontané. Quand on rit, le diaphragme se met en mouvement de façon plus intense, on expire beaucoup et cela génère tout un mouvement intérieur qui envoie au cerveau un message de bien-être. »

 

« Avec le rire, quelqu’un de malade peut espérer se sentir un peu mieux car il met dans de bonnes conditions pour permettre au corps d’activer ses propres ressources. Mais cela ne remplace en aucun cas les traitements. »

 

En 2005, lors de la conférence annuelle de l’American College of Cardiology, le Dr Michael Miller de l’université du Maryland a présenté une étude qui confirme les bienfaits du rire sur la santé. Il a effectué des mesures en montrant deux extraits de films, l’un angoissant et l’autre comique, à un groupe de vingt personnes. Chez 14 personnes, le flot sanguin a diminué de 35 % pendant le visionnage du film angoissant. En revanche, le flot a augmenté de 22 % chez 19 personnes lors de la projection du film comique.

 

 

Face à ces bienfaits, le yoga du rire est désormais plébiscité en dehors des séances entre particuliers. Certaines écoles, maisons de retraite, associations ou bien encore prisons ont mis en place des ateliers du rire. L’activité est également proposée dans certaines entreprises et institutions, à l’image de Nokia et de Lannion-Trégor Communauté dans les Côtes-d’Armor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.