Handball. Nicolas Tournat : « J’aurais dû marquer pour gagner, mais je me suis précipité »

La frustration des Nantais au coup de sifflet final, après l’arrêt décisif de Rodrigo Corrales sur Nicolas Tournat à la dernière seconde. Photo Manuel Magrez / Panoramic

Le joueur du HBC Nantes a réagi après le match nul des Nantais contre le Paris SG (29-29) ce jeudi soir à la H Arena, pour le compte de la 17e journée de la Lidl Starligue. Il est notamment revenu sur son tir à la dernière seconde arrêté par Rodrigo Corrales et qui aurait permis à Nantes de remporter la rencontre. Voici les réactions d’après-match.

Nicolas Tournat, joueurs du HBC Nantes :

« C’était un gros combat. Tout le monde s’est donné à 100%. On savait que sur ce match, jouer une équipe comme ça, si tu ne te donnes pas à fond, ça ne marche pas. Après, je pense qu’on a tout donné. On arrive à avoir un match nul. J’aurais dû marquer pour gagner, mais je me suis précipité. J’essaie de tirer fort, vite en haut dans la lucarne, et il (Rodrigo Corrales) met la main. Après, voilà, c’est un grand gardien, il nous a fait mal à la fin. Sur la dernière action, il a été plus fort. Ça fait ch***. Je suis un peu troublé parce que je fais une belle partie, mais à la fin, j’aurais pu offrir la victoire à l’équipe. Mais je pense qu’il faut relativiser. On a fait une belle débauche d’énergie. Je pense que le public en était conscient, il nous a bien poussé, c’était énorme. Déçu, mais content quand même du résultat. C’est un point très important. Maintenant, il faut continuer de travailler pour gagner les concurrents directs. »

Olivier Nyokas, joueur du HBC Nantes :

« C’est frustrant de ne pas repartir avec les deux points. Il faut aussi reconnaître qu’on ne joue pas dans la même cours que Paris. Nous sommes deux équipes qui ont des objectifs complètement différents et sur le terrain, on arrive à les dominer, à les faire douter, et c’était ça le but aujourd’hui. Le tir de la fin, on est tous un peu frustré, mais je pense sincèrement que c’est
quelque chose d’anecdotique parce qu’on a les opportunités de faire l’écart avant. On ne l’a pas fait. On a perdu quelques ballons aussi en fin de match, et ça nous a coûté cher quelque part. Le sentiment qui prédomine pour moi à la fin de ce match, c’est un sentiment de satisfaction quand même parce qu’on prend un point contre Paris, et ça nous permet de rester deuxième. Et ensuite, cette satisfaction est un peu accompagnée d’amertume, parce qu’on pense qu’on aurait pu s’imposer, mais on reste satisfait, ça reste un bon point pris, il nous permet de reprendre la seconde place au classement.

Un gros combat défensif, mais il fallait aussi jouer dans un registre un peu différent. Si on en faisait que de l’attaque placée contre Paris, on savait qu’on n’allait pas forcément réussir à tenir sur la longueur donc on a essayé de monter les ballons comme on pouvait, et ça nous a aidé. Le plan de jeu a bien fonctionné. »

Nedim Remili, joueur du Paris SG :

« Le match nul est juste aujourd’hui pour tout le monde. Il y a eu un beau public, les arbitres ont été au niveau. Tout était réuni pour avoir un beau match, et c’est ce qu’on a eu. On est pas surpris. On sait qu’il (Rodrigo Corrales) est capable de faire ce genre d’arrêts. Dès qu’il est rentré, il nous a fait énormément de bien, après il a peut-être eu un petit coup de mou et il est revenu derrière en forme. C’est du Rodrigo tout craché. On sait que Vincent (Gérard) peut nous faire pareil aussi. C’est très appréciable d’avoir des gardiens de ce niveau-là. Ça peut arriver à tout le monde. On a certains joueurs qui ont raté aussi beaucoup de shoot, des ballons perdus. Moi, j’ai été catastrophique en défense. Ça nous arrive à tous un jour ou l’autre. Je ne m’en fais pas pour lui (Vincent Gérard). C’est quelqu’un qui a un gros mental. Il va revenir encore plus fort et je sais qu’il sera encore plus décisif sur des matchs encore plus importants que celui-là. »

Aymeric Minne, joueur du HBC Nantes :

« En début d’année, quand on les avait joué, on avait fini à trois buts et j’avais dis : « j’aimerais bien les voir dans six mois pour voir notre évolution » parce qu’on était encore une jeune équipe. Là, on a montré qu’avec le temps, on est devenu une équipe solide, capable de jouer sur tous les tableaux. On arrive à faire un match nul avec beaucoup de rotation pendant la rencontre. Il n’y a pas un set qui a joué 60 minutes. Je pense que ça va être notre force pour tenir sur tous les tableaux jusqu’à la fin de la saison. On aurait bien aimé être la première équipe à les faire tomber, surtout qu’on a la balle pour, à la fin. Après, on va se contenter de ce très bon point.

Cyril Dumoulin, gardien de but du HBC Nantes :

« Faillit n’est pas. On doit être fier de notre résultat, et surtout de notre prestation. Un match qui se joue à pas grand chose mais un match plein, un match où on peut ressortir avec beaucoup de satisfaction, et beaucoup de choses encourageantes pour la suite, c’est surtout ça qu’il faut garder en tête. C’est ce qui explique que malgré qu’on ne gagne pas, il y a des sourires sur les visages. Chaque match contre Paris représente un peu plus que contre une autre équipe. Ce soir, je crois que ce match rentre dans la lignées des grands duels entre Nantes et Paris. Ils ont 16, 17, 18 joueurs de très haut niveau. Ils ont su ne pas paniquer, rester confiant. Ils sont revenus petit à petit dans le match, à la mi-temps. Elle est un peu là la frustration. On sort à la mi-temps en pensant avoir faire une demi-heure beaucoup plus forte et bien meilleure qu’eux, mais on n’a qu’un but d’avance. C’est intéressant de montrer qu’on est capable de ne pas craquer contre une équipe comme ça et de faire jeu égal avec ce qui fait peut-être de mieux en Europe. »

Alberto Entrerrios, coach HBC Nantes :

« On peut être fier de ce qu’on a produit ce soir, en terme d’intensité, de qualité du match. On était au rendez-vous, on a montré beaucoup de valeur. On a montré aussi de la qualité. On jouait une équipe dont on connait l’énorme qualité aussi et il fallait être présent. On l’a été. On est passé vraiment pas loin, mais c’est comme ça. On aurait pu aussi perdre le match. Je suis très fier des garçons. On a fait le match qu’il fallait, et après c’est le sport. Ça se joue toujours sur des détails. Je crois qu’on peut toujours revenir sur le dernier shoot, mais il y a tellement d’action à jouer dans le match. On a un petit flottement en début de deuxième mi-temps défensif et offensif, on s’agace un peu. On a eu du mal à rentrer dans ce début de deuxième partie. Heureusement, on a pas trop pris la foudre sur le début de deuxième mi-temps, mais c’est vrai qu’on sentait qu’on était un peu déconcentré, désorganisé. Il y a juste cette phase-là qu’il faudrait améliorer, après, sur le match, on n’a rien à reprocher aux garçons. Ils ont fait ce qu’il fallait, on a joué en équipe. Félicitation aux gars. Ça reste un bon point, on est les seuls à avoir accroché le PSG cette année en championnat. On a montré qu’on était présent, et j’espère que ce point va être précieux jusqu’au bout de la saison. »

Propos recueillis par Vivien Duval.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *