Les Brestois n’ont pas démérité

Football. Ligue 1. Brest – Paris SG : 1-2

Le Stade Brestois accueillait le Paris-Saint-Germain, samedi, pour la onzième journée de championnat. Face à l’ogre parisien, les Bretons sont parvenus à faire valoir leurs armes, poussés par un public brestois des grands soirs.

Épargnée de la pluie et dans un stade comble, la rencontre a tenu toutes ses promesses jusque dans les dernières minutes. Dès le début du match sur un coup-franc de Court, les Brestois se montrent dangereux (2 ème). La possession du ballon reste néanmoins en faveur des Parisiens qui, par quelques attaques rapides, parviennent à se créer des occasions. Heureusement pour eux, les Brestois peuvent compter sur la présence essentielle de Larsonneur qui intervient coup sur coup devant Sarabia puis Di Maria (20 ème). Pourtant, à six minutes de la pause, Sarabia lance Di Maria dans la profondeur, qui file tromper Larsonneur, d’un lob astucieux. Les 15 144 spectateurs du stade Francis Le Blé ne peuvent que saluer la magnifique finition de l’attaquant argentin ( 0-1 ; 39ème ). Brest ne bronche pas et continue de se porter vers l’avant, en témoigne le décalage de Court pour Autret qui voit sa frappe cadrée mais contrée par Thiago Silva, le défenseur brésilien de PSG (43ème).

Brest touché mais pas coulé

Bien que l’évènement soit en lui-même une source de motivation pour ses joueurs, l’entraîneur brestois, Olivier Dall’Oglio, a sans aucun doute trouver les mots, à la pause, pour espérer une aussi bonne deuxième mi-temps de la part de ses protégés. En effet, Court (48ème) puis Cardona (57ème ) voient leur tir s’échouer de peu, au ras de la cage du portier parisien, Sergio Rico. Une première pour celui-ci qui, suite à une gêne à l’adducteur de Keylor Navas pendant l’échauffement, a connu sa première titularisation. Les deux équipes se rendent les coups avec de belles occasions de part et d’autre. Peu après l’heure de jeu, le capitaine brestois, Mathias Autret, cède sa place au jeune Samuel Grandsir qui, quelques minutes plus tard grâce à une belle ouverture de Court, ne se fait pas prier pour battre Rico à bout portant ( 1-1 ; 72ème). S’en suit un calme absolu du côté des 600 supporters parisiens, sûrement dépassé par le « Ici c’est Brest » scandé de tout cœur par le public brestois. Ainsi, Brest ressurgi face à une équipe parisienne qui se rebelle durant les dernières minutes. A cinq minutes de la fin du temps réglementaire, le parisien Choupo Mouting adresse un centre pour Icardi qui, devant le but de Larsonneur, se fait l’honneur d’un contrôle, avant d’expédier le ballon au fond des filets (1-2 ; 85ème). Les cinq minutes de temps additionnel accordées par l’arbitre de la rencontre, M. Lesage, permettent aux Brestois d’espérer l’égalisation, mais la solidité défensive des Parisiens est indéniable. Le score n’évolue plus.

Une absence remarquée

Un évènement a nourri les discussions entre spectateurs brestois, tant au début qu’au terme de la rencontre : l’absence de Kylian Mbappe. La veille au soir, le prodige de Bondy était laissé au repos pour une gêne musculaire. « On aurait aimé le voir », raconte un père de famille qui explique cette absence par « une envie de mise au vert avant la ligue des champions ». Les plus jeunes, comme Maxime, onze ans, voyaient cette absence comme « une opportunité de victoire pour Brest ». Finalement, la hiérarchie a été respectée avec deux équipes auteures d’un spectacle passionnant, pour le plus grand bonheur de la cité du Ponant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *