I’m From Rennes, ou l’identité d’une ville de fête

I’m From Rennes, c’est la rentrée de la scène musicale rennaise. Le festival s’est déroulé dans plusieurs lieux de la capitale bretonne, du 14 au 22 septembre.

Il y a ces gros festivals sur plusieurs jours, qui regroupent des dizaines, centaines de milliers de personnes, perdues en plein milieu d’un champ. Et puis, il y a de petites structures associatives, qui font vivre le cœur de ville où elles se trouvent. Pour la 7ème édition de I’m From Rennes, les organisateurs ont de nouveau cherché les petits recoins à mettre en valeur, toujours avec l’envie de mettre en avant les artistes de la scène locale. Et c’est ce qui ravit de plus en plus de spectateurs à se déplacer aux nombreux événements organisés. Pour preuve, le record d’affluence a été une nouvelle fois battu. Au total, 19 000 personnes se sont regroupées dans les 22 lieux proposés par le festival.

Rennes à bicyclette

Pause concert dans le parc de Maurepas pour les 500 cyclistes du Tour de Reine.

Les organisateurs ont une nouvelle fois fait preuve d’une imagination débordante, à souligner. Comme cette troisième édition du Tour de Reine, toujours organisée avec succès par le festival et la Petite Reine. L’idée reste la même : un parcours à travers la ville avec deux pauses musicales sur le chemin. Kataplismik, un duo de guitare aura accompagné les cyclistes dans la sieste du dimanche après-midi, au parc de Maurepas. Plus loin, le long de la Vilaine, The Horse With Wild Eyes, embarque la troupe pour un voyage aux États-Unis. Mais de cette balade à vélo, c’est bien le Centurion (Christ-Roi l’année dernière) qui a marqué les esprits. Costume de César sur les épaules, avec un micro collé à la bouche, il accompagne les cyclistes. Mais impossible de le voir à vélo : mieux vaut être tracté par un vélo électrique ! Joyeux trublion, il débite un flot de bêtises – parfois sensées – sur l’histoire de la ville. Délirant.

Un deuxième week-end totalement électrique

Rennes est connue pour l’émergence de nombreux groupes et talents en devenir. On l’aura vérifié avec une deuxième partie de festival survoltée. Un vendredi rock bien énervé, avec Kaviar Spécial en tête d’affiche, mettra la foule en délire. Pogos et slams, une ambiance plutôt unique à I’m From Rennes. On a aussi apprécié l’after à l’Ubu, logiquement intitulé Let’s Dance. La salle est décorée en dancefloor, on peut même monter sur la scène. Dommage que la salle soit quelque peu déserte en début de soirée. On regrette aussi l’absence de vrai live.

Colorado a invité le chanteur des Juvéniles, venant de Rennes, pour commencer un set planant.

Ambiance électrique dès le vendredi soir donc, mais surtout le samedi au Thabor et enfin au Liberté. Le jardin est presque privatisé par le label Elephant & The Castel, qui produit bon nombre d’artistes rennais. Praa ouvre la scène, mais la belle surprise, c’est Brigand. Une chouette bande de six potes débarquent. Guitare, basse, saxophone ténor et surtout deux chanteuses avec une sublime voix. Tout autant que leur présence sur scène. Un groupe qui donne la pêche, avec un groove et un swing inédit dans la capitale bretonne.

Techno all night long

De la soirée, on retiendra aussi – voire surtout – Leska, le duo de producteurs rennais. Passés sur scène après Colorado, leur vibes synth-pop ont une nouvelle fois mis la folie dans un Thabor rafraîchit par le mois de septembre. Presque autant que la veille, toute la fosse sautille au gré des sons qui sortent des pads. Leska produit une musique sans fioriture, une recette très efficace, à la croisée de Petit Biscuit, Fakear ou encore Flume.

Leska est bien connu à Rennes. En témoignent les nombreuses mains qui représentent le logo du groupe.

A la sortie de ce très bon début de soirée, un mot se fait entendre : « Vous allez à Comètes ? » Comètes, c’est la soirée techno de I’m From Rennes. L’année dernière, elle s’est déroulée dans la grande salle du Liberté, cette fois c’était à l’Étage avec les combles du bâtiment qui accueillent deux scènes. Les habituels crews rennais s’emparent des lieux, superbement mis en lumière. On ne regrettera pas l’ambiance plus intimiste de ce changement de lieu. Pas de rupture du son, les tracks s’enchaînent et font vibrer les tympans de tout Rennes. Et cela, toute la nuit.

Aménagement lumineux inédit dans la salle de l’Étage pour la soirée Comètes, avec une scène à 360°.

C’est aussi ça I’m From Rennes. Écouter de la musique de tous styles, faire la fête. Et défendre l’identité d’une ville à la scène musicale riche, vivante et variée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.