Pas de mots…

Lundi soir à Lannion, l’heure était au recueillement. A 18 heures, sur la place de la Mairie, les habitants se sont réunis autour du maire, leurs pensées tournées vers la capitale et les 130 victimes...

ÉDITO – D’une lâcheté sans nom

On avait presque oublié le danger. L’attentat d’hier, dans la rédaction de Charlie Hebdo et les rues de Paris, nous rappelle douloureusement le déraillage du train Paris-Strasbourg en 196...