À Caen, électro, techno et Ricard font bon ménage

La soirée Société Ricard Live Music a posé ses valises à Caen pour trois performances d’artistes émergents : Dampa, Suzane et Salut C’est Cool.

 

L’apéro a commencé tôt vendredi 17 mai à Caen. Aux alentours de 22h45, Salut C’est Cool déclenche le tube « Techno toujours pareil ». Sur un fond de lumières à faire une crise d’épilepsie, les 800 personnes réunies au Cargö sont devenues folles. C’est bientôt la fin de la soirée Société Ricard Live Music, une tournée de dix dates en France. Elle porte trois groupes prometteurs sur le devant de la scène.

 

Et c’est sûrement le petit jaune en main qui aura scotché un public survolté à découvrir en live Dampa, Suzane et Salut C’est Cool. Une soirée électronique très énergique ouverte par le lauréat de cette édition qui ouvre le bal. Dampa, sur un fond de techno sombre, déroule un set efficace de seulement 30 minutes. Suffisant pour apprécier une superbe table analogique que manipule Victor, la première partie du binôme. Un peu court pour comprendre le flow d’Angéline. Mais un tout complet qui aura bien chauffé la salle.

 

Trois artistes, deux ambiances, un style

 

Ce tour de France Société Ricard Live Music permet donc à trois artistes de se faire connaître, mais aussi à leurs fans de venir découvrir leurs artistes chez eux. Et des fans, Suzane en a. Quatre titres sur un EP de sortis et elle peut déjà honorer une belle réputation. Au Cargö, c’est tout le premier rang qui chante. Ensemble, ils dénoncent en cœur les insultes quotidiennes faites aux femmes, notamment vécues par l’artistes lorsqu’elle était serveuse, rêvant d’être chanteuse. Un show ponctué de danse et de belles interactions avec le public. Costume bleu et grosses baskets blanches, Suzane est en route pour devenir un des poids lourds de la chanson électro française.

 

C’est avec une heure de live que se conclut la soirée. Salut C’est Cool, le collectif artistique plus que techno, délivre une performance physique. Un membre sur rollers, un autre en imitant le chien, d’autres en sautant frénétiquement sur un beat surpuissant, un bon cocktail pour inviter les spectateurs à une grande et joyeuse messe du n’importe quoi. Mais pas n’importe comment. Les accessoires apportés sont une aide précieuse au crew. Un joli bout de bois pour ouvrir naturellement le concert sur « Bout de bois », un inédit prévu sur leur nouvel album. Des pancartes de chantier pour se fabriquer des ailes, mais surtout un établi fantastique. Une caméra projette son image sur un écran géant au fond de la salle et toutes les merveilles qui se trouvent sur cette table. Des figurines, de la peinture, des crayons : un atelier éphémère.

 

Et peu importe le boucan de cette techno à 150 BPM, le public est en transe devant cette performance peu commune. Elle se termine par un joyeux anniversaire chaleureux pour le régisseur de tournée, mais derrière, tout le monde réclame un rappel qui ne viendra pas. Une fin de performance un peu trop calme, malgré l’odeur de jaune qui parfume le sol. « Mercie Caen » est inscrit en fin de scène, grâce à un beau dessin photoshop. Un bon moment de n’importe quoi qui fait du bien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.