Brest. L’Atelier des Capucins : un lieu multi-activités

Les Ateliers des Capucins étaient autrefois, des bâtiments de l’Arsenal de Brest construits au 21e siècle. Redonné à la ville de Brest en 2009, ce quartier de la rive droite Brestoise est aujourd’hui un réel lieu de vie, où se mélange diverses passions et cultures. Danser, manger, réviser, les Capucins semblent avoir tout prévu. 

« C’est un monde à part qui vous rappellera l’Arsenal et ses machines conservées en l’état dans le hall. Une promenade à faire absolument et vous serez conquis », s’exclame un retraité Brestois suite à l’évocation des Capucins. Accessible par un voyage en téléphérique au-dessus de la rivière Penfeld, en prenant le tramway, en voiture où même à pied, le trajet du centre-ville de Brest aux Capucins est devenu presque instantané. Cet immense bâtiment industriel, composé de trois halls, est désormais un espace attractif, où culture, commerces, détentes et révisions se mêlent.
« La ville a su redonner vie à un lieu de l’industrie maritime. Garder une partie des machines et escaliers rend un bel hommage à tous ces hommes et femmes qui ont donné le meilleur d’eux en travaillant », assure Michel, brestois d’origine et ancien ouvrier dans les ateliers des Capucins.   

Michel Le Photographe s’est amusé avec le paysage afin d’offrir une perspective du cadre de l’Atelier des Capucins à Brest. Crédit photo: Michel Le Photographe

 

Un lieu de partage multisports et multi-arts 

Des corps dansants, des musiciens autour du piano en libre-service, des expositions photos, les Capucins attirent de multiples artistes. « C’est un endroit où je peux danser librement, chacun y fait ce qu’il veut dans la limite du respect des autres », explique une danseuse de l’école sous le signe de la danse.
En parallèle des pirouettes, c’est un tout autre type d’acrobaties que l’on peut observer, et cette fois-ci sur roulettes. L’atelier des Capucins est devenu le siège de la glisse brestoise. À n’importe quelle heure, on peut observer skates, rollers et vélos dans cet espace de loisir. Ce n’est donc pas par hasard que le « Riding indoor show », le festival des sports urbains, a choisi pour la troisième année consécutive ce lieu, au bord de Penfeld.
« Pour les photographes, c’est un lieu magique qui associe le côté industriel, la vie de tous les jours avec ses magasins, ses restaurants et enfin, le côté culturel avec la médiathèque. De plus, il y a une superbe luminosité, c’est génial pour prendre de beaux clichés », assure Michel, photographe professionnel.

 

Les Capucins proposent de grands espaces qui font le bonheur des danseurs.
Crédit photo : Michel Le Photographe 

Une médiathèque pour tous

En s’enfonçant dans les Capucins, derrière de grands murs de bétons gris, portant une toiture en verre, on peut retrouver 500 000 documents conservés par la médiathèque François-Mitterand-Les Capucins. Ouverte en janvier 2017, elle était au départ la seule source de dynamisme sur place. Au fil du temps, elle s’est développée et attire aujourd’hui, un public très varié.
Étendue sur plusieurs étages, les jeunes enfants ont leur propre espace. Un toboggan métallique, une multitude de contes, côtoyé par un coin « jeux », s’étalent au sein d’une mezzanine dédiée aux plus petits. Les étudiants, et lycéens y trouvent également leur compte, avec des espaces clos et insonorisés. « C’est un endroit calme, il y a beaucoup de place pour travailler, c’est spacieux, ça nous met dans de bonnes conditions pour réviser le bac », confie une élève en terminale scientifique. Des rangées d’ordinateurs permettent d’offrir un accès à internet. L’orientation a également sa place dans la médiathèque, avec une conseillère emploi, Béatrice Sabiron. Elle accompagne les jeunes aussi bien dans la rédaction de leur CV en anglais, que dans leurs envies de reconversion ou réorientation. Un service d’autant plus intéressant, puisque la médiathèque attire des jeunes des quartiers défavorisés, mais aussi des migrants. 

Une pause restauration

Après avoir dansé toute la matinée dans un des halls, ou révisé ses partiels à la médiathèque, l’envie d’une pause déjeuner peut se faire sentir. Le restaurant La Fabrik 1801 a pour but de contenter cette volonté. Ouvert depuis le mois de janvier, c’est aujourd’hui l’un des trois plus grands restaurants français. Divisé en trois parties, il est composé d’un food-truck, d’un steak-house et du bar le plus long d’Europe, s’étalant sur quarante mètres. Les plats sont faits maison et présentent des tarifs accessibles.

La Fabrik 1801 possède le plus long bar d’Europe (ci-dessus). Il mesure 40 mètres.
Crédit photo: Léa Rouffaud

La culture demeure très présente au sein de ce restaurant. Expositions de photos du studio Harourt et évènements multiples (concerts, scène ouverte, soirée à thème) sont organisés plusieurs soirs dans la semaine. Un restaurant dont la singularité renforce l’attractivité de l’atelier des Capucins, qui est aujourd’hui un des lieux phares de la ville.

Océane Michel

Océane Michel

Océane Michel

Latest posts by Océane Michel (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.